Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

vendredi 4 mars 2016

Pardonne-moi, Leonard Peacock

En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi. Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie. Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer... " Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent. Mais pas aujourd'hui.

Un roman déroutant, vraiment. Aujourd'hui encore j'ai du mal à mettre des mots sur le ressenti de lecture...

Cette collection a vraiment l'art de sélectionner des romans jeunesse qui sortent des sentiers battus et qui méritent qu'on s'y attarde, celui-ci n'est pas un coup de cœur mais j'ai passé un moment intéressant avec Leonard.
Ce roman s'adresse tout particulièrement aux adolescents, il traite à la fois de leur problèmes relationnels, sociaux, sentimentaux et de la solitude qui en découle, le tout avec la sensibilité à fleur de peau particulière de cette période de transition avant la vie d'adulte.

Leonard n'est pas un personnage attachant de prime abord. Ce n'est pas un héros, ni même un anti-héros, juste une personne en devenir, un peu paumée et qu'on apprend à connaître et à apprécier au fur et à mesure de la lecture.
Il finit par nous devenir sympathique et d'une manière ou d'une autre on reconnait tous un peu l'ado que l'on a été nous aussi...

Côté scénario, il se veut assez choc à la base (il n'y a qu'à lire le quatrième de couverture) mais le "pourquoi" l'emporte vite sur le reste puis vient le "va-t-il vraiment le faire ?" bref tout ce qu'il faut pour nous tenir accrocher.
Reste que là aussi, c'est plus subtil qu'il n'y parait. Mathew Quick ne se contente pas de nous livrer la résolution meurtrière d'un ado prise sur un coup de tête.Le jour se fait peu à peu sur les motivations, sur la mise en scène, sur les brèches du personnage.

J'ai découvert Mathew Quick avec ce roman et je replongerai avec plaisir ; c'est travaillé, réfléchi, bien écrit et empreint de réalisme.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Mathew Quick, Pardonne-moi, Leonard Peacock

jeudi 10 décembre 2015

A toi pour l'éternité

Par hasard, Judith rencontre Hànnes dans un supermarché. Quelques jours plus tard, il entre dans sa boutique de luminaires. Hànnes est architecte, il est craquant, le gendre dont rêve toute belle-mère. Les amies de Judith tombent sous le charme.
Mais pourquoi Judith n’arrive pas à se laisser aller et à profiter de cette occasion ?

J'avais beaucoup apprécié mes deux précédentes lectures de Glattauer, j'ai donc replongé assez confiante.

Et au final ce n'est pas le coup de cœur attendu malheureusement... Ce n'est pas mauvais à proprement parler, il y a même un revirement assez surprenant et bien pensé mais l'ensemble est d'une lenteur extrême ! J'étais déjà à bout de souffle quand cette "surprise" arrive et si elle m'a permis de tenir jusqu'au bout elle ne m'a pas pour autant réconcilier avec l'ensemble du roman.

Et c'est dommage, vraiment. Parce qu'au final ce roman aborde un thème amoureux intéressant et une fois le livre refermé on se rend compte que le processus est bien décrit. Il manque de la vie dans ce roman, quelque chose de moteur ! L'héroïne est peu attachante, un peu fade et ne provoque que peu d'empathie... Le rythme est plat.
Je ne vois pas comment dire ça autrement : ce roman est mou.

Alors certains feront sûrement avec, surtout que la plume de Glattauer est encore une fois pour le reste impeccable, mais moi j'ai eu du mal et des regrets parce que la trame est bonne !



Daniel Glattauer, À toi pour l'éternité

**Du même auteur**
Quand souffle le vent du Nord
La septième vague

dimanche 29 novembre 2015

Ten tiny breath, Tome 1 : Respire

A à peine 20 ans, la vie de Kacey bascule dans la tragédie : ses parents, sa meilleure amie et son copain meurent dans un accident de voiture. Elle est la seule survivante de la famille, avec sa sœur Livie qui n'était heureusement pas avec eux ce jour-là. Alors qu'elles sont confiées à la garde d'un oncle et d'une tante peu scrupuleux, Kacey décide de prendre sa vie et celle de sa sœur, en main. Ensemble elles vont tenter de se reconstruire à l'autre bout du pays, en Floride.

Roman choisi parce que j'en avais eu de bons échos et que la couverture me plaisait, je l'ai attaqué sans même avoir lu le quatrième de couverture et je dois dire que ce n'est pas un mal. C'est agréable parfois de se plonger dans un roman sans rien en savoir ou en attendre, je vous conseille l'expérience de temps en temps !

J'ai vraiment aimé ce roman, il est touchant sans être larmoyant (exercice périlleux !).
Kacey est un personnage meurtri et qui s'accroche à tout ce qu'elle peut pour ne pas partir à la dérive ; sa sœur et sa responsabilité, ses souvenirs, les soucis du quotidien...
Le tout semble se stabiliser quand est introduit la romance. On s'attend à quelque chose somme toute d'assez banale, le bad boy au grand cœur qui va guérir la jeune femme etc... et clairement ça en prend le chemin mais on est bien loin du compte ! Je ne vous en dis pas plus mais clairement on sort des sentiers battus et le roman a une dimension psychologique prononcée.

L'émotion est très présente dans ce roman, la palette entière est là : tendresse, amour, colère, passion, rancœur, pardon.... Elles sont fortes, bien amenées et bouleversent aussi le lecteur parfois.
C'est le récit d'une survivante, qui va devoir aller de l'avant et affronter son passé sous une forme inhabituelle.

Ce n'est pas le roman du siècle ou encore même un incontournable mais c'est tout de même un quasi coup de cœur pour moi, il m'a touché.



K.A Tucker, Ten tiny breath, Tome 1 : Respire

samedi 28 novembre 2015

Jamais deux sans toi

La vie de Jess est un désastre. Son mari a disparu de la circulation, son fils revient du collège couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille, petit génie des maths, l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir. Alors qu’elle finit par se faire à l’idée que sa vie n’est qu’une somme de galères, la chance lui sourit enfin.

La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la maison de campagne. Accusé de délit d’initié, Ed est en mauvaise posture : il risque d’être ruiné et envoyé en prison si son procès tourne mal. Soucieux de s’acheter une conduite, il se propose de venir en aide à Jess. Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuel ?

Une histoire d’amour aussi bouleversante qu’inattendue mettant en scène la rencontre improbable de deux êtres en perdition.

Rien à faire, Moyes fait partie de mes auteurs chouchous et même quand elle sort un roman avec un titre digne d'un harlequin je fonce les yeux fermés !

Et j'ai bien fait :) Surtout qu'en plus elle nous livre un roman road trip (et le road trip et moi c'est une longue histoire d'amour), donc pour le coup je suis aux anges !
Une nouvelle fois ce roman est un petit bonheur concentré, c'est drôle, juste, vrai et tellement bien écrit ! Cette femme a le sens de l'humain, vraiment.
J'ai tout aimé, l'ambiance, l'intrigue, les personnages, les dialogues...
Alors oui, il y a par un petit côté téléphoné, surtout sur les aspects romances, mais ses personnages féminins et la justesse de Moyes contrebalancent largement ce petit défaut.

Jojo Moyes nous fait du bien et elle ne rate jamais un rendez-vous, foncez les yeux fermés !



Jojo Moyes, Jamais deux sans toi

***Du même auteur***
Avant toi
La baie des baleines
Arcadia Hôtel
Sous la pluie

mercredi 25 novembre 2015

La lettre de Queenie

Le roman inoubliable de ceux qu'on aime et qu'on laisse partir .
Vingt ans que leurs chemins s'étaient séparés. Il a suffi d'une lettre de Queenie, lui annonçant qu'elle allait mourir, pour qu'Harold Fry décide de la retrouver. Alors qu'il traverse, à pied, l'Angleterre, Queenie, de son côté, redoute les retrouvailles. Comment lui faire face ? Comment lui dire ce qu'elle cache depuis tant d'années ? Queenie lui écrit une seconde lettre. Elle lui raconte toute l'histoire. Cette fois-ci, pas de mensonges. Il est temps pour elle de lever le voile et de se libérer de cette culpabilité qui la ronge. Mais qu'a-t-il bien pu se passer, il y a vingt ans, dans cette petite ville du sud de l'Angleterre, pour qu'elle veuille la quitter et ne jamais y revenir ? Une histoire de destins manqués, tendre et bouleversante. Après La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi..., roman salué dans le monde entier, Rachel Joyce nous livre la vérité poignante de Queenie.

J'avais vraiment beaucoup aimé La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry... et ce fut un réel plaisir de découvrir que l'auteure avait écrit son pendant : le récit de Queenie !

Et je dois dire que je n'ai vraiment pas été déçue, ce versant est largement à la hauteur et donne même une autre perspective au premier roman !
Au delà même de la découverte de Queenie et de son point de vue, l'arrière plan de la maison de repos est à la fois juste et poétique, imminent touchant. On découvre finalement que ce n'est pas "juste" Queenie qui attend Harold et suit au jour le jour son périple mais tout un groupe de résidents, malades, souvent vieux et délaissés, qui retrouvent un espoir, une vibration... magique.

On retrouve le côté un peu ubuesque du premier tome, même si il est un peu moins prononcé il est présent au travers des personnages du groupe.
C'est toujours aussi bien écrit et on reste en haleine jusqu'à la dernière page (et pourtant on connait la fin ! elle est forte cette Rachel Joyce) ; l'état de santé de Queenie et des autres résidents, les révélations que livrent Queenie sur sa vie et cette lettre sans fin tellement touchante...

Que vous dire sinon qu'il faut le lire ? Commencez par La lettre.... si vous avez pris du retard (ça me semble vraiment mieux de les lire dans l'ordre initial même si ils peuvent se lire séparément ou dans l'autre ordre).
Après la petite déception de Deux secondes de trop je retrouve la Rachel Joyce de mon premier coup de cœur !

Merci aux éditions XO pour cette lecture !



Rachel Joyce, La lettre de Queenie

***Du même auteur***
La lettre qui allait changer le destin d'Harold Fry arriva le mardi...
Deux secondes de trop

samedi 4 avril 2015

La meute du Phénix, Tome 3 : Nick Axton

Shaya Critchley est une louve soumise, situation qui ne lui a jamais posé problème jusqu'à ce qu'elle découvre son âme soeur en la personne de Nick Axton : un puissant loup Alpha.
Pas étonnant qu'un homme comme lui ne veuille pas s'unir à une fille comme elle.
Mais alors pourquoi n'arrête-t-il pas de se mêler de sa vie au point de la pousser à fuir la ville ?
Nick a pourtant une bonne raison de refuser de s'unir,un secret qu'il va devoir révéler à Shaya s'il espère conquérir le cœur de la fougueuse louve.

Malgré un deuxième tome un peu dessous du premier je me suis laissée tenter par ce troisième opus de la saga urban fantasy de Wright.

Et bien que je ne regrette pas cette lecture facile et légère je ne peux pas dire que ce soit une grande réussite.
Je n'ai pas retrouvé le plaisir de lecture du premier tome et le schéma commence a être rodé, pour ne pas dire lassant !

Le duo Nick / Shaya est attachant mais bien moins réussi que celui Trey / Taryn.
Shaya a du caractère mais on est bien loin du niveau de celui de Taryn et son humour décapant.

On recroise toutefois l'ensemble des personnages, mais avec un goût de trop peu. Je crois qu'il faut vraiment que je fasse mon deuil de cette saga, à mes yeux elle se mesure au premier tome et devrait sûrement se limiter à celui-là, je ne retrouverais pas mon plaisir de lecture bien que l'espoir me gagne à chaque parution !

En résumé on commence un peu à tourner en rond avec un schéma identique pour chaque tome même si on a quelques variantes.
Si vous avez vraiment eu un coup de cœur pour le premier tome de cette saga et que vous cherchez un plaisir de lecture identique attendez-vous à être déçu. Si vous souhaitez juste prolonger le plaisir avec un tome supplémentaire qui vous replongera dans l'univers fantasy de Wright pour une lecture légère et sans trop d'attente il fera l'affaire !



Suzanne Wright,La Meute du Phénix, T3 : Nick Axton

***Du même auteur***
La meute du Phénix :
Tome 1 : Trey Coleman
Tome 2 : Dante Garcea

jeudi 2 avril 2015

Sans attendre

Une belle journée pour voler Leah aime piloter plus que tout au monde. Quand elle est aux commandes d'un avion, elle oublie tout: le lycée, les problèmes avec sa mère et leur manque d'argent, les histoires avec les garçons... Grâce à son job à l'aérodrome, elle a décroché sa licence de pilote d'entreprise et envisage l'été à venir sereinement. Mais c'était sans compter l'arrivée d'Alec et Grayson, les fils jumeaux du propriétaire. Lorsque Grayson découvre le secret le plus terrible de Leah et se met à lui faire du chantage pour obtenir d'elle ce qu'il veut, la jeune fille doit faire face à un terrible dilemme : lui obéir et sortir avec Alec ou voir son secret révélé et renoncer à son rêve de devenir pilote de ligne... Un été sous tension sur le tarmac !

je me suis vraiment laissée porter par le hasard pour cette lecture, quelque chose dans la couverture m'a attirée et je l'ai commencé sans même avoir lu le quatrième de couv'.

Et je dois dire que j'ai eu la main heureuse.
Bien qu'on reste dans du YA contemporain on est face à un roman qui offre quelque chose différent et ça fait du bien !

Rien qu'au niveau du background on a deux points forts : le petit monde des pilotes d'aérodrome (épandages et bannières publicitaires pour la grosse partie de l'activité) et un contexte social peu reluisant.
Notre jeune héroïne est une passionnée, on la suit dans son apprentissage de pilote puis dans l'exercice de cette véritable vocation. Leah est un vrai personnage, épais, avec une histoire et un rêve auquel elle consacre toute son énergie.

Il y a certes une part de romance qui s'y mêle avec les deux frères, elle ajoute un peu de tension mais vient surtout enrichir la toile de fond et la narration plutôt que d'être prétexte à quelques scènes osées (d'ailleurs l'ensemble est très chaste, adapté au public ado).

Honnêtement ce roman est une bonne surprise. C'est équilibré, bien écrit, prenant et assez riche même si ça reste une lecture légère.



Jennifer Echols, Sans attendre

mardi 31 mars 2015

After, Tome 1

Tessa est une jeune fille ambitieuse, volontaire, réservée. Elle contrôle sa vie. Son petit ami Noah est le gendre idéal. Celui que sa mère adore, celui qui ne fera pas de vagues. Son avenir est tout tracé : de belles études, un bon job à la clé, un mariage heureux...
Mais ça, c'était avant qu'il ne ne la bouscule dans le dortoir.
Lui, c'est Hardin, bad boy, sexy, tatoué, piercé, avec un " p... d'accent anglais ! " Il est grossier, provocateur et cruel, bref, il est le type le plus détestable que Tessa ait jamais croisé.

Et pourtant, le jour où elle se retrouve seule avec lui, elle perd tout contrôle...

La romance semble-t-il incontournable de cette année, j'ai résisté peu emballée puis j'ai cédé à la curiosité (ça commence à devenir une habitude !).

Et au final pas grand chose à en dire... Ça ressemble à tout un tas de romance ambiance fac où la jeune fille bien sous tout rapport craque pour le bad boy du campus (même si vraiment au départ elle le déteste très très fort !), sans surprise et avec une sensation de déjà lu.
De prime abord le personnage d'Hardin est attrayant, un peu original mais épuisant à force de cachotteries et de sautes d'humeur. Tessa est la gourde de service, pas de commentaire (et il vaut mieux).

Reste que la recette n'est pas encore éculée et continue de fonctionner, on a beau avoir déjà lu le scénario 100 fois et en avoir conscience on continue de se laisser prendre au jeu (même si la lassitude fait son chemin elle aussi !). Au final le cycle dispute /réconciliation est bien plus éreintant pour le lecteur que cet aspect déjà vu, déjà lu.

Une bonne saga romance ne serait rien sans la bonne révélation cliffhanger de fin de tome (au choix : lourd secret du héros révélé en dernière page, arrivée d'un personnage tiers qui change la donne, séparation des deux héros, annonce d'une grossesse, demande en mariage, trahison impardonnable) et on se maudirait presque de tomber dans le panneau et d'avoir cette maudite curiosité qui nous pousserait presque à lire le tome suivant !
C'est sur cette fin de tome que Todd a finalement fait (l'unique) preuve d'originalité, c'est dommage...



Anna Todd, After, Saison 1

lundi 16 mars 2015

La ronde des saisons, tome 2

" Les laissées-pour-compte ", c'est ainsi que se définissent non sans ironie Lillian et Daisy Bowman, car, malgré leurs millions de dollars, elles n'ont pas réussi à trouver un mari durant la saison londonienne. Invitées chez le comte de Westcliff, qui souhaite faire affaire avec leur père, les deux jeunes Américaines sont bien obligées de revoir cet aristocrate hautain qui les prend pour des gamines mal élevées. Lillian n'ignore pas que Marcus de Westcliff la déteste tout particulièrement pour son audace et son insolence. Pourquoi, dans ce cas, lui vole-t-il un baiser dès le premier soir ? Aurait-il perdu la tête ? Veut-il rire à ses dépens ? Quoi qu'il en soit, Lillian est bien décidée à ne pas se laisser intimider par cet insupportable Anglais et ses airs de supériorité...

Après un premier tome plaisant j'ai eu envie de poursuivre cette saga romance historique qui prend place à l'ère victorienne.

On retrouve donc notre groupe des "laissées pour compte" qui bien qu'elle compte une célibataire de moins est bien décidé à poursuivre son engagement à bien marier chacune d'entre elles.
Pour ce tome c'est au tour de Lillian, une des deux sœurs américaines, pour qui la différence de culture et d'éducation est le frein majeur à un beau mariage.
La jeune femme est un esprit plus libre que ses comparses anglaises et bien vite classée "mauvais genre" par les potentielles futures belles-mères anglaises.

On fois encore on tombe vite sous le charme du petit groupe et de ses petits complots.
Lillian est un personnage qui s'avère étrangement attachant et surtout drôle. On se prend rapidement au jeu de séduction qui se met en place avec Westcliff et on passe un bon moment.
Avec toujours, en bonus, ce cadre historique et le décor anglais que j'apprécie tout particulièrement.

Pour ne rien gâcher, c'est bien écrit et peu cliché. Pas de quoi altérer le plaisir de lecture et c'est tant mieux !
Alors certes, ce n'est toujours pas LE roman incontournable mais pour une lecture détente cette saga est parfaite. Les lectrices d'Austen à la recherche d'un peu de piquant y trouveront amplement leur compte !



Lisa Kleypas, La ronde des saisons, Tome 2 : Parfum d'automne

***Du même auteur***
La ronde des saisons :
Tome 1 : Secrets d'une nuit d'été

samedi 14 mars 2015

Nos faces cachées

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu'aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le coeur. Le genre de beauté que l'on retrouve en couverture des romances, et c'est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu'à ce qu'il ne le soit plus...Nos faces cachées nous conte l'histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C'est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d'identités perdues. L'histoire de l'amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l'histoire de l'amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l'histoire d'une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d'un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu'il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...

Un roman que je pensais romance adolescente sans grand enjeu et qui m'a surpris tellement il est au-delà ce que j'en attendais.

Alors certes le roman commence comme une bluette adolescente, le lycée, la fille amoureuse et un peu rêveuse, le beau gosse star de lutte, etc.
Mais déjà de petits signes : une amitié Fern / Bailey qui est vraiment belle, un amour des livres et de l'écriture, un jeu de lettres...
Et puis survient le drame, celui qui change tout.

Et c'est là que le roman prend toute son ampleur, nous atteignant au cœur, aux tripes, brisant le souffle tout en redonnant un nouvel élan à la lecture.
La plume de Harmon est très belle, toute en finesse et elle s'exprime pleinement à partir de ce revirement. On lit avec à la fois peine, émotion et sourire ; un pêle-mêle émotif chatoyant.

Ajoutons que jusqu'à la fin on ne peut se douter de là où l'auteur nous mène, c'est un récit vraiment humain et réaliste. Pas de véritable happy-end, juste la vie avec ce qu'elle de beau et de moins bon, les bonheurs et les douleurs avec lesquels il faut vivre et avancer.

Alors voilà, j'ai bien du mal à mettre des mots sur ce roman qui se suffit à lui seul, lisez-le, vivez-le. Il fait sens bien au-delà d'une histoire d'amour ordinaire ou extraordinaire, c'est celle de 4 destins dont les ombres dessinent une jeunesse américaine d'aujourd'hui, rien que ça :)

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Amy Harmon, Nos faces cachées

- page 2 de 40 -