Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - Littérature jeunesse

Fil des billets - Fil des commentaires

jeudi 28 août 2014

A kiss in the dark

Lorsqu'Alex et Kate se rencontrent, l'attirance est immédiate. Il a de l'humour, un beau visage et un brin de timidité : tout ce que Kate recherche chez un petit ami. Elle est jolie, craquante, avec un irrésistible soupçon de naïveté : Alex ne peut résister à son charme. L'un des deux cache pourtant un lourd secret qui va non seulement peser sur leur amour naissant, mais aussi menacer leur vie...

On ne sait jamais trop à quoi s'attendre avec Cat Clarke, si ce n'est à être surpris ! Cette auteur a vraiment un don créatif, ses intrigues sont toujours innovantes et c'est pourquoi je me précipite sur ses romans.

Et une fois de plus ça n'a pas manqué j'ai à nouveau été victime de la plume captivante de Clarke, quel page-turner !
D'abord déconcertée par les premières pages (je me suis même demandé si ce n'était pas mal écrit ou mal traduit c'est pour dire !) la révélation du fond de l'intrigue m'a laissé estomaquée ! Pour le coup j'étais vraiment heureuse de ne pas avoir lu de chroniques ou résumés trop révélateur et de m'être préservée cette découverte.
Et donc oui je vais aussi vous la préserver, même si ça va être difficile :p

Vraiment je ne me suis pas ennuyée une seconde tellement la tension est palpable et croissante au fur et à mesure de l'avancée dans le roman.
Il est structuré en deux parties ; avant la révélation et après la révélation, et qui se distinguent aussi par le narrateur ; d'abord Alex puis Kate. Très efficient !

Au niveau des personnages j'ai tout de suite été prise d'empathie pour Alex tout en trouvant Kate plus futile et moins intéressante, jusqu'à ce changement de narrateur qui change la donne et m'a permis d'apprécier Kate à son tour.
L'ensemble est réaliste et délicat, aussi bien l'intrigue que le background ou les personnages de tout niveau d'importance. A aucun moment Clarke ne cède à la facilité ou au cliché, chapeau madame.

Ce que j'aime aussi chez Clarke c'est que les thèmes qu'elle aborde ne sont jamais inconséquents et osent un regard différent le tout de manière assez neutre.
C'est encore le cas avec ce roman même si je ne peux pas vraiment vous lister ces fameux thèmes sans vous en dire trop... Désolée !

L'ultime rebondissement quoique lui aussi surprenant m'a moins convaincu (même si au niveau de la tension je me suis largement prise au jeu), un peu trop spectaculaire "fait-divers" à mon goût. La conclusion ré-équilibre ce petit écart mais dommage tout de même, je rate le coup de cœur de peu pour le coup !

En résumé Cat Clarke nous livre à nouveau un roman YA qui se démarque vraiment tout en traitant des sujets adolescents importants et le tout sans jugement ou morale bien pensante. L'intrigue est prenante, les personnages réalistes et attachants, l'ensemble est fluide, bien structuré et se dévore plus que se lit. Foncez !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Cat Clarke, A Kiss in the Dark

***Du même auteur***
Confusion
Cruelles
Revanche


mercredi 27 août 2014

Eleanor & Park

1986. Lorsque Eleanor, nouvelle au lycée, trop rousse, trop ronde, s'installe à côté de lui dans le bus scolaire, Park, garçon solitaire et secret, l'ignore poliment. Pourtant, peu à peu, les deux lycéens se rapprochent, liés par leur amour des comics et des Smiths... Et qu'importe si tout le monde au lycée harcèle Eleanor et si sa vie chez elle est un véritable enfer, Park est prêt à tout pour la sortir de là.

Après avoir lu tant de bien sur ce roman je me suis finalement lancée cet été, encouragée par ma première lecture de Rowell satisfaisante il y a quelques mois.

Et je dois dire que même si j'ai aimé, je n'ai pas compris le coup de cœur de mes comparses et les nombreuses éloges que ce roman a suscité.
Certes c'est bien écrit, c'est délicat et reflète bien toute la maladresse adolescente d'un premier émoi mais ça reste bien gentillet et un peu simpliste à mon goût. Je crois que le qualificatif qui reflète le mieux cette lecture c'est "mignon".

Les deux personnages sont attachants, le jeu des points de vue est toujours agréable, se replonger dans les quasi 90's sympathique, ce qui fait qu'on passe un bon moment. Le roman se lit donc vite et avec empathie.
Mais au-delà de ça on frôle parfois le cliché au niveau des backgrounds de nos deux protagonistes surtout mais de leur environnement lycéen aussi. De ce côté là ça manque de surprise ou de profondeur, Rowell succombe à la facilité.

Alors certes c'est un roman touchant, comme peuvent l'être deux adolescents timides qui tombent amoureux mais ça s'arrête là, pas de chef-d’œuvre en vue malheureusement pour moi !
Je le recommande toutefois, surtout aux jeunes lecteurs. Je pense qu'il peut apporter un regard intéressant et un peu de poésie sur la différence et l'isolement dans cette jungle cruelle adolescente où la beauté est normée et se mesure aujourd'hui à un écart de centimètres entre deux cuisses...



Rainbow Rowell, Eleanor & Park

***Du même auteur***
Attachement

lundi 25 août 2014

Divergente, Tome 3 : Allégeance

Le règne des factions a laissé place à une nouvelle dictature.
Tris et ses amis refusent de s'y soumettre.
Ils doivent s'enfuir.

Mais que trouveront-ils au-delà de la clôture ?

ET SI TOUT CELA N’ÉTAIT QUE MENSONGE ?

Enfin le final !! Après les révélations de fin du tome précédent la curiosité et la tension sont à leur apogée et on peut s'attendre à une conclusion explosive.

Le tome joue avec nos nerfs et le rythme est très inégal. On enchaîne action, révélation avec des passages plus lents et disons-le clairement plat. La discorde entre nos deux héros est assez vite lassante, j'ai trouvé Quatre assez décevant dans ce tome au moins pour le premier tiers.
Il faut dire que j'attendais beaucoup de ce dernier tome, ma lecture a donc été impatiente ce qui a évidemment influé sur ce ressenti. Une relecture de la saga complète va s'imposer dans quelques temps, peut-être avec la sortie du second film.

Le vrai final par contre est juste impeccable, Roth arrive encore à nous surprendre et à se démarquer. Sans vous en dire trop c'est très émouvant et en pleine adéquation avec la trilogie, pour ma part j'ai souffert mais j'ai adoré !

En résumé ce n'est pas un total coup de cœur, les lenteurs et la relation Tris-Quatre n'ont pas été à la hauteur pour ça, mais on n'en est pas loin ! Ce dernier tome nous apporte les dernières réponses et le monde dystopique de Roth se révèle dans toute sa structure et son historique pour notre plus grand plaisir.
La conclusion est éprouvante et la tension est palpable, une chute digne de Tris : entière, aventurière et brillante !



Veronica Roth, Divergente 3 : Allégeance

***Du même auteur***
Tome 1 : Divergente
Tome 2 : Les insurgés

mardi 22 juillet 2014

Lune et L'ombre, Tome 1

Lune a treize ans. Lune voit le monde en noir et blanc. Lune souffre d’une maladie dont nul ne connaît l’origine... Jusqu’au jour où, chez le médecin, l’affiche d’une exposition attire son attention. Pour la première fois depuis longtemps, Lune perçoit de nouveau les couleurs ! Convaincue que le remède à son mal se trouve au musée, la jeune fille décide d’y aller. Mais une ombre malveillante la suit, prête à tout pour l’arrêter. Commence alors pour Lune un voyage étrange. De tableau en tableau, l’adolescente découvrira ses pouvoirs et le secret de son passé...

J'avais vraiment envie de découvrir Charlotte Bousquet, dont j'ai entendu grand bien, et c'est finalement un peu au hasard que la découverte c'est fait avec cette nouvelle saga jeunesse qu'elle commence.
J'ai aimé l'idée de départ de cette jeune fille qui ne voit plus le monde qu'en noir et blanc, il ne m'en fallait pas plus à vrai dire.

Le personnage de Lune est réussi et attachant, on est pris d'empathie pour sa situation familiale difficile et cette maladie étrange qu'elle subit.
Un peu moins convaincue par les autres personnages de cette famille ; la mère et le beau-père ; on frôle le cliché c'est un peu trop brut et mériterait un peu de nuances.

L'introduction - mise en place est juste ce qu'il faut pour ne pas embourber les jeunes lecteurs, on a un bon panorama de la situation avant que ne commence véritablement l'intrigue sans que cela ne traine non plus.
Idem pour le danger qui va croissant et qui rend la lecture prenante.

Le jeu avec les tableaux est lui réussi et original, j'ai juste regretté que l'aspect course poursuite rende l'ensemble un peu précipité et parfois même brouillon alors qu'à mes yeux c'est vraiment le point fort de l'intrigue

En résumé c'est un premier tome de saga jeunesse original, avec une héroïne attachante mais qui à mes yeux a de petits ratés de tempo et qui s'offre quelques facilités. A voir si les tomes suivants seront plus creusés et si la narration s'épaissit un peu parce que là pour des 10-12 ans c'est un peu "light".
La plume de Bousquet rend toutefois la lecture plaisante et la notice en fin de lecture sur les différents tableaux et peintres évoqués est un véritable plus pour découvrir l'art et donner envie au plus jeune de faire un tour au musée ;)
Pas mal mais peu mieux faire !



Charlotte Bousquet, Lune et l'ombre, Tome 1 : Fuir Malco

samedi 19 juillet 2014

La fille de Braises et de Ronces T3 : Le royaume des Larmes

La reine Lucero-Elisa, porteuse de la Pierre Sacrée du Destin, est en fuite. À la Porte des Ténèbres, ses ennemis ont enlevé Hector, l'homme qu'elle aime et le commandant de sa garde. Son royaume est au bord de la guerre civile, ses propres soldats ont même ordre de l'abattre...
Pour reconquérir son trône et sauver Hector, Elisa doit mener ses trois fidèles compagnons au coeur d'un pays de neige, de glace et de magie destructrice.
Les terribles secrets qu'elle découvrira durant ce périple pourraient bien changer le cours de l'Histoire...

Ce n'est pas une nouveauté j'ai un gros coup de cœur pour cette saga depuis le premier tome, j'étais donc à la fois joie et tristesse de lire ce troisième et ultime tome...

Et dévorée de curiosité aussi avouons le, Carson s'étant amusée à jouer avec nos nerfs sur la conclusion du tome précédent.
Les attentes sont donc nombreuses avec ce dernier tome !

Nos deux héros sont donc séparés et ce volet est composé de chapitre alternant le point de vue de chacun d'entre eux, simple mais terriblement efficace !
A la fois pour l'intrigue de fond qu'on voit évoluer depuis deux bords distincts et opposés et même temps pour ce qui lie nos deux personnages, la tension est croissante et la surprise finalement là où ne l'attend pas.

Il faut reconnaître que Carson ne va pas à la facilité (au passage merci, vraiment, ça fait du bien !) tout en contentant son lecteur, chapeau bas !
Cette conclusion est donc riche en rebondissements tout en apportant les réponses attendues (et puis surtout LA scène révélation Elisa-Héctor) sans que le tout soit cousue de fil blanc : un final à hauteur de la saga.

Ce dernier volet est aussi indéniablement celui du voyage, davantage encore lors du premier tome, Elisa et sa troupe vont parcourir de nombreuses contrées et le lecteur se voir offrir un beau panorama de l'univers de la saga. Il aurait été dommage d'en être privé d'ailleurs, Carson redouble de créativité pour ses villes et cultures, il y a de quoi se régaler.

Si je devais émettre un seul bémol (et c'est plus fort que moi je le fais !) ce serait sur l'aspect mission divine du porteur de la pierre sacrée. J'ai aimé la voie prise par Carson mais j'avoue que j'en attendais plus, principalement il m'a manqué cette finalité qui reste en suspend : la théorie du battement d'aile d'un papillon qui engendre etc... ok je note mais après avoir suivi Elisa si longtemps et la voir réaliser sa mission j'aurai aimé connaître les conséquences même si il est fort probable que l'impact se situe à des siècles de sa réalisation.

C'est donc un final à la hauteur de la saga et qui définitivement classe la saga dans mes coups de cœur fantasy jeunesse / YA.
J'espère que Carson ne va pas s'arrêter en si bon chemin et j'ai vraiment hâte de lire ses prochains (et nombreux !! souhaitons-le) roman.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Rae Carson, La Trilogie de braises et de ronces, tome 3 : Le Royaume des larmes

***Du même auteur***
La fille de Braises et de Ronces
Tome 1
Tome 2
Hors-Série

mardi 15 juillet 2014

49 jours, Tome 2

France, 2030. Dans le chaos de la Troisième Guerre mondiale, Rain a juré de retrouver Floryan, celui qui a bravé l’au-delà par amour pour elle. Pourtant, lorsque la jeune fille arrive au rendez-vous qu’ils s’étaient fixé, elle n’y trouve pas celui qu’elle attendait, mais Noah, un garçon inconnu. Intimement persuadée qu’il s’agit de la réincarnation de Floryan, l’adolescente s’enfuit avec lui dans les montagnes. Traqués par des soldats, ils survivent grâce à l’intervention d’Eliott, un jeune schizophrène qui prétend connaître Rain et possède d’étranges pouvoirs. Ensemble, ils sont le seul espoir de l’humanité. Car ce conflit a pour origine les Élohim, de sombres créatures qui vivent entre les mondes dans le but d’asservir les hommes. Pour vaincre ces monstres, le trio devra s’engager dans une quête qui les conduira jusqu’à l’Intermonde et, peut-être, la découverte de la vérité. Mais face au chaos, Rain n’est obsédée que par une question : qui possède l’âme de celui qu’elle aime ? UN ESPOIR POUR L’ETERNITE.

J'émettais de sacrés doutes à la fin de la lecture du premier tome, en un sens j'ai eu le nez creux...

J'étais toutefois curieuse de voir comment Colin allait poursuivre son jeu d'équilibriste avec ce second tome, et avouons le aussi j'avais envie de poursuivre avec Floryan étant donné le suspens de fin de tome.

On reprend exactement là où nous en étions et le démarrage est assez rapide. Pas de temps mort et c'est tant mieux.
C'est ensuite que ça se gâte un peu. Et ça me gène vraiment qu'avec Colin il y ait toujours ce "mais" qui flotte quelque part.

Parce que cet auteur a un don, un vrai. Ces personnages sont épais, il sait mettre en place des contextes imaginaires et/ou oniriques véritablement innovants et qui valent le détour. Bref on pourrait largement viser le sans faute et l'auteur incontournable.
Sauf que, ce fameux "mais" c'est sa capacité à bâtir des intrigues vraiment solides. On a toujours un sentiment de flou ou de fin bâclée, ce n'est ni limpide ni bien construit. Et c'est tellement dommage, quand on sait écrire comme ça de ne pas savoir conclure...

Après je reconnais que je fais partie de la catégorie de ceux qui ont besoin d'une fin marquante. Elle peut être ouverte ou nous laisser dans l'expectative (même si du coup je rumine :p) mais j'ai besoin de m'en faire une idée claire. Avec Colin ce n'est pas le cas et ça me laisse une sensation de gêne et d'inachevé.

Si ce n'est pas votre cas et que vous faites avec je vous envie, parce que pour le reste j'aime vraiment ce que fait Colin. Cela dit ça ne m'empêchera pas de retenter un autre de ses romans !



Fabrice Colin, 49 jours, La dernière guerre, Tome 2 : Seconde vie

***Du même auteur***
Bal de givre à New-York
49 jours, la dernière guerre : Tome 1

lundi 16 juin 2014

Le testament de Jessie Lamb

Jessie Lamb a seize ans, des parents qui passent leur temps à se disputer, une tante célibataire déjantée, des amis, des flirts, des rêves. Une adolescente normale, en somme. Sauf qu’elle n’évolue pas dans un monde « normal ». Depuis que des bioterroristes ont propagé le virus du SMM, les femmes enceintes meurent toutes en couche. Par conséquent, l’humanité est menacée d’extinction. Alors que tout son univers familier et rassurant s’effrite, Jessie, qui jusque-là ne se sentait que très peu concernée par les problèmes du monde, prend conscience de son pouvoir de changer le cours de l’histoire. Allant à l’encontre de l’avis de ses parents, elle se porte volontaire pour devenir une « Sleeping Beauty », comme on surnomme celles qui acceptent de se sacrifier pour donner la vie en participant à un programme scientifique.

Je m'attendais un autre roman jeunesse / YA dystopique (avec un pitch alléchant tout de même) et finalement même si il y a de ça sur la toile de fond, on touche à autre chose avec ce roman.

J'y ai lu surtout toute la réflexion et le cheminement d'une ado sur le monde qui l'entoure, sa révolte, son désir d'action et l'envie de donner un sens à sa vie... L'ensemble est vraiment approfondi, car ce testament /confession reprend dès les premiers pas la voie qui a conduit Jessie jusqu'à sa résolution finale : le désir de protestation, l'inquiétude pour l'avenir, les groupes de réflexion et les manifestations, les actions collectives et leurs lenteurs, la difficulté d'obtenir un consensus et de passer à l'action de manière collective ce qui la pousse finalement à l'action individuelle.

Au vu du résumé je m'attendais plus à un récit actif qu'à une telle réflexion et je dois dire que je n'en suis pas mécontente au final.
Le seul point dommageable c'est que le récit présente des lenteurs, la jeune femme se livre alors qu'elle est prisonnière et sa confession s'étale, parfois un peu trop, entrecoupée de son quotidien répétitif lié à l'enfermement.
Son isolement la pousse aussi parfois à se remémorer des scènes qui sortent de son récit, ce qui apporte par moment un peu de confusion.

Dans l'ensemble j'ai aimé ce monde privé d'enfant, privé d'avenir et le récit du long cheminement de cette ado que le désir d'agir prend progressivement aux tripes.
A noter tout de même que le récit est bien plus lent et bien moins rythmé par rapports aux autres dystopies jeunesses habituelles.

Merci à Babelio et aux éditions Presses de la cité pour cette lecture.



Jane Rogers, Le Testament de Jessie Lamb

mercredi 14 mai 2014

Les 100, Tome 1

Depuis qu'une guerre nucléaire a ravagé la planète, l'humanité s'est réfugiée dans des stations spatiales en orbite à des milliers de kilomètres de sa surface radioactive. Aujourd'hui, cent jeunes criminels sont envoyés en mission périlleuse : recoloniser la Terre. Cela peut leur donner une chance de repartir de zéro... ou de mourir dès leur arrivée. Clarke a été arrêtée pour trahison, mais son véritable crime continue de la hanter au quotidien. Wells, le fils du Chancelier, est venu sur Terre pour ne pas être séparé d'elle, cette fille qu'il aime plus que tout. Mais saura-t-elle un jour pardonner son parjure aux conséquences fatales ? Bellamy, au tempérament de feu, a tout risqué pour rejoindre Octavia à bord de la navette : tous deux sont les seuls frères et sœurs que compte encore le genre humain. Glass, elle, a accompli la manœuvre inverse et est parvenue à rester à bord de la station. Elle va vite comprendre que les dangers qui la guettent sont au moins aussi nombreux que sur Terre. Face à un monde hostile où chacun reste rongé par la culpabilité, les 100 vont devoir se battre pour survivre. Ils n'ont rien de héros, et pourtant, ils pourraient bien être le dernier espoir de l'humanité.

On plonge dans ce roman de plein fouet, tout comme les 100 à leur arrivée sur Terre : désorienté.

Et puis on apprend à connaître peu à peu chaque personnage, à travers les évènements en cours ou leurs souvenirs, le lève se voile et la situation se révèle bien pire que ce que l'on croyait...

En toute honnêteté j'étais un peu sceptique en début de lecture, j'avais lu peu avant le second tome de Mission Nouvelle Terre et j'avais un peu peur de retomber dans une trame identique.
Au final je me suis laissée prendre au jeu et plus j'avançais dans ma lecture plus je me suis mise à dévorer ce premier tome. La tension est croissante, le rythme s'accélère, on saute d'un personnage à un autre à la fois frustré de quitter celui en cours mais tout de même curieux de voir ce qu'il se passe pour le suivant etc... Bref j'ai eu bien du mal à couper ma lecture et à lâcher le roman quand c'était nécessaire.

Le côté dystopique est peu développé dans ce premier tome, on en sait finalement peu sur ce qui a amené l'humanité là où elle en est (enfin dans les grandes lignes oui mais c'est tout), l'aspect SF également (certes on a un vaisseau spatial et une vie à bord mais pas de colonisation, pas de rencontre du troisième type ou autre) et ce sont plus les aspects thriller (pour l'intrigue) et survie qui prennent le dessus. Et ce n'est un secret pour personne j'adOre les récits de survie, mon petit côté Robison Crusoé sûrement !

Morgan nous entraîne donc à la suite de ses personnages avec efficacité, on se prend d'empathie pour certains, on cerne moins bien d'autres et même si les repères se mettent en place peu à peu on sent qu'elle aime nous laisser dans le flou et joue avec son lecteur (une petite ambiance thriller vous dites ?).
Les dernières lignes ont fini de me convaincre de ce petit côté sadique chez l'auteur !! (vous comprendrez à le lecture). J'ai hâte, hâte hâte d'avoir le tome suivant entre les mains !

Il y a également une série tv adaptée de cette saga, je n'ai pas commencé à la regarder mais si il y a des avis je suis preneuse ;)

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Kass Morgan, LES 100, Tome 1

mardi 13 mai 2014

Créatures, légendes et mystères

Au cœur de la brume du Loch Ness, dans la cave voutée d'un château anglais, dans les montagnes enneigées du Japon, sommeillent de bien étranges créatures : la bête du Gévaudan aurait fait plus de 100 victimes, les fantômes du Hollandais volant ne se montreraient que les soirs de tempête, la créature de Frankenstein aurait tué son maître... Réalité ou fiction, légende ou vérité ? Ces créatures, beaucoup les ont vues, entendues, aperçues, mais peu sont encore là pour en parler ...

Un très bel album dont le thème et la couverture m'ont fait de l’œil lors de la dernière édition Masse Critique, je dois dire que j'ai eu bon instinct ce jour-là !

Il est vraiment très beau, un livre-objet comme je les aime ; c'est soigné, on sent le sens du détail, le travail bien fait, le papier de qualité... Je ne l'avais pas encore ouvert que je l'aimais déjà :)

Mais c'est encore mieux lorsque je me mets à tourner les pages et me plonge dans la lecture. On visite ou revisite les grands mythes, légendes et personnages de la littérature fantastique : Dracula, les Gremlins, le monstre de Frankenstein, Nessie...et aussi d'autres moins connus. C'est équilibré.
C'est clairement adressé aux plus jeunes (comprenez plus condensé, parfois résumé) mais globalement c'est très bien fait et respectueux des œuvres d'origine quand il y en a.
Les illustrations sont à tomber et le vrai plus (qui m'a le plus emballé je dois reconnaître) c'est qu'à la fin de chaque chapitre "monstre" on a une mini-gazette sous forme de vieux journal qui reprend les éléments clés historiques ou autres (source géographique ou culturelle d'un mythe, dates clés...) qui apportent des éléments plus factuels mais vraiment enrichissants.

Au final l'album a beau être adressé aux plus jeunes il a également de quoi séduire les adultes et je suis certaine que les parents passeront un bon moment à le lire à leurs chères têtes blondes.
Pour ma part c'est un sans faute !



Merci à Babelio et aux éditions Graine2 pour cette lecture.

Muriel Zurcher, Créatures, légendes et mystères



lundi 14 avril 2014

Night School, Tome 3 : Rupture

Inconsolable depuis la mort de son amie et sous la menace constante d'un espion qui rôde à Cimmeria, Allie Sheridan accuse le coup. Et elle n'est pas la seule à perdre les pédales ; tout s'effondre et se brise autour d'elle : amitiés, amours, certitudes... Alors, quand Nathaniel commence à abattre ses cartes maîtresses, Isabelle, la directrice elle-même, ne sait plus que faire.
L'école sombre peu à peu dans les sables mouvants de la paranoïa et de la suspicion. Chaque étudiant est désormais considéré comme coupable jusqu'à preuve du contraire et peut être détenu sans procès. Dorénavant, trahison et délation gèlent les cœurs trop tendres et attisent les passions les plus noires.
Cette fois-ci, Nathaniel n'a même pas besoin d'attaquer les occupants de Cimmeria, ces derniers s'en chargent très bien tout seuls...

Une troisième tome attendu, dévoré et... frustrant !

Frustrant, parce que la tension progresse nettement dans ce tome et qu'on n'a pas véritablement de soupape pour l'évacuer. Frustrant, parce qu'au delà de ces suspicions et relations tendues entre les uns et les autres on progresse finalement peu sur l'intrigue de fond (on cerne un peu plus les motivations et moyens de Nathaniel mais guère plus).

Non pas qu'il ne se passe rien ! Au contraire le livre se dévore même. En dehors des entrainements l'action se concentre plus sur la dernière partie du tome (un très bon moment d'ailleurs pour ma part) et je reconnais qu'on voit arriver la fin trop vite, agacé de ne pas avoir le tome suivant sous la main.

Cette frustration vient aussi du fait qu'à force on ne sait plus où donner de la tête, Daugherty joue avec son lecteur : tour à tour notre point de vue change sur les personnages ; amis ? ennemis ? on les apprécie, les aime, les déteste etc... On ne peut pas vraiment "étiqueter" les uns et les autres, ça change constamment !

Allie aussi change, on est loin de la demoiselle du premier tome ! Elle s'est encore endurcie même si elle reste marquée par les évènements précédents (elle réagit d'ailleurs assez mal en début de tome), je la trouve plus sûre d'elle-même et moins hésitante et j'apprécie de la voir évoluer.
Le triangle amoureux reprends aussi de l'ampleur avec cet opus, et reconnaissons-le on aime bien ça :) (enfin surtout quand on évite les affres de la niaiseries et là on en est assez loin).

En résumé Daugherty joue avec nos nerfs et elle fait ça bien ! Je m'attends à un final assez explosif et plus on avance plus la dame place la barre haut, il va falloir tenir le cap !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



C.J Daugherty, Night School, Tome 3 : Rupture

- page 3 de 12 -