Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - Masse critique

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 23 mars 2015

[BD]Sans pardon

Les chasseurs de prime ont enfin retrouvé la trace de Carter, le bandit le plus recherché du pays. Prêt à tout pour sauver sa peau, ce dernier abandonne sa famille aux mains de ses poursuivants. Dix ans plus tard, son fils est à son tour devenu un hors-la-loi sans pitié. Rongé par les remords, Carter décide le sauver à tout prix du sort qui l'attend.

Une bédé western choisie pour le duo père/fils Hermann dont j'avais déjà entendu parler mais que je ne connaissais pas.

Et à vrai dire avec qui je n'ai pas du tout accroché... Le dessin ne m'a pas particulièrement séduite bien qu'il ait du style et soit maitrisé. Le cadre western américain avec ses grands espaces est le seul point positif que j'en retiens au final.
Là où le bât blesse considérablement c'est sur le scénario, c'est assez vide, vite expédié et sans finalité mise à part la violence qu'il met en scène. Même au niveau de l'ambiance ou de l'atmosphère c'est terne. Le personnage du père dont on ne connaît rien du passif (puisqu'on plonge directement dans un épisode violent lié à son passé sans trop savoir ce qu'il a commis au juste) aurait sûrement mérité d'être mieux introduit pour donner un peu d'épaisseur à l'intrigue.
On en ressort sur sa faim et avec le sentiment d'une lecture vaine et sans intérêt.

En résumé un dessin peu convaincant et un scénario inexistant : le bilan est plus que maigre !
C'est bien rare que je ne trouve pas mon compte avec une bédé, mais Sans pardon a réussi cet exploit. Je sais pourtant que Hermann a ses fans, j'ai sûrement fait mauvaise pioche avec ce titre...

Merci à Babelio et aux éditions Le Lombard pour cette lecture.



Hermann & Yves H, Sans pardon

tous les livres sur Babelio.com

jeudi 12 mars 2015

Alors vous ne serez plus jamais triste

Un médecin qui a perdu le goût de vivre décide de mettre fin à ses jours. Il monte dans un taxi pour régler quelques affaires à l'hôpital et rencontre la conductrice, une vieille dame excentrique, qui possède le don de deviner le moment exact de la mort des gens. Elle lui propose de lui laisser 30 jours pour revenir sur sa décision. Il cède à sa proposition. L'ouvrage est paginé à rebours.

Un roman choisi lors du dernier Masse critique, intriguée par le joli titre, séduite par le résumé !

Et ce fut un choix heureux, j'ai vraiment passé un bon moment avec ce roman un poil loufoque, un poil décalé, un poil nostalgique et plein de surprise !
Dès la première rencontre on tombe sous le charme de cette dame excentrique qui va tout mettre en œuvre pour détourner le jeune médecin de ses envies suicidaires.
Et bien que le dénouement soit assez prévisible on se laisse surprendre à plusieurs reprise sur le cheminement et les stratagèmes de la veille femme.

Sans être dénué de sentiment on ne nage pas non plus en pleine guimauve, c'est parfois rude, parfois doux mais jamais cliché ou lugubre.
Au final plus qu'autre chose ce roman est l'histoire d'une amitié naissante entre deux êtres atypiques et qui vont s'aider l'un l'autre à passer un cap.

Pour ne rien gâcher c'est bien écrit, la narration en compte à rebours est poussée jusqu'à la numérotation des pages (et c'est perturbant !) et on enchaîne les chapitres à bon rythme curieux d'avoir le fin mot de l'histoire.

Merci à Babelio et aux éditions Fayard pour cette lecture.



Baptiste Beaulieu, Alors vous ne serez plus jamais triste

tous les livres sur Babelio.com

mercredi 4 mars 2015

Un palace en enfer

Présentation de l'éditeur : Sexy et grande gueule, Rosie Maldonne est une jeune mère de trois enfants qui a pour seules ressources les versements du RSA. À quelques encablures de la Côte d'Azur, elle vit dans une vieille caravane posée sur un terrain vague, à la lisière d'une petite ville. Ce matin-là, la voilà partie à la recherche de quelques sous en mettant en pratique son système D habituel, quand le destin va frapper à sa porte : un gros paquet de fric lui tombe dessus sans prévenir ! Cette manne imprévue ne sera-t-elle pas finalement la source de tous ses ennuis ? À qui étaient destinés ces milliers d'euros ? Pourra-t-elle les garder sans dommages collatéraux ? Est-ce un piège ? Comment va-t-elle se sortir de ce traquenard ? Qui est ce flic trop mignon qu'elle croise partout ? Pourquoi sa meilleure amie et son bébé ont-ils disparus ? Est-ce vraiment la mafia russe qui la pourchasse ? Rosie, toujours coeur d'artichaut, est-elle vraiment en train de tomber amoureuse ? Va-t-elle suivre son coeur, sa raison, ou l'attrait de la fortune ? Cet argent tombé du ciel lui ouvrira-t-il les portes d'un palace, ou d'un enfer ? Un palace en enfer est un roman policier alliant suspense et humour. Première enquête de Rosie Maldonne.

Un roman policier féminin assez loufoque et qui donne envie pour une lecture légère et divertissante !

Pour le côté loufoque et divertissant, c'est un sans-faute. On sourit souvent, les évènements inattendus et cocasses s'enchaînent : cette Rosie a un vrai don pour se fourrer dans des situations alambiquées au impossible !

Là où j'ai pris moins de plaisir (à vrai dire ça a même été difficile au départ) c'est le style qui laisse un peu à désirer... Certes notre héroïne a un langage fleuri et familier (qui tend régulièrement à la grossièreté même) mais pour le coup tout le roman est écrit comme de sa main et c'est parfois dérangeant, pour ne pas dire désagréable. A mon sens on n'écrit pas comme on parle, désolée, quand bien même cela reflète le personnage. Ok dans les dialogues et pour quelques expressions issues des pensées du personnage mais pas plus.
Ce n'est donc pas véritablement un défaut puisque c'est volontaire, plutôt un mauvais calcul pour moi. Je ne suis cependant pas certaine que cette forme dérangera tous les lecteurs, chacun sa sensibilité !

L'ensemble se lit toutefois assez vite, c'est fluide et rythmé.
Rosie et son petit monde s'avère attachants et malgré quelques rebondissements improbables on a envie de connaître le fin mot de l'histoire.

En résumé c'est un roman amusant et léger malgré un style un peu trop argotique et familier à mon goût !

Merci à Babelio et aux éditions Michel Lafon pour cette lecture.




Alice Quinn, Un palace en enfer

tous les livres sur Babelio.com


jeudi 5 février 2015

La guerre d'hiver

À presque soixante ans, c’est l’heure du bilan pour Max Paul. Après avoir connu la célébrité dans les années 1990 lors de la parution de son étude sur la vie sexuelle des Finlandais, le professeur de sociologie a l’impression d’être un has-been qui n’arrive plus à écrire. Sa vie familiale lui donne tout autant de soucis, entre sa femme, Katriina, éternelle insatisfaite qui cherche à tout régenter, et ses filles, l’aînée Helen, enseignante passablement lassée, maman un peu dépassée, et la cadette Eva, étudiante en art rêveuse et désinvolte, plongée en pleine crise existentielle. Reste la jeune et jolie Laura, son ancienne élève venue l’interviewer à l’occasion de son anniversaire, dont la présence n’est pas pour lui déplaire, mais qui pourrait bien semer la zizanie.

Il y a du bon et du moins bon dans ce roman dont je ressors toutefois un peu déçue...

Le quatrième de couverture laissait présager un aspect comédie un peu plus prononcé et c'est surtout sur ce point que se fonde ma déception.
On est plus dans un sentiment de nostalgie douce-amère parsemé de quelques sourires. Ce n'est finalement qu'arrivé aux dernières pages que l'attente est comblée, dommage.

Pour autant je ne peux pas non plus dire que c'est une lecture difficile ou déplaisante. Le cadre finlandais à lui seul (et ce qu'on apprend sur l'Histoire finlandaise notamment) est plaisant et on se laisse porter par les personnages, ce sentiment du temps qui passe et l'heure des bilans.
C'est un peu lent par moment, mais rien de bien conséquent et l'alternance des personnages donne du souffle quand il vient à manquer.

Je crois qu'au final j'ai eu un peu de mal à cerner ce roman. Quelle est la finalité de tout ça ? C'est assez obscur...
On a le sentiment que Teir plante son décor, ses personnages mais que ce sont juste des esquisses non abouties.

C'est donc un bilan en demi-teinte. A la fois j'ai aimé le cadre, l'ambiance et l'écriture de Teir, autant je reste un peu sur ma faim pour tout le reste...

Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel pour cette lecture.




Philip Teir, La Guerre d'Hiver

tous les livres sur Babelio.com

vendredi 23 janvier 2015

Walking Disaster

Avant de quitter ce monde, la mère de Travis lui a donné deux conseils : "Joue, et ne cesse jamais de te battre pour ce que tu désires." Favori des combats clandestins de toute la région, Travis a mis à profit une partie de l'adage. Mais entre cette violence et les histoires d'un soir, il ne reste aucune place pour l'amour... pas plus que pour la déception. Alors qu'il se croit invincible, la rencontre d'Abby va faire vaciller toutes ses certitudes... Il est grand temps de faire vraiment la connaissance de Travis Maddox...
Une histoire a toujours deux faces. Dans Beautiful Disaster, Abby a eu sa voix. Désormais, il est temps de la découvrir à travers les yeux de Travis.

J'aime assez les réécritures selon point de vue de personnage d'une manière générale et j'avais passé un assez bon moment avec Beautiful Disaster, je me suis donc lancée avec cette "version selon Travis" lors du dernier Masse Critique de Babelio.

Au final aucune surprise, c'est exactement la même histoire (avec de légers bonus sur l'enfance de Travis). Et pourtant j'aurai aimé lire cette version avant celle d'Abby, ce point de vue masculin m'a plus emballé, j'apprécie vraiment Travis au final bien plus qu'Abby.

On peut donc dire que l'aspect redite et sans surprise est quelque peu compensé par la touche Maddox. Une de mes critiques envers Beautiful Disaster concernait la manière d'aborder les choses d'Abby et son côté indécis et lassant ; pour le coup ici le problème ne se pose plus, Travis est bien plus franc, direct et décidé ce qui est plus qu'appréciable.

Pour moi ce roman est tout à fait compréhensible et abordable si on n'a pas lu la version originale, et j'ajouterai que si il ne fallait en lire qu'un ce serait plutôt celui-ci que le premier.
Pour les lecteurs ayant déjà lu Beautiful Disaster, cette version n'est pas indispensable et n'apporte pas grand chose de plus à l'intrigue. Elle est appréciable si on a pris plaisir à cette première lecture et que comme moi on a eu un petit coup de cœur pour le personnage de Travis qui se dévoile tout de même plus dans cette version (et qu'on apprécie que davantage encore ensuite !).

Merci à Babelio et aux éditions J'ai Lu pour cette lecture.



Jamie McGuire, Walking Disaster

***Du même auteur***
Beautiful Disaster

lundi 8 décembre 2014

L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança‏

Cette extraordinaire adaptation illustrée de Don Quichotte de la Manche, l’œuvre monumentale de Cervantès, propose les plus célèbres aventures du chevalier et de son fidèle écuyer, Sancho Pança. Relevant les défis les plus invraisemblables, le héros nous entraîne dans une série de combats aussi rocambolesques qu'illusoires !
Natacha Godeau, qui a soigneusement choisi les passages de l'oeuvre répartis en six chapitres, offre un texte adapté à une lecture dès 9 ans. Doré sur tranche, le livre est illustré par l'une des références d'Alzabane éditions, le dessinateur Jonathan Bousmar, sur la base d'un scénario de Jean-Sébastien Blanck.

Roman jeunesse choisi lors du dernier Masse Critique jeunesse pour deux motifs qui me tiennent à cœur : Don Quichotte occupe une place toute particulière dans mon cœur de lectrice et je m'intéresse beaucoup aux adaptations de classiques pour la jeunesse.

La première chose que je peux vous dire sur ce livre, c'est qu'avant même de l'ouvrir on est sous le charme : c'est un très bel objet avec un soin particulier pour le détail. Des livres comme on en fait malheureusement peu de nos jours : une belle reliure, une tranche dorée, un marque-page tissu, une couverture épaisse et illustrée...

Une fois ouvert le plaisir se prolonge, les illustrations qui peuvent d'abord paraître chargées sont vraiment travaillées et adaptées aux plus jeunes pour les accompagner dans leur lecture.
Au niveau du texte, je n'ai pas de critique à faire. L’œuvre est passablement allégée mais de manière intelligente et sans nuire à la cohérence du roman original ou le vulgariser infantilement ; c'est juste.
Et j'ai beau le connaître par cœur ou presque, j'ai pris plaisir à replonger avec nos deux héros pour un nouveau tour de piste en découvrant les illustrations à chaque page tournée.

D'après moi le "dès 9 ans" est adapté pour les jeunes lecteurs les plus aguerris, sinon je dirai plus à partir de 12 parce que c'est tout de même dense. Reste encore la piste du "lu par un parent" pour plus jeune encore mais il risque d'y avoir pas mal de mots à expliquer !

C'est donc un sans-faute, ou presque : c'est un très beau livre qui rend honneur au roman original en le mettant à portée des plus jeunes à travers une simplification honnête du texte et de magnifiques illustrations. Si je ne devais émettre qu'une critique ce serait au niveau du prologue qui présente les diverses adaptations existantes de l’œuvre et prêche un peu trop pour sa propre paroisse qui aurait pu être plus nuancée.

Merci à Babelio et aux éditions Alzabane pour cette lecture.



Miguel de Cervantes, L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança

mercredi 3 décembre 2014

Nexus

L'an 2040. Nexus est une nouvelle nano-molécule capable de relier les cerveaux entre eux. Alors que certains veulent l'exploiter, d'autres cherchent à l'anéantir. Kade, un jeune étudiant biologiste, voit dans cette drogue de nouvelles possibilités de communication et un immense progrès pour la société. À l'aide d'une poignée d'amis, il parvient à l'améliorer afin qu'il ne soit plus nécessaire de la consommer régulièrement pour en ressentir les effets. Mais les agences gouvernementales sont à leurs trousses… Sam, une espionne travaillant pour le compte de l'ERD (Emerging Risks Directory), les contraint à coopérer : Kade doit servir d'appât en intégrant l'équipe de Su-Yong Shu, une célèbre et géniale scientifique chinoise soupçonnée par l'ERD de travailler sur une technique lui permettant d'asservir les gens contre leur volonté. Dans un monde où se mêlent scientifiques chinois, moines bouddhistes et agents de la CIA, le jeune homme ne tardera pas à s'apercevoir que les enjeux sont bien plus importants qu'un simple trafic de stupéfiants…

Roman choisi lors de la dernière édition Fantastique / SF de Masse Critique, le quatrième de couverture m'avait alléché mais n'a finalement pas tenu ses promesses.

Malgré le fond original et prometteur l'intrigue et l'action n'ont pas su me convaincre et je me suis noyée sous tout le reste jusqu'à décrocher complètement..
Je n'ai pourtant pas de réels reproches à faire à ce roman ; c'est bien écrit, au final assez fluide, les personnages réussis bien que parfois peu originaux (entre le déjà-vu et le stéréotype pour certains)... C'est juste que le déroulement de l'intrigue passe souvent en second plan face à des réflexions et débats noyés sous un jargon informatico-scientifique souvent bien inutile ce qui entraîne immanquablement lourdeur et temps morts bien trop longs.


Bref l'ennui guette et a fini par ravir mon intérêt. Je suis pourtant lectrice de SF, peut-être pas une des plus férue mais je suis déjà rodée au genre, ce n'est donc pas uniquement une question de genre à mon sens.

Le roman a pourtant trouvé son public, et c'est tant mieux parce que je maintiens que l'idée de base est intéressante, certainement des lecteurs plus acharnés et patients que moi !

Merci à Babelio et aux éditions Presses de la cité pour cette lecture.



Ramez Naam, Nexus

tous les livres sur Babelio.com

jeudi 6 novembre 2014

Guide de survie en open-space

5 TRÈS BONNES RAISONS D'ACHETER CE LIVRE :

1. Vous travaillez en open-space : vous n'aimez pas ça, et vous voulez sentir que votre souffrance est partagée. Ce Guide est fait pour vous !
2. Vous travaillez en open-space : vous aimez ça, et vous voulez comprendre pourquoi vos voisins de bureau tirent la tronche. Ce Guide est fait pour vous !
3. Vous ne travaillez pas en open-space : vous voulez des listes détaillées prouvant que vous avez bien raison. Ce Guide est fait pour vous !
4. Vous allez travailler en open-space : vous avez besoin de savoir à quoi vous attendre. Ce Guide est fait pour vous !
5. Vous avez travaillé en open-space : vous élevez désormais des truites dans la Creuse. De temps à autre, vous vous demandez si c était le bon choix... (Oui). Ce Guide est fait pour vous !

Un petit guide de survie qui permet de rire un bon coup et surtout de dédramatiser les nuisances petites et grandes de l'open-space et plus généralement du monde du travail !

Façon Topito et donc dans la majorité des cas sous forme de liste, des cas typiques listés, des réponses types toutes faites et des astuces pour mieux vivre ce "travailler ensemble" imposé.
Alors bon c'est souvent stéréotypé, le trait souvent grossi, mais c'est aussi ça qui est drôle et mine de rien on retrouve pas mal de points communs avec des jobs antérieurs ou en cours voire avec des collègues.

Sans aller jusqu'à vraiment assurer votre survie, ce petit guide vous permettra tout du même de relativiser par l'humour pas mal de situations pesantes ou stressantes que peut créer l'environnement de travail. Ça vise juste, parfois moins, c'est un peu répétitif par moment mais on sourit et c'est déjà ça !

Merci à Babelio et aux éditions Leduc pour cette lecture.



Pétronille, Guide de survie en open-space

mardi 14 octobre 2014

Wave

"La mousse s'est transformée en vagues. Des vagues qui bondissaient par-dessus le récif, à l'autre bout de la plage. Ça n'était pas normal. La mer ne venait jamais aussi près. Les vagues ne se brisaient pas, elles ne s'affaissaient pas. Plus près. L'eau brune et grise. Brune ou grise. Des vagues par-dessus les conifères et qui se rapprochaient de notre chambre. Toutes ces vagues maintenant, chargeant, barattant. Soudain folles et furieuses. Soudain menaçantes. " Le matin du 26 décembre 2004, un tsunami frappe l'Océan indien. Sonali Deraniyagala, en vacances au Sri Lanka, son pays natal, en réchappe miraculeusement. Mais, de sa famille, elle est la seule. La vague lui a pris ses parents, son mari et ses deux petits garçons.

Wave raconte l'histoire de ce jour, où elle a tout perdu, et de tous ceux qui ont suivi. Les mois, les années lorsque l'insupportable déchirement du souvenir succède aux premiers moments d'horreur. La matière de ce livre, c'est la peine impalpable, indescriptible de la narratrice.
Sonali Deraniyagala réussit un récit poétique, sans concession et incroyablement digne sur comment survivre à l'inimaginable.

Une lecture qui prend vraiment aux tripes et qui aborde l'inimaginable. Honnêtement avant lecture on a beau savoir, se douter de l'horreur et de l'ampleur de ce type de catastrophe on est bien loin du compte !

C'est donc un roman-témoignage intime principalement sur le après, le souvenir et la survie. Plus que le récit d'une catastrophe c'est celui d'un deuil, extrêmement long et difficile, à l'exact opposé de cette catastrophe si rapide et expéditive.
La perte est brutale, intolérable et difficile à réaliser. L'auteure aborde tout (les souvenirs, les chutes, la culpabilité, le déni...) avec des mots justes et sincères, et si on cerne bien la peine d'une mère, ce n'est jamais parce qu'elle cherche l'apitoiement mais parce qu'elle tente de raconter l'indicible.

Le roman est construit autour des années qui passent et de cette peine qui change sans jamais disparaitre pour autant.
J'avoue que même pour le lecteur elle finit par devenir étouffante et qu'on a hâte d'arriver à la fin au bout d'un moment. Cette femme a continué à vivre tant bien que mal avec ses fantômes et on sait bien qu'il n'y aura jamais de total apaisement pour elle, l'espoir s'effrite peu à peu et donne envie de tourner le regard.
On termine donc avec soulagement ce roman difficile.

C'est un témoignage important mais que j'ai vraiment eu du mal à terminer, une vraie sensation d'étouffement au fur et à mesure de ma lecture.
Pourtant l'ensemble est bien écrit, très honnête aussi je pense, j'avais juste hâte d'en sortir.
J'ai aimé même si j'ai souffert, et j'en garderai un souvenir marquant c'est certain.

Merci à Babelio et aux éditions Kéro pour cette lecture.



Sonali Deraniyagala, Wave

tous les livres sur Babelio.com

jeudi 21 août 2014

[BD]Sois gentil, tais-toi et dors

Un homme, une femme, un lit et toutes les répliques cultes qu’elle n’a jamais osé dire ! Ici les rôles sont inversés : Elle se lâche et Il entend tout ce qui Lui a été épargné jusqu’à maintenant. Simple, mais efficace, drôle et léger, cette petite BD donne de la voix à tout ce qu’Elle a refoulé très fort pendant toutes ces nuits à côté de Lui.

Si l'idée m'avait emballé par son côté drôle et piquant, le soufflé est retombé bien vite malheureusement...

Certes il y a quelques répliques amusantes, on a donc bien l'aspect "drôle" annoncé en résumé. Là où je suis moins d'accord c'est sur le "léger" parce que justement j'ai vite trouvé ça lourd !
Je m'attendais à de l'humour sur le couple et plus spécifiquement sur le sexe au sein du couple et au final ces piques (qu'elles visent juste ou non) attaquent un peu trop durement ces messieurs à mon goût, de manière répétitive et pas toujours très "légère", on frôle la méchanceté et la rancœur.

Au point qu'au bout d'un certain temps cet humour m'a mis mal à l'aise... Je ne suis pas anti-féminisme (étant une femme moi même je ne vois même pas comment ce serait possible) loin de là, seulement pour moi le sexe se fait à deux et si on peut en rire et en parler avec légèreté on ne peut pas pour autant charger ainsi un seul des partenaires.

L'humour vire à l'aigreur selon mon ressenti. Dommage !

Merci à Babelio et aux éditions Blandine LACOUR pour cette lecture.



Blan & Galou, Sois gentil, tais-toi et dors

- page 1 de 5