Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - My Life

Fil des billets - Fil des commentaires

mardi 24 juillet 2012

[Redif de l'été] Dis, qu'as-tu fait, toi que voilà, de tes amis de jeunesse ?

1346107832.jpg

On oublie, on passe à autre chose, on avance quitte à laisser derrière, heureux même parfois, soulagé de le faire...
On trace un trait, parfois épais, grinçant des dents et on s'en fout aussi bien souvent.
On se croise sur Facebook, quand on ne refuse tout simplement pas l'invitation, on passe sur ces murs dont les vies ne nous parlent plus... on ne laisse pas de message et on passe à autre chose.
Autre chose.
On oublie les noms, les visages mais à chaque fois on s'oublie un peu soi aussi non ?
On voit des amis qui n'en sont plus, de loin, sans que soit la faute de personne mais sans vouloir y faire quoi que ce soit non plus.
L'ordre des choses.
Mais au final, bien souvent, même quand on essaye de réparer, recoudre les morceaux défaits, relier les fils déchirés on échoue lamentablement.
Assez cruellement, on reste loin même assis juste de l'autre côté de la table.
Mal à l'aise pour cette proximité qui n'existe plus, étranger à l'autre malgré l'envie, envers l'effort.
Alors on se résigne, on reste triste de loin et on refuse les invitations FB suivantes...

Et pour la référence tout de même : Le ciel est par dessus le toit

Le ciel est par-dessus le toit,
Si bleu, si calme !
Un arbre par-dessus le toit berce sa palme.
La cloche dans le ciel qu’on voit, doucement tinte.

Un oiseau sur l’arbre qu’on voit
Chante sa plainte.
Mon Dieu, mon Dieu, la vie est là, simple et tranquille.
Cette paisible rumeur-là
Vient dans la ville.

- Qu’as-tu fait, ô toi que voilà
Pleurant sans cesse
Dis, qu’as-tu fait, toi que voilà,
De ta jeunesse ?

Paul Verlaine (Sagesse, 1881)

dimanche 17 juin 2012

Un week-end comme il en faudrait plus

Se prélasser sur une plage peu fréquentée / S'offrir un nouveau sac à main / Dire "bonne fête papa" / Faire un barbecue en soirée / S'endormir avant 22h sur le canapé / Terminer un livre / Nager, nager et nager / Lézarder au bord d'une piscine / Se balader à Argelès / Manger un 280 / Se refaire les ongles / Une sieste dans le jardin / Recevoir un colis / Souhaiter un bon anniversaire via Skype / Se faire un calin au réveil / Tomber de sommeil / Faire de la confiture d'abricots / Boire l'apéro / Se faire couler un bain / Aller voter / Se promener à vélo / Dire 20 fois "il fait trop beau" / Étendre une lessive au soleil / Essayer de repérer une cigale sur un arbre / Tailler ses rosiers ....

Et faire tenir tout çà dans un seul week-end :)

IMG_0311.JPG


Get The Party Started by Damien Rice on Grooveshark

jeudi 24 mai 2012

À mon âge, on n'est plus à une cuite près...

Ce soir ce sera la première fois en 22 ans (depuis quelques années) que je passe cette soirée seule...

J'ai le choix entre le mode vieille fille, pot de macadamia nut brittle sous la couette et dvd au chamallow rose (genre Bridget Jones ou Pride & Prejudice histoire de rester dans le cliché)...

Lire la suite...

jeudi 16 février 2012

Pas de poker tant que je ne vois pas le bout du tunnel (entre autre)

Je me considère comme quelqu'un d'assez terre à terre, de rationnelle, d'ancrée de tout son être dans la réalité (même si comme tout le monde je fais ce qu'il faut pour m'en échapper parfois mais de manière intentionnelle), d'analytique, de réfléchie peut-être même un peu calculatrice je le reconnais, cartésienne...

Quelqu'un qui n'étale pas particulièrement ses sentiments, qui les dissimule même avec une certaine facilité au besoin, qui n'est réellement spontanée qu'en confiance et terrain sûr, expressive surtout pour faire plaisir (ou pour râler oui oui ça va, je sais que çà je sais faire !)...

Et pourtant, depuis toujours, je suis victime de peurs irrationnelles, de bouffées d'angoisse incontrôlables qui une fois passées me mettent hors de moi, mi-colère mi-honte de n'avoir su se contrôler...
Il faut que je vois le bout d'un tunnel, c'est comme ça.
Il faut absolument que j'aie le hublot dans l'avion, cherche pas.
Je n'approche pas à moins de 3m d'une araignée, oui même petite comme ça.
Je dois descendre de ce wagon de métro là tout de suite, je ne l'explique pas.

C'est ridicule, instinctif, j'en perds toute raison et la grande adepte du contrôle que je suis en devient verte de rage à chaque fois. Mais même en "prenant sur moi" même en rationalisant au possible, même en me préparant, rien à faire. Le moment venu, quand l'angoisse naît mon esprit s'évapore, ne reste plus qu'un corps et une émotion qui submerge l'ensemble.

Ce n'est pas vraiment de la phobie, parce que ce n'est pas systématique : un tunnel que je connais bien ne me fera rien, l'araignée c'est au feeling et en fonction du lieu où je me trouve, l'avion me fait plus ou moins d'effet selon les circonstances et les bouffées d'instinct de survie dans les transport sont très aléatoires... Bref ce n'est même pas prévisible !

Je ne me suis jamais vraiment posée la question du "pourquoi", remonter à l'enfance et autre psychologie de comptoir parce qu'au fond je m'en fous un peu. J'ai beau me décevoir à chaque épisode, je sais que ça fait partie de moi et que j'ai beau vouloir le contraire (ou tout du moins le faire croire) j'ai des faiblesses comme tout à chacun.
Il m'a déjà fallu du temps pour en arriver là, c'est déjà un sacré pas.



Poker Face by Glee Cast on Grooveshark

vendredi 20 janvier 2012

En bref

- Une journée de formation (attendue depuis 3 mois et désormais obsolète)
- Une initiation au Do In
- Une pizza au reblochon
- Un match de tennis (que j'ai gagné \o/ )
- Quatre belles lectures (dont un livre voyageur)
- Une conversation téléphonique tardive avec ma jumelle de cœur
- Plusieurs fou rires
- Deux roses au jardin
- Deux livres "cadeau de noël" de mon n+2 choisis avec goût (le dernier Zafon et le dernier Vigan rien que çà, c'est bon d'avoir un boss lecteur !)
- Un recalage en règle au don du sang
- Une galette au bureau
- Deux épisodes de série regardés (seulement !!)
- L'anniversaire paternel
- Trois déjeuners dehors au soleil
- Et un week-end qui s'annonce sous la couette, à recharger les batteries et à lire !

Une semaine chargée et étonnante à la fois...

Pumped Up Kicks by Foster the People on Grooveshark


vendredi 23 décembre 2011

Demain

Ce sera Noël, ce jour censé spécial (qui pour le cadeau, qui pour les retrouvailles, qui pour le foie gras...) mais qui cette année m'enthousiasme peu.

J'ai pourtant fait mes achats, plaisir anticipé de les savoir reçus, ouverts, souris. Bien le seul que je me suis autorisée d'ailleurs, en mode flash, 2h pas plus, à libérer, pour pouvoir cocher la tâche sur la liste de choses à faire.

Cette année ma tête est ailleurs, ma famille est loin. Une au bureau l'autre dans son Grand Nord et au milieu ma famille d'accueil pour laquelle je vais essayer de faire de mon mieux, comme souvent, d'être là, de ne pas trop dépareiller son bel ensemble, sa bonne humeur ambiante et les efforts de chacun.

Ce n'est pas une corvée, c'est juste différent. L'impression d'être un peu restée sur le bord de la route, de ne pas avoir su anticiper, voir ce Noël arriver, s'y préparer, l'attendre même.
Il surgit et s'impose, comme quelque chose d'un peu improbable et de décalé, qui n'est finalement pas à sa place, pas au bon moment et pas dans les bonnes conditions..

Au fond j'espère que ce n'est pas juste moi, plutôt un accident de parcours, que j'ai des circonstances atténuantes...
Qu'en fait ce n'est pas juste moi qui vieillis et que l'année prochaine je retrouverai ce plaisir de fêter Noël.

mercredi 16 novembre 2011

Où je prétend être overbookée...

Et en vérité les réunions de travail dans ma nouvelle entreprise sont vraiment très rudes, la preuve en image !

IMG_0233.JPG

mercredi 22 juin 2011

Plus au Sud

Palmier_MR.JPG

On me reproche, savamment, de ne pas assez vous faire baver sur cette nouvelle vie au soleil.
Je m'incline...

Aujourd'hui donc il fait particulièrement beau, comme la plupart du temps depuis début mai.
Il fait si chaud que j'en ai perdu le courage d'aller à la plage qui doucement se fait envahir. Journée libre et je me suis levée un peu trop tard pour çà de toute manière...
J'ai opté pour la piscine, même si l'eau déjà trop chaude ne rafraîchit que brièvement.
J'alterne lecture, écriture (sur ce carnet qui sert aussi pour mes chroniques) et la nage.

Aller brasse coulée, retour dos suivi d'un aller-retour crawl, en boucle... Routinier, juste assez pour ne pas avoir à penser et laisser le corps prendre le relais.
S'en serait presque érotique cet abandon, en tout cas essentiel, à la limite de l'instinct de survie. Alors je n'y pense pas tellement la plupart du temps, je me donne tout simplement, moi qui cultive si bien mes addictions je ne trouve pas là la plus malsaine de toutes !
Dans ces moments-là je me dis que j'ai peut-être finalement laissé ma tête trop lourde plus au nord, hors des cartons de déménagement. Je me leurre je le sais bien, c'est tout juste un espace-temps, un angle mort pour l'esprit. Ce qui est sûr c'est que là le contrôle est plus au sud, la tête s'incline.

Il fait trop chaud sur ce transat et rien que de tenir le stylo j'ai les doigts qui y adhèrent désagréablement. J'ai hâte de voir débarquer le propriétaire des lieux ; sourire pétillant, un commentaire sur la jeunesse, un café noir et sucré en début d'après-midi, un cocktail à base de rhum vers 16h, quelques mots échangés à peine.
On me connait bien ici.

Au-delà de moi, s'en est même culturel ce respect de la tranquillité et de l'espace de l'autre. Respect qui ne dit pas son nom, qui ne se vante pas, qui n'est jamais prétexte.
On ne force pas les choses tout simplement. Être avenant et laisser venir.
Ce qui colle parfaitement avec mon côté solitaire, asociale aussi.

Moins avec la partie sauvage qui claque les portes, qui prend la fuite, qui écoute (là tout de suite les Beach Boys) la musique trop forte, qui fume trop, qui boit à l'excès... Et pourtant çà ne s'arrange pas, c'est même de pire en pire. Une nature qui s'exprime et qui cède de plus en plus de place aux pulsions. J'ai perdu en chemin l'envie de faire l'effort, d'être raisonnée et raisonnable...

Mais on fait avec, comme quand la tramontane se met à souffler, on sait que peu importe sa violence, elle s'arrêtera. On ne lui reproche rien, pas plus qu'on ne lui cherche d'excuse. Elle est agaçante, à la longue même carrément chiante mais nécessaire et une fois qu'elle a tout balayée sur son passage, qu'elle s'apaise enfin, la plénitude est là.
Je suis bien accueillie partout - avec parfois même cette sollicitude de trop - comme je suis, sans faux semblant.

Au point que j'en deviens étrangère partout ailleurs. Pas à ma place.
Ma dernière escapade a eu ce goût amer de rappel à l'ordre. Plus possible de faire semblant, d'être juste "cette fille sympa qu'on n'a pas vue depuis longtemps". Quand je n'ai pas envie d'être là maintenant çà se voit. Quand je n'ai pas envie de parler ou d'une présence je ne joue plus le jeu je m'enfuis.
Et c'est ce que j'ai fait, à de multiples reprises pendant cette semaine là.
Jusqu'à finalement rentrer chez moi, soulagée, déçue aussi de ce vide que j'ai créé sans réussir à le combler, retrouver mon soleil qui brûle trop fort, la piscine et mon transat que je quitte maintenant pour l'eau, cédant à l'appel du corps...

jeudi 2 juin 2011

Semaine parisienne

D'ici quelques heures je redeviens parisienne le temps d'une semaine :)

Je compte bien profiter de cette première excursion en mode touriste, le programme est chargé : bar, tennis, restau, virée entre fille, soirée VIP...
J'espère tout de même croiser un maximum de gens, si vous faites partie du lot je vous invite à me contacter pour me payer un café xD (je sais je sais...)

Sinon ici ce sera plus tristounet, pas grand chose de prévu mais promis je vous raconte tout au retour et notamment çà (*mode je me la pète*)

Bonne semaine à vous !


Vue_Paris.JPG

samedi 21 mai 2011

La bonne nouvelle du jour

Je fais partie du jury littéraire de la Fnac pour la rentrée littéraire de septembre 2011 !! \o/

Plein de lectures en avant-première m'attendent, je suis joie (et je sautille partout depuis ce matin quand le gentil facteur m'a apporté la nouvelle). Et bien sûr je vous emmène avec moi dans cette nouvelle aventure ;)

Fnac.jpg

- page 2 de 13 -