Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - Trucs de fille

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 25 juillet 2017

[Saga]Felicity Atcock

"Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu’il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de s’enterrer dans mon jardin, sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d’avant, tranquille et… ennuyeuse à mourir."

Sauf qu’en voulant éloigner les ennuis, il arrive qu’on en attire d’autres… à plumes.

Je garde un très bon souvenir de ma dernière lecture de Sophie Jomain, c'est léger, drôle et ça se dévore comme une vraie friandise !
Quand j'ai découvert qu'elle avait aussi des tendances fantastiques il fallait que je vois ce que ça donne ; la plus connue Les Etoiles de Nosshead me semblait (peut-être à tort) un peu trop sérieuse à mon goût, je me suis donc tournée vers Felicity Atcock qui sur le moment semblait mieux s'accorder à mon envie de lecture estivale.

Et je peux vous dire que le sixième sens des bookaddicted a parfois du bon, je me suis juste régalée ! Le premier tome demande une petite phase d'adaptation (l'univers urban fantasy, l'écriture très orale et ce personnage féminin atypique surtout) mais on est vite pris dans les mailles du filet et j'ai echainé les 6 tomes + le HS à vitesse grand V.

Dans le détail pas de grandes innovations dans cette saga, à peu près tout ce qu'elle contient comme ressort de suspens et éléments fantastiques a déjà été exploité ailleurs (personnage féminin au caractère bien trempé, vampire, ange, démon, loup-garou, trio amoureux...) mais la recette de Jomain est spéciale : elle a l'art de prendre le meilleur et de l'assembler pour en faire quelque chose de spéciale et de nouveau. Le tout sans se prendre au sérieux, c'est rafraichissant !

Les fans de Charley Davidson notamment trouveront leur plaisir avec Felicity à n'en pas douter !

En résumé une saga romantico-fantastique légère et drôle à souhait, parfaite pour l'été :)



Sophie Jomain,Felicity Atcock, Tome 1 : Les anges mordent aussi

***Du même auteur***

mercredi 19 juillet 2017

Et toi, combien tu t'aimes ?

Je ne serai probablement pas un vrai blog de fille sans le traditionnel "billet summer body" alors cette année je me lance...

(oui tu peux avoir un peu peur, j'ai mis "blog de fille" dans ma première phrase quoi !)

J'ai la chance d'habiter en bord de mer, d'en profiter et de l'aimer en toute saison, de passer un peu plus de 3 mois de l'année en tenues légères et maillots de bain et de voir débarquer des files de voiture aux immat variées avec des gens tout blancs ou tout rouges dedans, la bouée du gosse sur la plage arrière ou les VTT accrochés derrière.
La plage elle aussi se remplit, se colore, se parfume au monoï, s'emplit de bruit et de "Enzo ! ne mange pas le sable !!"

C'est aussi la période où on se regarde d'un peu plus près le nombril, à la loupe justement, la traque au poil de trop et au bourrelet dérangeant : aucune grâce dans nos propres yeux pour nos petits défauts réels ou imaginaires. Je vois et j'entends même des gens qui ne se supportent plus, se privent de plage, de maillots, restent en tee-shirt, la peur du regard de l'autre... Et je trouve ça tellement dommage, parce que ce n'est au final qu'un problème de regard sur soi.

Sans mentir, à la plage, chacun est tellement concentré sur son propre nombril, la surveillance de ses gosses ou à cuver de la veille que personne ne vous regardera vraiment. D'expérience il y a quelques mateurs, oui : des vieux qui s'ennuient surtout et qui ont été trainés là de force par mamie-peau-de-pruneau et qui vous trouveront appétissant(e)s dans tous les cas, des petit(e)s jeunes qui fantasment quand ils daignent lever les yeux de leurs iphones et quelques con(ne)s frustré(e)s... Bref tout un tas de gens qui s'en foutent pour la majorité et que vous ne reverrez jamais de toute façon.

Mais gardons deux secondes le but en tête, pourquoi vous allez à la plage ? Quelque soit la réponse à priori c'est soit pour ses proches soit pour soi-même, pas pour les vagues d'inconnus qui vont déferler pendant l'été sur la même plage. Et en tous les cas, on n'est jamais aussi belle que quand on s'assume, la liberté, l'affirmation de soi et la confiance ça donnent une aura capable d'effacer le petit bourrelet en trop (si, si je te jure).

Dans la plupart des cas, ce qui attirera l'attention des autres c'est l'irrespect, une attention irritée qui plus est (du genre ton enceinte Bose avec volume au max qui passe ta musique de merde tu la remballes merci bien, on ne laisse pas ses déchets sur la plage, si c'est interdit aux chiens bah c'est interdit aux chiens t'es con ou t'es con ?, ça fait 4 fois que ton parasol s'envole et manque de tuer quelqu'un si tu ne veux pas finir dans la rubrique faits divers tu le plies tu seras gentil, arrête de crier en permanence sur ton gosse : soit tu le laisses un peu vivre ça nus feras des vacances soit vous vous barrez de là, on ne baise pas sur la plage oui je sais c'est dommage mais il y a des enfants autour là tu vois...)

Et puis la prochaine fois que tu seras sur la plage, regarde le bien le mec qui a gardé son tee-shirt là bas assis sur sa serviette si ça se trouve c'est le meilleur papa du monde, celle-là peut-être la personne la plus tendre sur cette terre, celui-là encore peut-être le meilleur coup que tu n'auras jamais... Imagine un peu, si tout le monde faisait pareil ?

En résumé, parce que ce billet devient bien trop long, je ne t'apprends rien : la vie est courte, bien trop courte pour ne pas profiter des petits plaisirs de la vie et se focaliser sur des détails qui ne sont bloquants que dans nos têtes.
Un dernier petit mot pour te rassurer : je vais à la plage, souvent, et je ne te vois pas. Vraiment, je n'ai pas le temps de te détailler ou de regarder si toi tu me détailles, je suis entrain de savourer l'instant...

mardi 15 mars 2016

L'amour est dans le foin

Et si l'amour se trouvait dans une botte de foin ?Mais qu'est-ce qui lui a pris d'accepter ce plan foireux ? Et pire encore : pourquoi a-t-elle fait ce stupide pari avec ses copines ?
Résultat, voilà que Louise est : 1) bloquée au fin fond de la campagne (celle avec de la vraie boue et des vraies bêtes) dans la maison d'une-amie-d'une-amie pour un long, un interminable mois de « vacances »2) condamnée à une abstinence forcée (fichu, fichu pari ! et fichues copines !) Pour une parisienne pure souche qui ne vit que pour son travail et ne connaît pas le sens du mot « repos », ce séjour s'annonce plutôt douloureux. Jusqu'à ce que deux spécimens locaux viennent troubler ses bonnes résolutions vertueuses. D'un côté, Joffrey, bel apiculteur au sourire canaille. De l'autre, Arnaud, artisan en charge des travaux de la grange, dont les manières rustres et la bougonnerie n'ont d'égal que le pouvoir ensorcelant de ses muscles. Et elle qui pensait se trouver à mille lieues de toute tentation...

J'aime bien Morelli, son Homme idéal (en mieux) m'a laissé un bon souvenir, celui d'un moment détente et léger, drôle aussi... Je n'ai donc pas hésité longtemps devant cet ebook :)

Et j'ai bien fait parce que c'est exactement ce à quoi je m'attendais : de la romance légère et du rire !
Alors oui, certains diront que c'est prévisible, un peu cliché... Certes, peut-être, mais pour moi le roman est à l'attente, je ne l'ai pas acheté pour réfléchir mais pour me détendre : pari réussi. C'est bien écrit, c'est drôle et ce n'est pas mièvre, je n'en demandais pas plus !
J'ai aimé voir Louise se débattre avec ses mauvais choix, s'embourber dans la campagne avant d'y prendre goût... Morelli a un vrai don pour les personnages, ils sont vrais, attachants et on prend grand plaisir à les voir évoluer.

Pour moi c'est une bonne lecture de plage ou de plaid (selon la saison !), sans autre prétention que celle de faire passer à ses lectrices un moment agréable et léger.



Angela Morelli, L'amour est dans le foin

***Du même auteur***
L'homme idéal (en mieux)

samedi 28 novembre 2015

Jamais deux sans toi

La vie de Jess est un désastre. Son mari a disparu de la circulation, son fils revient du collège couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille, petit génie des maths, l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir. Alors qu’elle finit par se faire à l’idée que sa vie n’est qu’une somme de galères, la chance lui sourit enfin.

La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la maison de campagne. Accusé de délit d’initié, Ed est en mauvaise posture : il risque d’être ruiné et envoyé en prison si son procès tourne mal. Soucieux de s’acheter une conduite, il se propose de venir en aide à Jess. Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuel ?

Une histoire d’amour aussi bouleversante qu’inattendue mettant en scène la rencontre improbable de deux êtres en perdition.

Rien à faire, Moyes fait partie de mes auteurs chouchous et même quand elle sort un roman avec un titre digne d'un harlequin je fonce les yeux fermés !

Et j'ai bien fait :) Surtout qu'en plus elle nous livre un roman road trip (et le road trip et moi c'est une longue histoire d'amour), donc pour le coup je suis aux anges !
Une nouvelle fois ce roman est un petit bonheur concentré, c'est drôle, juste, vrai et tellement bien écrit ! Cette femme a le sens de l'humain, vraiment.
J'ai tout aimé, l'ambiance, l'intrigue, les personnages, les dialogues...
Alors oui, il y a par un petit côté téléphoné, surtout sur les aspects romances, mais ses personnages féminins et la justesse de Moyes contrebalancent largement ce petit défaut.

Jojo Moyes nous fait du bien et elle ne rate jamais un rendez-vous, foncez les yeux fermés !



Jojo Moyes, Jamais deux sans toi

***Du même auteur***
Avant toi
La baie des baleines
Arcadia Hôtel
Sous la pluie

jeudi 23 juillet 2015

[BD] Au poil !

Le livre le plus drôle jamais écrit sur le poil !
Comment s'épiler avec un ouvre-boîte et un reste de vin de blanc ? Comment Jeanne d Arc a-t-elle failli révolutionner l'épilation du maillot en ticket de métro ? Comment cacher ses repousses en se scotchant des moufles sous les aisselles ? L'épilateur électrique est-il une invention du Malin ? Et surtout : quelle grosse boulette ont bien pu faire les femmes pour MERITER ÇA ?
Autant de questions auxquelles cet ouvrage se propose de livrer des réponses fascinantes, grâce à une enquête en eaux troubles, entre bandes de cire perverses et pinces à épiler fantômes.

INCROYABLE : LA LECTURE DE CE LIVRE FAIT TOMBER LES POILS !*
(* Enfin, à condition de s'épiler en même temps.)

BD choisie lors du dernier Masse Critique BD de Babélio pour son auteure, blogueuse que je suis depuis un certain temps via Twitter/FB et dont j'apprécie l'humour.

Je vous invite d'ailleurs à faire un tour sur son blog si vous ne la connaissez pas, pour vous faire une idée ==> www.klaire.fr. Parce qu'à dire vrai c'est un humour particulier, un peu décalé, un peu geek et qui peut ne pas plaire à tous...
Enfin pour ma part je savais à quoi m'attendre et je m'en réjouissais d'avance !

Et au final c'est ce à quoi je m'attendais, avec un peu moins de dessins / illustrations cependant. Klaire revisite le poil à travers les âges (et en détournant pas mal de grands événements ou objets culturels). Tous les chapitres ne se valent pas, j'ai apprécié certains beaucoup plus que d'autres et certains m'ont même semblé un peu "too much" voire parfois un peu lourds même si ce n'est pas le cas de la majorité !
Bref du grand n'importe quoi qui fait sourire et surtout qui remet le poil à sa juste place - enfin celle qu'il devrait avoir - de préoccupation secondaire plutôt que celui qu'il tient dans ce combat obsessionnel et un peu esclavagiste auprès de la gente féminine.
Klaire dédramatise, nous fait rire et ça fait du bien ! Tous les hommes devraient le lire d'ailleurs :p

Ce n'est pas pour autant un manifeste pour le poil qui vous soutiendra mordicus qu'il faut vous laisser pousser des mottes sous les aisselles, on n'est pas dans le militantisme exacerbé et c'est tant mieux.

Merci à Babelio et aux éditions Jungle pour cette lecture.



Klaire fait grr, Au poil !

tous les livres sur Babelio.com


mardi 31 mars 2015

After, Tome 1

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux...
Mais ça, c'était avant qu'il ne ne la bouscule dans le dortoir.
Lui, c'est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un " p... d'accent anglais ! " Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé.

Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle...

La romance semble-t-il incontournable de cette année, j'ai résisté peu emballée puis j'ai cédé à la curiosité (ça commence à devenir une habitude !).

Et au final pas grand chose à en dire... Ça ressemble à tout un tas de romance ambiance fac où la jeune fille bien sous tout rapport craque pour le bad boy du campus (même si vraiment au départ elle le déteste très très fort !), sans surprise et avec une sensation de déjà lu.
De prime abord le personnage d'Hardin est attrayant, un peu original mais épuisant à force de cachotteries et de sautes d'humeur. Tessa est la gourde de service, pas de commentaire (et il vaut mieux).

Reste que la recette n'est pas encore éculée et continue de fonctionner, on a beau avoir déjà lu le scénario 100 fois et en avoir conscience on continue de se laisser prendre au jeu (même si la lassitude fait son chemin elle aussi !). Au final le cycle dispute /réconciliation est bien plus éreintant pour le lecteur que cet aspect déjà vu, déjà lu.

Une bonne saga romance ne serait rien sans la bonne révélation cliffhanger de fin de tome (au choix : lourd secret du héros révélé en dernière page, arrivée d'un personnage tiers qui change la donne, séparation des deux héros, annonce d'une grossesse, demande en mariage, trahison impardonnable) et on se maudirait presque de tomber dans le panneau et d'avoir cette maudite curiosité qui nous pousserait presque à lire le tome suivant !
C'est sur cette fin de tome que Todd a finalement fait (l'unique) preuve d'originalité, c'est dommage...



Anna Todd, After, Saison 1

lundi 16 mars 2015

La ronde des saisons, tome 2

" Les laissées-pour-compte ", c'est ainsi que se définissent non sans ironie Lillian et Daisy Bowman, car, malgré leurs millions de dollars, elles n'ont pas réussi à trouver un mari durant la saison londonienne. Invitées chez le comte de Westcliff, qui souhaite faire affaire avec leur père, les deux jeunes Américaines sont bien obligées de revoir cet aristocrate hautain qui les prend pour des gamines mal élevées. Lillian n'ignore pas que Marcus de Westcliff la déteste tout particulièrement pour son audace et son insolence. Pourquoi, dans ce cas, lui vole-t-il un baiser dès le premier soir ? Aurait-il perdu la tête ? Veut-il rire à ses dépens ? Quoi qu'il en soit, Lillian est bien décidée à ne pas se laisser intimider par cet insupportable Anglais et ses airs de supériorité...

Après un premier tome plaisant j'ai eu envie de poursuivre cette saga romance historique qui prend place à l'ère victorienne.

On retrouve donc notre groupe des "laissées pour compte" qui bien qu'elle compte une célibataire de moins est bien décidé à poursuivre son engagement à bien marier chacune d'entre elles.
Pour ce tome c'est au tour de Lillian, une des deux sœurs américaines, pour qui la différence de culture et d'éducation est le frein majeur à un beau mariage.
La jeune femme est un esprit plus libre que ses comparses anglaises et bien vite classée "mauvais genre" par les potentielles futures belles-mères anglaises.

On fois encore on tombe vite sous le charme du petit groupe et de ses petits complots.
Lillian est un personnage qui s'avère étrangement attachant et surtout drôle. On se prend rapidement au jeu de séduction qui se met en place avec Westcliff et on passe un bon moment.
Avec toujours, en bonus, ce cadre historique et le décor anglais que j'apprécie tout particulièrement.

Pour ne rien gâcher, c'est bien écrit et peu cliché. Pas de quoi altérer le plaisir de lecture et c'est tant mieux !
Alors certes, ce n'est toujours pas LE roman incontournable mais pour une lecture détente cette saga est parfaite. Les lectrices d'Austen à la recherche d'un peu de piquant y trouveront amplement leur compte !



Lisa Kleypas, La ronde des saisons, Tome 2 : Parfum d'automne

***Du même auteur***
La ronde des saisons :
Tome 1 : Secrets d'une nuit d'été

dimanche 8 mars 2015

Love Addict

Claire Carlson est américaine, trentenaire, abandonnée à Paris. Son riche mari s'est volatilisé, la laissant criblée de dettes. Alors que la situation semble désespérée, cette jolie blonde pétillante est engagée par un groupe de médias pour développer Love Addict, un site Internet dédié à l'amour.

Dès son arrivée, elle doit composer avec le directeur général, un bel homme froid à l'inquiétante réputation de séducteur. Jusqu'au jour où elle succombe et plonge dans une liaison passionnée qui lui fait découvrir Paris sous un jour très sensuel...

Mais voilà, Claire va devoir affronter la jalousie d'un puissant bienfaiteur, les manœuvres d'une ex-maîtresse et l'ombre menaçante du passé de son amant...

Entre sentiments, sexe et humour, une histoire qui vous laissera complètement Addict !

Une romance pop-corn qui se lit facilement et avec laquelle on passe un bon moment, sans plus.

A vrai dire si on n'en attends pas plus que ça on ressort satisfait de cette lecture. Ce n'est pas la romance du siècle mais c'est bien bâti, amusant avec ce qu'il faut de tension même si c'est un peu convenu par moment.
Le personnage de Claire est attachant même si parfois agaçante sur ses prises de décisions.

L'ensemble a une dose de loufoque sans pour autant être complètement fantasmé, il y a une grande part de réalisme surtout pour ce qui touche au cadre professionnel.
L'intrigue avec le vieux libidineux m'a moins convaincu et plus ennuyé, la demoiselle manque un peu de panache sur ce coup là !
Le tout se lit vite et facilement, une bonne lecture de plage ou de dimanche hivernal sous la couette.

Merci aux éditions Xo pour cette lecture !



Marianne Tran, Love addict

vendredi 20 février 2015

La chronique des Anciens, Tome 1

Mi-humaine, mi-dragonne, Pia Giovanni a été choisie pour une mission ultra dangereuse : dérober un élément du trésor de Dragos Cuelebre, le dragon le plus redoutable au monde. Simple pion dans la guerre qui oppose le roi Faë à Dragos, Pia va bientôt subir la colère de la ténébreuse créature...

A la base, je me suis dit "Tiens de l'urban Fantasy romancée avec des dragons, sympa ! Ça va me changer !
Pauvre de moi !

Même la couverture ne m'a pas perturbée plus que ça, je ne m'y fie plus depuis longtemps (après tout regardez celles de la Confrérie de la Dague Noire, elles sont juste atroces !!), à tort pour une fois...

Parce qu'au final j'ai rarement lu quelque chose d'aussi mauvais, vraiment.
C'est cliché à souhait, la part fantasy n'est au final qu'un prétexte. Une fois de plus nous avons droit à une romance avec le bon gros macho (et milliardaire hein tant qu'à faire), la jeune donzelle pieds et poings liés ou en tout cas incapable de faire face à tant de virilité... Pfff
On ne nous épargne aucun cliché, aucune ficelle. L'intrigue est - peut-on simplement parler d'intrigue... - tour à tour : prévisible, insipide, mal construite, expédiée. Quel programme alléchant, hein ?

J'ai donc lu avec une certaine incrédulité. On peut donc écrire un truc pareil et se faire publier ? Sérieusement ?
Si vous ne vous êtes pas fait avoir, passez vite vite vite votre chemin !



Thea Harrison, La chronique des Anciens, Tome 1 : Le baiser du dragon

mercredi 18 février 2015

Hopeless

Sky, 17 ans, habite avec sa mère adoptive, Karen. Après plusieurs années de scolarisation à domicile, elle débute sa dernière année de lycée dans un nouvel établissement, où elle ne connaît quasiment personne. Mais elle s’en moque. Depuis son enfance, Sky n’a jamais ressenti aucune émotion pour personne. Sauf qu’en croisant Holder, le bad boy du lycée, elle est soudain stupéfaite de l’effet qu’il exerce sur elle. Sky comprend qu’il n’est pas celui que tout le monde croit, et leur relation devient vite passionnée. À travers lui, elle découvre peu à peu la vérité sur son propre passé…

Encore une fois je serai passée à côté de ce roman sans les nombreux et enthousiastes avis de mes comparses chroniqueuses, merci à elles parce que j'ai passé un très bon moment !

C'est aussi ce qu'il y a de bien quand on n'a pas d'attentes particulières en attaquant une lecture (là en l'occurrence je m'attendais à du New Adult avec un petit bad boy sympa, sans plus) c'est qu'on peut se laisser surprendre !
Et ce roman m'a vraiment pris de court : il y a une véritable intrigue qui va bien au-delà de la romance pure et simple, sans même parler du fait que la relation entre les deux personnages est très émouvante et réussie, elle a du sens.

Bien qu'on reste dans le cadre d'une lecture légère et détente ce n'est pas le genre de livre vite lu, vite digéré et dont on ne garde rien et c'est tant mieux !
Le quatrième de couv' laisse place à cette découverte et permet au lecteur de se faire surprendre (pour une fois on ne peut pas dire qu'il en dise trop !) mais pour le coup il est un peu trompeur et je m'en serai contentée je serai sûrement passée à côté de cette lecture... Comme quoi encore une fois il ne faut pas se limiter à ce seul résumé éditeur qui est un exercice délicat et pas toujours très juste ou représentatif !

C'est donc un roman prenant et qui ne laisse pas présager de sa qualité de prime abord. Une bonne surprise !



Colleen Hoover, Hopeless

- page 1 de 9