Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - Littérature jeunesse

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 14 mars 2015

Nos faces cachées

Ambrose Young est beau comme un dieu. Grand, musclé, les cheveux jusqu'aux épaules et des yeux de braise qui vous transpercent le coeur. Le genre de beauté que l'on retrouve en couverture des romances, et c'est peu de dire que Fern Taylor en connaît un rayon. Elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inatteignable pour une fille comme Fern. Jusqu'à ce qu'il ne le soit plus...Nos faces cachées nous conte l'histoire de cinq jeunes hommes qui ont grandi ensemble et qui partent à la guerre. C'est une histoire de deuil. De deuil collectif et individuel, de deuil de la beauté, de vies brisées, d'identités perdues. L'histoire de l'amour que porte une fille à un garçon en mille morceaux, l'histoire de l'amour que porte ce guerrier meurtri dans sa chair à une fille ordinaire. Mais aussi l'histoire d'une amitié qui vient à bout des pires chagrins, d'un héroïsme qui dépasse sa propre définition. Une version moderne de La Belle et la Bête qui nous fera découvrir avec émotion qu'il y a un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...

Un roman que je pensais romance adolescente sans grand enjeu et qui m'a surpris tellement il est au-delà ce que j'en attendais.

Alors certes le roman commence comme une bluette adolescente, le lycée, la fille amoureuse et un peu rêveuse, le beau gosse star de lutte, etc.
Mais déjà de petits signes : une amitié Fern / Bailey qui est vraiment belle, un amour des livres et de l'écriture, un jeu de lettres...
Et puis survient le drame, celui qui change tout.

Et c'est là que le roman prend toute son ampleur, nous atteignant au cœur, aux tripes, brisant le souffle tout en redonnant un nouvel élan à la lecture.
La plume de Harmon est très belle, toute en finesse et elle s'exprime pleinement à partir de ce revirement. On lit avec à la fois peine, émotion et sourire ; un pêle-mêle émotif chatoyant.

Ajoutons que jusqu'à la fin on ne peut se douter de là où l'auteur nous mène, c'est un récit vraiment humain et réaliste. Pas de véritable happy-end, juste la vie avec ce qu'elle de beau et de moins bon, les bonheurs et les douleurs avec lesquels il faut vivre et avancer.

Alors voilà, j'ai bien du mal à mettre des mots sur ce roman qui se suffit à lui seul, lisez-le, vivez-le. Il fait sens bien au-delà d'une histoire d'amour ordinaire ou extraordinaire, c'est celle de 4 destins dont les ombres dessinent une jeunesse américaine d'aujourd'hui, rien que ça :)

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Amy Harmon, Nos faces cachées

vendredi 6 mars 2015

A pile ou face

Alors qu'Emma tente de se remettre de la mort de son frère aîné, Maxime, elle reçoit des mails posthumes de ce dernier, où il lui confie une application permettant de pratiquer la divination à partir du Livre des Mutations.

Sceptique, Emma procède à des essais. concluants ! Simple coïncidence ou expression de son pouvoir à lire l'avenir ?

Un thriller psychologique sur l'ésotérisme, qui se joue des frontières entre raison et sciences occultes.

J'avais vraiment passé un très bon moment avec Ce qui nous lie et j'avais donc envie de retenter l'expérience Bailly à l'occasion, je ne suis pas sûre d'avoir fait le meilleur choix avec ce roman !

Parce que déjà c'est plutôt jeunesse, plus que ce à quoi je m'attendais et pas vraiment dans le bon sens... Je m'explique. Je lis souvent des romans jeunesse / jeunes adultes et il y a de très bonnes choses je ne suis pas du tout de ceux qui y pensent comme à un "sous-genre" ou que sais-je encore. Sauf que parfois sous couvert d'un public plus jeune les auteurs se foulent un peu moins, simplifient leurs intrigues et livrent des romans peu épais.
C'est le cas ici.

Alors bon, ce n'est pas mauvais mais on sait Bailly capable de mieux que ça et le roman sent tout de même le travail plus léger et vite expédié. Dommage !
Surtout qu'au fond l'intrigue était intéressante et qu'il y avait de la matière pour faire quelque chose de plus élaboré...

Les plus jeunes y trouveront peut-être un peu plus leur compte toutefois.



Samantha Bailly, A pile ou face

***Du même auteur***
Ce qui nous lie

jeudi 26 février 2015

Si loin de toi

Sophie Winters a failli mourir. Deux fois.
Survivante.

Blessée à vie, elle est accro aux anti-douleurs.
Droguée.

Mina, sa meilleure amie, a été tuée sous ses yeux.
Traumatisée.

Personne ne croit à sa version des faits. Ni la police. Ni sa famille.
Seule au monde.

Elle se battra pour qu'éclate la vérité. Au nom de l'amour.
Prête à tout.

Unanimement salué par la critique aux États-Unis, ce roman ravira tous les fans de Nos étoiles contraires.

Un roman ado / young adult sur fond de thriller-enquête qui se laisse lire et avec lequel on passe un bon moment mais sans plus...

En premier lieu, même si habituellement je trouve les quatrièmes de couv' de cette collection plutôt justes, laissez-moi vous détromper : je n'ai fait aucun lien entre Nos étoiles contraires et ce roman.
Nous sommes ici au coeur d'une enquête, que l'héroïne va devoir mener seule étant plus au moins accusée du fait de son ancien statut de junkie et d'une manipulation mise en œuvre pour lui faire porter la responsabilité. Elle n'est pas mourante, son amie quant à elle est déjà morte quand commence le roman (même si on a bien évidemment droit à des réminiscences sur leur relation depuis l'enfance) et pas d'une maladie mais bel et bien d'un meurtre.
Alors où est-ce que le lien existe entre ces deux romans ? Je cherche encore... Même sur le ton ou l'ambiance je ne vois pas.

Enfin bref, il n'en reste pas moins que Si loin de toi est un bon roman. On prend facilement fait et cause pour l'héroïne et on espère voir aboutir sa quête de vérité. Il y a de nombreux personnages impliqués et l'intrigue s'avère assez touffue et cohérente.
Les souvenirs de Sophie sont souvent précieux et aident à comprendre à la fois sa situation actuelle, le traumatisme de la perte de son amie et un autre élément surprenant qui transparait peu à peu et dont je ne vous dirais rien mais qui a lui aussi son intérêt et donne une valeur ajoutée au roman.

Reste que selon moi la collection nous avait habitué à mieux dans le sens où je ressors souvent de ces romans avec un sentiment durable et marquant. C'est moins sensible avec Si loin de toi ; on passe un bon moment sans pour autant retrouver cette originalité ou la profondeur généralement communes aux romans de cette collection.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Tess Sharpe, Si loin de toi

mardi 23 décembre 2014

Night School, Tome 4 : Résistance

" Résistez à la tentation. " Le quatrième tome de la série best-seller internationale, publiée dans plus de vingt pays. Cimmeria représentait bien plus qu'une simple école pour Allie. L'académie était en effet l'unique refuge où elle se sentait vraiment à l'abri. Mais les temps ont changé, l'illusion s'est brisée en mille morceaux... Allie pourra-t-elle résister aux attaques de plus en plus violentes portées tant par les ennemis de l'extérieur que de l'intérieur ? D'autant qu'une toute autre épreuve l'attend dans ce chaos : choisir enfin qui de Carter ou de Sylvain mérite son amour et sa confiance...

Un quatrième tome riche et tendu qui s'inscrit parfaitement dans l'élan donné sur le tome précédent.

On quitte le cadre de l'école avec ce début de tome et ce changement de décor est assez bienvenu.
La situation a bien évolué depuis le premier tome et le danger est bien plus palpable désormais ce qui ajoute encore en tension.
Allie elle aussi a évolué et gagné en maturité, de la petite adolescente rebelle du premier tome à une véritable héroïne, la demoiselle prend de l'ampleur et c'est tant mieux ! C'est d'ailleurs aussi grâce à cette maturité qu'elle va (enfin !) prendre des décisions et faire son choix entre Carter et Sylvain.
Sur ce point c'est un soulagement de mon point de vue, le triangle amoureux ne m'a jamais vraiment séduite et à mes yeux prenait trop de place sur l'intrigue sans amener grand chose. C'est donc un point réglé !

De retour à Cimmeria c'est ce point là d'ailleurs qui va le plus occuper Allie et amène donc quelques lenteurs avant que l'intrigue ne soit relancée à mi-tome et reparte de plus belle avec tout un tas de révélations qui laissent présager un tome final explosif !

Une nouvelle fois Daugherty joue avec son lecteur et suscite beaucoup d'attentes avec ce tome au rythme en dents de scie. Le dernier tiers offre une tension croissante avec des révélations qui font qu'on a bien du mal à lâcher le livre et qu'on a vraiment hâte de lire le final ; espérons que celui-ci sera à la hauteur et répondra à toutes les questions encore en suspend.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



C.J Daugherty, Night School, tome 4 : Résistance

lundi 8 décembre 2014

L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança‏

Cette extraordinaire adaptation illustrée de Don Quichotte de la Manche, l’œuvre monumentale de Cervantès, propose les plus célèbres aventures du chevalier et de son fidèle écuyer, Sancho Pança. Relevant les défis les plus invraisemblables, le héros nous entraîne dans une série de combats aussi rocambolesques qu'illusoires !
Natacha Godeau, qui a soigneusement choisi les passages de l'oeuvre répartis en six chapitres, offre un texte adapté à une lecture dès 9 ans. Doré sur tranche, le livre est illustré par l'une des références d'Alzabane éditions, le dessinateur Jonathan Bousmar, sur la base d'un scénario de Jean-Sébastien Blanck.

Roman jeunesse choisi lors du dernier Masse Critique jeunesse pour deux motifs qui me tiennent à cœur : Don Quichotte occupe une place toute particulière dans mon cœur de lectrice et je m'intéresse beaucoup aux adaptations de classiques pour la jeunesse.

La première chose que je peux vous dire sur ce livre, c'est qu'avant même de l'ouvrir on est sous le charme : c'est un très bel objet avec un soin particulier pour le détail. Des livres comme on en fait malheureusement peu de nos jours : une belle reliure, une tranche dorée, un marque-page tissu, une couverture épaisse et illustrée...

Une fois ouvert le plaisir se prolonge, les illustrations qui peuvent d'abord paraître chargées sont vraiment travaillées et adaptées aux plus jeunes pour les accompagner dans leur lecture.
Au niveau du texte, je n'ai pas de critique à faire. L’œuvre est passablement allégée mais de manière intelligente et sans nuire à la cohérence du roman original ou le vulgariser infantilement ; c'est juste.
Et j'ai beau le connaître par cœur ou presque, j'ai pris plaisir à replonger avec nos deux héros pour un nouveau tour de piste en découvrant les illustrations à chaque page tournée.

D'après moi le "dès 9 ans" est adapté pour les jeunes lecteurs les plus aguerris, sinon je dirai plus à partir de 12 parce que c'est tout de même dense. Reste encore la piste du "lu par un parent" pour plus jeune encore mais il risque d'y avoir pas mal de mots à expliquer !

C'est donc un sans-faute, ou presque : c'est un très beau livre qui rend honneur au roman original en le mettant à portée des plus jeunes à travers une simplification honnête du texte et de magnifiques illustrations. Si je ne devais émettre qu'une critique ce serait au niveau du prologue qui présente les diverses adaptations existantes de l’œuvre et prêche un peu trop pour sa propre paroisse qui aurait pu être plus nuancée.

Merci à Babelio et aux éditions Alzabane pour cette lecture.



Miguel de Cervantes, L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança

mercredi 12 novembre 2014

Struck

Carson Phillips est prêt à tout pour entrer dans la fac de ses rêves... et par la même occasion, laisser derrière lui une mère dépressive et une ville misérable. Même s'il faut, pour appuyer sa candidature, lancer seul un magasine littéraire.
Malheureusement pour lui, les étudiants ne semble guère capables d'écrire autre chose que des textos. Qu'à cela ne tienne, l'adolescent est aux aguets, et surtout il n'a plus rien à perdre. Après tout, qu'arriverait-il si le beau gosse du lycée apprenait que sa petite copine pom-pom girl couche avec le coach dans son dos ? Ou que la première de la classe n'hésite pas à envoyer des photos d'elle nue à n'importe qui sur Internet ? Pour parvenir à ses fins, Carson a une nouvelle stratégie toute trouvée : il se transforme en maître chanteur. Mais à force de jouer les corbeaux, ne risque-t-il pas de se brûler les ailes ?

Chris Colfer, c'est Kurt de Glee ! Incroyable hein ? Ce jeune homme sait chanter, danser, jouer, mais sait-il écrire ?

Hé bien la réponse est oui, clairement. Sans être hyper marquant, ce roman est réussi et on passe un bon moment tout en sachant bien qu'on n'en gardera pas un souvenir impérissable.

Sous forme de journal, un lycéen surdoué et un peu trop mature pour son âge rêve de grande école. Il est donc frustré par son lycée de province au niveau plus que moyen et désespéré par le niveau de ses comparses lycéens plus préoccupés par tout un tas d'autres sujets que leur avenir étudiant.
Pour arriver à ses fins il met donc en place un plan assez machiavélique.

Le ton est assez sarcastique, grinçant ou sous forme d'humour noir. Les réflexions du jeune Carson prêtent souvent à sourire.
Au delà de ça, une fois le plan mis en place on s'ennuie un peu et on guette la fin (qui au final nous laissera pantois !).

C'est donc un bilan mitigé, sans être particulièrement remarquable ça se laisse lire et on passe un bon moment même si on finit par se lasser un peu sur le dernier tiers.
Apparemment il y a une adaptation en film où l'auteur joue son personnage principal. Pas sûre que je me donnerai la peine de le voir à moins de tomber dessus par hasard.



Chris Colfer, Struck

mercredi 29 octobre 2014

La déclaration : L'Histoire d'Anna

Angleterre, 2140. Les adultes peuvent choisir de ne plus mourir s'ils renoncent à faire des enfants. Anna vit depuis presque toujours au Foyer de Grange Hal un pensionnat pour les Surplus, des enfants qui n'auraient pas dû naître, des enfants dont les parents ont défié la loi en les mettant au monde. Anna n'a plus de parents désormais. Confinée dans l'enceinte du pensionnat, elle travaille très dur, pour effacer leur faute. Anna a tout oublié de son passé. Jusqu'au jour où arrive un jeune garçon qui semble la connaître. Mais qui est ce Peter ? Pourquoi ne la laisse-t-il pas tranquille ? Et pourquoi elle, Anna, se sent-elle soudain si troublée ?

Après une lecture mitigée de Gemma Malley j'ai décidé de retenter une autre de ses dystopies : pas mal de bons avis et une saga en plusieurs tomes donc à priori plus développée.

L'univers change complètement même si on retrouve exactement le même type de personnage adolescent. L'héroïne est un peu terne, c'est dommage.
Toute la première partie qui se déroule au foyer est un bon plongeon dans cet univers et nous permet de bien cerner ce qu'est la Déclaration, ce qu'est la vie des enfants non autorisés et surtout la manière dont notre héroïne a grandi, maintenue dans ce sentiment d'infériorité et de culpabilité.

L'arrivée de Peter chamboule cette routine révoltante et notre héroïne se découvre des ressources inattendues. Le revirement n'est pas très bien amené et semble un peu brusque.
La suite est plus brouillonne d'après moi, légèrement précipitée aussi surtout sachant qu'il a encore un tome pour la suite des évènements on aurait pu se concentrer un peu plus sur la conclusion de ce premier épisode.

Reste que malgré ces légers défauts et manquements on y trouve de très belles réflexions sur la liberté de choix, sur la mort et le temps qui passe.
Malley a une plume juste et poétique souvent même si elle manque de techniques narratives (construction et équilibre de son intrigue, personnages peu épais) et rien que pour ça le roman m'a touché et je ne regrette vraiment pas de l'avoir lu.
Ces petites phrases pépites méritent à elles seules lecture et c'est dans cet esprit que je lirai également le suivant.



Gemma Malley, La Déclaration : L'Histoire d'Anna

***Du même auteur***
Sentiment 26

samedi 13 septembre 2014

La Sélection, Tome 3

La Sélection prend un ultime tournant. Quant à America, sa vie à changée pour de bon. Et elle est décidée à se battre. Pour Maxon. Mais d'autres concurrentes se sont dangereusement rapprochées du prince. La seule solution : Riposter

C'est toujours difficile de lire le dernier tome d'une saga qu'on apprécie, on est déchiré entre la curiosité et la tristesse de l’au revoir !

Et après mon vrai coup de cœur pour le second tome, je dois reconnaître que j'ai un avis un peu moins enthousiaste sur cette conclusion.
Je me dois de nuancer.

Commençons par les bons points !
J'ai adoré la part romance, non mais vraiment, ce tome a réussi à faire moi une vraie midinette. Je suis tombée de le piège de la frustration et de la tension en toute conscience et j'ai aimé ça.
Le ton est également bien moins léger quand les deux précédents tomes qui somme toute ont une ambiance assez frivole même si déjà on sentait poindre l'aspect moins reluisant du background et de l'intrigue de fond. C'est une bonne chose de sortir un peu des lassants froufrous et des répétitives guéguerres entre filles afin de plus se concentrer sur la toile de fond dystopique.

Là où je suis moins convaincue c'est sur America elle-même et sur la forme que prend cette conclusion. Je m'explique

Notre héroïne est en perpétuelle hésitation. Même si elle est affirmée sur pas mal de points, elle a du mal à se tenir à ses décisions (surtout concernant Maxon et Aspen) et franchement c'est lassant. Elle m'a vraiment gonflée saoulée fatiguée ! Et ses hésitations la rendent même injuste parfois...
Sur la forme, c'est que j'ai trouvé l'ensemble assez brouillon. On passe d'un contexte et d'une ambiance à une autre sans lien logique ou effort de transition, c'est parfois précipité et l'ensemble manque de cohésion. Dommage.

Ce ne sera donc pas un final coup de cœur même si globalement je suis contente de cette conclusion. Elle aurait mérité un peu plus de panache selon moi !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Kiera Cass, La Sélection, tome 3 : L'élue

***Du même auteur***
La Sélection :
Tome 1
Tome 2

jeudi 4 septembre 2014

Imposteur, Tome 1

Sa mission : appâter un serial killer. Son don : voler votre apparence. Rejetée par sa famille à cause de son don, Tessa est accueillie à bras ouverts par la Cellule des aptitudes extraordinaires, branche ultrasecrète du FBI qui recrute des jeunes doués de pouvoirs surnaturels. Après deux ans d'entraînement intense, elle maîtrise enfin le sien : la métamorphose. Mais les choses sérieuses commencent vraiment pour Tessa lorsqu'un tueur en série sème la terreur dans une paisible ville de l'Oregon. Pour confondre le meurtrier, elle va devoir prendre les traits de Madison, l'une des victimes, laissée pour morte. Dans le rôle de la brebis sans défense, Tessa attend que le loup vienne parachever son oeuvre macabre... Si elle déteste cette imposture au quotidien, incarner Madison offre aussi des compensations, celles d'une vie normale que Tessa n'a jamais connue. Au-delà des faux-semblants, des multiples suspects et du danger omniprésent, elle va découvrir l'amitié et une famille soudée. Mais comment se faire aimer pour soi quand on est dans la peau d'une autre ?

Un quatrième de couv' alléchant sur fond de thriller, que nous réserve encore la collection R avec ce roman ?

On plonge très facilement dans ce roman et dans l'univers de Tessa, les présentations se font au fur et à mesure de l'avancée dans l'intrigue, Winnacker ne perd pas de temps en introduction et s'attèle à embarquer son lecteur dans son intrigue de tome, laissant celle de fond se mettre en place parallèlement.
La saga s'annonce en format trilogie, centrée sur Tessa. Dans ce premier tome elle doit grâce à ses dons résoudre une enquête pour une succession de meurtres, voilà pour l'intrigue de tome.
Pour le fond Tessa est un personnage en construction : elle est encore en apprentissage de son don et en devenir au sein de la branche FBI, son don ne lui a pas permis de s'affirmer socialement et émotionnellement et elle se cherche vraiment de ce côté là.

Avec une écriture pourtant chirurgicale (ce qui est assez habituel du thriller en somme), Winnacker nous tient en haleine sur les deux fronts. L'intrigue de tome sous forme d'enquête et d'usurpation d'identité est prenante et bien menée. Son héroïne est attachante et suscite l'empathie du lecteur, on la sent encore fébrile mais véritablement en devenir ce qui renforce l'envie de poursuivre la saga arrivé en fin de tome.

L'aspect fantastique (les dons) est plus un outil qu'une fin en soi. C'est certes un atout pour notre héroïne et un facilitateur pour l'intrigue mais le fond est plus orienté thriller que fantastique, pour le moment tout du moins.

La touche YA concerne plus l'environnement de l'héroïne qui est encore jeune et en apprentissage, et celui de la jeune fille dont elle doit prendre l'identité qui la plonge dans son quotidien de lycéenne. Il y a également un soupçon de romance qui s'invite mais c'est cohérent et ajoute un peu de piquant !

Un premier tome convaincant et qui donne envie de poursuivre. Pour ma part j'espère en savoir plus sur cette cellule du FBI et que l'intrigue s'y attardera un peu plus et j'ai surtout envie de voir Tessa s'affirmer franchement et devenir une véritable héroïne. J'ai donc des attentes pour les prochains tome, à suivre !

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Suzanne Winnacker, Imposteur, Tome 1

lundi 1 septembre 2014

Insaisissable T3 : Ne m'abandonne pas

Le Point Oméga a été détruit. La rébellion est écrasée et Juliette ignore si ses amis, ou même Adam, l’homme qu’elle aime, ont survécu. Sa volonté de renverser la dictature du Rétablissement n’en est que renforcée. Elle est prête à tout pour y parvenir, jusqu’à faire appel à son ennemi de toujours : Warner, le séduisant commandant du secteur 45. Tout les oppose, mais ils ne peuvent agir l’un sans l’autre, la survie de leur monde agonisant en dépend. Lui seul peut enseigner à Juliette comment maîtriser ses immenses pouvoirs… mais il attend d’elle bien plus encore.

Après ma lecture du Hors-série j'avais vraiment hâte de lire cet ultime tome, mon regard sur Warner ayant changé suite à cette lecture ma curiosité n'en était que plus aiguisée !

Et vraiment si vous vous lancez avec cette saga je ne peux que vous conseiller de lire ce fameux HS avant ce dernier tome (que ce soit entre les deux premiers tomes ou entre les deux derniers), cette lecture apporte vraiment un autre regard éclairant lors de la lecture du tome final.

Pour être honnête ce tome aurait pu être un coup de cœur, parce que du point de vue l'intrigue, de la tension, et du dénouement je me suis régalée et j'ai eu bien du mal à lâcher le roman quand c'était nécessaire. Ajoutons que la poésie est encore bien présente dans ce tome et qu'il y a vraiment de très beaux passages.
Mais... mais une fois encore (comme pour le premier tome) l'écriture ou tout du moins la traduction est vraiment de piètre qualité et j'ai buté plus d'une fois sur des phrases (ce sont principalement les négations qui en prennent pour leur grade). Et c'est vraiment terrible cette sensation d'être arrachée à sa lecture par un mot manquant ou mal placé quand on était vraiment entrain de vivre la narration et qu'on ne voyait plus les mots mais la scène en cours. Je déteste ça !

Si on mets de côté cette nuisance de forme, le fond lui est juste impeccable.
Juliette doit faire des choix difficiles mais sa détermination est plus forte que jamais, de même elle doute bien moins et s'est affirmée même si elle peine à l'assumer par moment.
L'intrigue de fond dystopique est bien bouclée, rien de bien extravagant mais le lecteur ne reste pas sur sa faim. Les personnages ont une belle progression et l'héroïne se révèle véritablement dans ce dénouement qui ne laisse aucune frustration ; le sort de tous les personnages secondaires sont connus, toutes les zones d'ombre sont levées.

C'est vraiment une bonne saga, mais qui mériterait vraiment de repasser à l'édition et d'être corrigée parce qu'elle en vaut la peine et que l'effet est nuisible pour le lecteur.
Même en l'état je vous la recommande tout de même, pour ma part j'ai savouré ce dernier tome malgré ce défaut majeur et rageant.



Tahereh Mafi, Insaisissable Tome 3 : Ne m'abandonne pas

***Du même auteur***
Insaisissable
Tome 1 : Ne me touche pas
Tome 2 : Ne m'échappe pas
Tome 1.5 HS : Ne me résiste pas

- page 2 de 12 -