Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

jeudi 29 avril 2010

Le supermarché, cette jungle

Toi : Mais ils m'énervent tous là à forcer le passage, à vouloir passer en premier.

Plume : Ben détends toi aussi, y'a pas mort d'homme, y'a juste du monde.

Toi : Non mais il a cru quoi lui ? Qu'il allait passer avant moi ?

Plume : Ben il aurait pu si tu lui avais pas foncé dessus comme çà.

Toi : Non, non. J'étais engagé en premier, c'était à moi de passer ! Merde

Plume : Hum. Encore un qui avait pas révisé son code des allées de supermarché. Que veux-tu on donne son permis chariot à n'importe qui maintenant

Toi : ...

samedi 26 janvier 2008

Doudingue


Lire la suite...

vendredi 25 janvier 2008

Putain cinq ans !

Cinq ans ....

Cinq

5 !

Aujourd'hui cinq ans que Toi + Moi

Cinq ans de hauts, de bas
Cinq ans de "je t"aime"
Cinq ans de "tu me fais chier"
Cinq ans de "encore"
Cinq ans de "ramasses tes chaussettes"
Cinq ans de soirée ciné
Cinq ans de "putain encore un sac"
Cinq ans de fous rires
Cinq ans de "y'a plus de papier"
Cinq ans de complicité
Cinq ans de portes claquées
Cinq ans de calins et de tendresse
Cinq ans de "ta mère fait chier"
Cinq ans de "si je pouvais, je t'offrirai..."

Cinq années passées comme l'éclair, où le seul absent est le regret.
Cinq ans et je ne sais si je dois en rire ou en pleurer.
Dualité au niveau de l'émotion : j'alterne entre déprime et réjouissance. Cinq ans c'est bien, c'est tant et si peu à la fois. C'est une belle tranche de vécu mais il reste tant à faire.

Je commence à comprendre mon père quand certaines dates anniversaires le font vieillir à vue d’œil...

Mais sans hésitation, je re-signe pour cinq ans.

ps : Ce soir donc, soirée resto surprise organisée par Toi. Cà peut vous paraître banale mais quand on le connait un minimum, on mesure l'évènement.

mercredi 14 février 2007

Ce sera dit...

Aujourd'hui est un jour spécial. Non, pas à cause de toutes ces conneries de fête niaise de l'amour. Non.
Non, parce que justement je t'ai trouvé Toi, négation de toutes ces conneries, de fait : aujourd'hui c'est ton anniversaire.

Et comme chaque année rien à t'offrir... Enfin, à la fois rien et beaucoup.
Pour cette année, et c'est loin d'être une résolution à la con, je te donne tout ce que j'aurais voulu/veut/voudrais te dire et qui n'aurais probablement jamais été dit. Peut-être même pas écrit.
Parce qu'un jour ce "Toi et Moi" disparaîtra, quelque part entre "trop tôt" et "trop tard", ça tu le sais bien.
Ce que tu ne sais pas c'est tout ce que, d'ici là, je voudrais te donner.

Une fois, te laisser entrevoir cette image inconditionnelle qui fait de Toi pour Moi quelqu'un de bien.
Souvent, te frapper fort. Te faire mal pour qu'à la fin tu ne regrettes rien.
Tous les jours, te partager cette rage, là, tout au fond, qui me fait avancer et qu'il te manque par trop de bonté.
De temps en temps, réussir à nous convaincre que la vie c'est pas si mauvais.
Parfois aussi, t'écorcher vif. Avec les ongles t'arracher ce masque que tu t'imposes et qui dissimule tout l'or que moi je vois.
Un jour, t'apprendre à vivre mieux avec Toi.
Toujours, garder en Moi le souvenir de tous ces longs regards, insignifiants à tous les autres yeux que les tiens.
Peut-être, savoir t'embrasser une dernière fois sans dire à demain.
Sûrement, te donner un enfant pour que tu ne sois plus celui qui pourrait me faire le plus mal.
Jamais, délacer mes cuisses de tes reins, te cacher mon côté animal.
Avant de partir, te donner toute cette confiance que je veux t'offrir, que j'ai souvent plus pour Toi que pour Moi.
D'ici là, t'offrir un extrait de tout çà pour qu'en Toi tu gardes toujours foi.

Avant la fin, pouvoir juste une fois, te montrer tel que je te vois.

Et si jamais un jour/tous les jours, tu ne m'aimes plus, peu importe. Çà, ça se commande pas. Quoi qu'il arrive reste Toi. Là où j'irai je n'aurai besoin que de savoir ça.


A nos silences pleins de sens... A Toi et à cette chanson que tu aimes tant.