Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

vendredi 21 juillet 2017

Bye

Encore un bout de jeunesse qui s'envole...

#MoodOfTheDay

mercredi 19 juillet 2017

Et toi, combien tu t'aimes ?

Je ne serai probablement pas un vrai blog de fille sans le traditionnel "billet summer body" alors cette année je me lance...

(oui tu peux avoir un peu peur, j'ai mis "blog de fille" dans ma première phrase quoi !)

J'ai la chance d'habiter en bord de mer, d'en profiter et de l'aimer en toute saison, de passer un peu plus de 3 mois de l'année en tenues légères et maillots de bain et de voir débarquer des files de voiture aux immat variées avec des gens tout blancs ou tout rouges dedans, la bouée du gosse sur la plage arrière ou les VTT accrochés derrière.
La plage elle aussi se remplit, se colore, se parfume au monoï, s'emplit de bruit et de "Enzo ! ne mange pas le sable !!"

C'est aussi la période où on se regarde d'un peu plus près le nombril, à la loupe justement, la traque au poil de trop et au bourrelet dérangeant : aucune grâce dans nos propres yeux pour nos petits défauts réels ou imaginaires. Je vois et j'entends même des gens qui ne se supportent plus, se privent de plage, de maillots, restent en tee-shirt, la peur du regard de l'autre... Et je trouve ça tellement dommage, parce que ce n'est au final qu'un problème de regard sur soi.

Sans mentir, à la plage, chacun est tellement concentré sur son propre nombril, la surveillance de ses gosses ou à cuver de la veille que personne ne vous regardera vraiment. D'expérience il y a quelques mateurs, oui : des vieux qui s'ennuient surtout et qui ont été trainés là de force par mamie-peau-de-pruneau et qui vous trouveront appétissant(e)s dans tous les cas, des petit(e)s jeunes qui fantasment quand ils daignent lever les yeux de leurs iphones et quelques con(ne)s frustré(e)s... Bref tout un tas de gens qui s'en foutent pour la majorité et que vous ne reverrez jamais de toute façon.

Mais gardons deux secondes le but en tête, pourquoi vous allez à la plage ? Quelque soit la réponse à priori c'est soit pour ses proches soit pour soi-même, pas pour les vagues d'inconnus qui vont déferler pendant l'été sur la même plage. Et en tous les cas, on n'est jamais aussi belle que quand on s'assume, la liberté, l'affirmation de soi et la confiance ça donnent une aura capable d'effacer le petit bourrelet en trop (si, si je te jure).

Dans la plupart des cas, ce qui attirera l'attention des autres c'est l'irrespect, une attention irritée qui plus est (du genre ton enceinte Bose avec volume au max qui passe ta musique de merde tu la remballes merci bien, on ne laisse pas ses déchets sur la plage, si c'est interdit aux chiens bah c'est interdit aux chiens t'es con ou t'es con ?, ça fait 4 fois que ton parasol s'envole et manque de tuer quelqu'un si tu ne veux pas finir dans la rubrique faits divers tu le plies tu seras gentil, arrête de crier en permanence sur ton gosse : soit tu le laisses un peu vivre ça nus feras des vacances soit vous vous barrez de là, on ne baise pas sur la plage oui je sais c'est dommage mais il y a des enfants autour là tu vois...)

Et puis la prochaine fois que tu seras sur la plage, regarde le bien le mec qui a gardé son tee-shirt là bas assis sur sa serviette si ça se trouve c'est le meilleur papa du monde, celle-là peut-être la personne la plus tendre sur cette terre, celui-là encore peut-être le meilleur coup que tu n'auras jamais... Imagine un peu, si tout le monde faisait pareil ?

En résumé, parce que ce billet devient bien trop long, je ne t'apprends rien : la vie est courte, bien trop courte pour ne pas profiter des petits plaisirs de la vie et se focaliser sur des détails qui ne sont bloquants que dans nos têtes.
Un dernier petit mot pour te rassurer : je vais à la plage, souvent, et je ne te vois pas. Vraiment, je n'ai pas le temps de te détailler ou de regarder si toi tu me détailles, je suis entrain de savourer l'instant...

lundi 17 juillet 2017

Alerte : Matière grise à nouveau disponible

... pour quelques temps du moins.

Je ne suis pas en vacances mais tout comme, quand on considère qu'aller bosser est au final moins fatiguant que gérer un nain de 2 ans et des poussières :) Bref, il est en vacances avec son père ! (et là c'est le moment où je te mets "Libérée, délivrée" dans la tête).

(De rien.)

La vraie question, celle qui fait un peu peur, c'est qu'au fond en sortant la tête de l'eau au dessus de cette suractivité permanente ai-je vraiment envie d'avoir ce temps de penser pour moi ?
Ouais, c'est zarb. Je sais.
Mais je pense que toutes les mamans débordées / working mums / mères épuisées appelez ça comme vous voulez, ont un peu cette peur au fond d'elle. Sans ça, on sert à quoi ?

Mais à ALLER AU SPA bordayl ! A la plage sans bouffer du sable, à profiter des toilettes toute seule et pareil pour la douche, à picoler et se coucher bourrée, à faire la grasse mat (ah non merde je bosse), à manger des chips et de la glace au diner, à dire des gros mots, à aller au ciné, à pouvoir lire 3 pages d'affilée sans interruption, à écouter le silence comme c'est bon, à ne pas se cacher pour manger les schokobons...

En résumé, je me suis posée la question à peu près 1min30.

Matière grise à niveau disponible pour destruction programmée :)

vendredi 27 janvier 2017

Drive & Alive

J'assume mon côté James Dean, cette obsession à devoir se sentir vivant qui ne passe pas malgré les années...
Sans être à la recherche permanente de sensations fortes, c'est plutôt une quête de moments, une collection d'instants et de sensations...

Je crois que c'est pour ça que j'aime autant conduire. C'est cliché sûrement mais voilà, j'adore ça : rouler, les km qui défilent et les 130CH sous l'escarpin... Ça ne me rend pas puissante, ça me fait me sentir vivante, une concentration qui vide l'esprit de tout autre chose et ça fait un bien fou.
Voilà donc un "moment" : A75 Béziers-Millau circulation quasi inexistante, des boucles, des virages et de grands espaces, Hotel California en bande-son. De quoi me rebooster pour plusieurs jours !

Un autre, plus récent : s'autoriser à fêter une date particulière toute seule et savourer :

... A se demander finalement, si se sentir vivant, quelque que soit la forme que chacun lui donne, ce n'est pas juste faire vraiment quelque chose pour soi et soi-même uniquement...

mardi 24 janvier 2017

Major Tom

Parce que c'est l'humeur du jour, voilà...

lundi 17 octobre 2016

Témoin

Cette semaine sera marquée par un enterrement et un mariage, étrange combinaison...

L'enterrement de cet après-midi touche une amie proche, je n'y vais qu'en soutien, témoin de son deuil et sa peine.
Je déteste ça, quand mes mots, ma seule arme au quotidien, deviennent vains et me font défaut.
A part "être là", me tenir à côté de la petite fille au fond d'elle qui perd son papa...


Le mariage de ce week-end, celui de mon double, de ma belle Nana. Là encore témoin, comme depuis tant d'années !
Et je ne me leurre pas, ce mariage me fait mal à l'âme quelque part... Je me doute qu'elle a vécu la même chose il y a quelques temps elle aussi , mais je ne le comprend que maintenant.
Ce n'est pas triste un mariage, je ne dis pas ça, je suis très heureuse pour elle mais je la perd aussi un peu en un sens. Comme un père qui offre sa fille, à la fois heureux pour son bonheur et une petite mort à l'intérieur.


Je sais gérer mes émotions, plus difficilement celles de mes proches et je déteste ça.

vendredi 4 juillet 2014

Allez, courage hein !

Non, juste non.
Tu dis "courage", j'entends que je vais en avoir besoin, que je pars perdante, que ce n'est pas gagné, que je vais en chier quoi.
Tu veux m'encourager, encourage moi au lieu de me saper mon énergie.
Les mots sont importants.

Tu la vois toi la différence entre un "Bon courage" et un "Tout va bien se passer" ou encore un "Tu peux le faire" ? Moi je la ressens jusque dans mon ventre. La premier me parle de toi, de ton empathie-pitié et de ton peu de confiance dans l'issue, les deux derniers parlent de moi, de ma capacité à faire front, à assurer à "être capable de"...
Alors oui, oui. C'est une expression toute faite, comme il y en a des tas, mais les mots sont importants...

dimanche 17 juin 2012

Un week-end comme il en faudrait plus

Se prélasser sur une plage peu fréquentée / S'offrir un nouveau sac à main / Dire "bonne fête papa" / Faire un barbecue en soirée / S'endormir avant 22h sur le canapé / Terminer un livre / Nager, nager et nager / Lézarder au bord d'une piscine / Se balader à Argelès / Manger un 280 / Se refaire les ongles / Une sieste dans le jardin / Recevoir un colis / Souhaiter un bon anniversaire via Skype / Se faire un calin au réveil / Tomber de sommeil / Faire de la confiture d'abricots / Boire l'apéro / Se faire couler un bain / Aller voter / Se promener à vélo / Dire 20 fois "il fait trop beau" / Étendre une lessive au soleil / Essayer de repérer une cigale sur un arbre / Tailler ses rosiers ....

Et faire tenir tout çà dans un seul week-end :)

IMG_0311.JPG


Get The Party Started by Damien Rice on Grooveshark

vendredi 20 janvier 2012

En bref

- Une journée de formation (attendue depuis 3 mois et désormais obsolète)
- Une initiation au Do In
- Une pizza au reblochon
- Un match de tennis (que j'ai gagné \o/ )
- Quatre belles lectures (dont un livre voyageur)
- Une conversation téléphonique tardive avec ma jumelle de cœur
- Plusieurs fou rires
- Deux roses au jardin
- Deux livres "cadeau de noël" de mon n+2 choisis avec goût (le dernier Zafon et le dernier Vigan rien que çà, c'est bon d'avoir un boss lecteur !)
- Un recalage en règle au don du sang
- Une galette au bureau
- Deux épisodes de série regardés (seulement !!)
- L'anniversaire paternel
- Trois déjeuners dehors au soleil
- Et un week-end qui s'annonce sous la couette, à recharger les batteries et à lire !

Une semaine chargée et étonnante à la fois...

Pumped Up Kicks by Foster the People on Grooveshark


vendredi 23 décembre 2011

Demain

Ce sera Noël, ce jour censé spécial (qui pour le cadeau, qui pour les retrouvailles, qui pour le foie gras...) mais qui cette année m'enthousiasme peu.

J'ai pourtant fait mes achats, plaisir anticipé de les savoir reçus, ouverts, souris. Bien le seul que je me suis autorisée d'ailleurs, en mode flash, 2h pas plus, à libérer, pour pouvoir cocher la tâche sur la liste de choses à faire.

Cette année ma tête est ailleurs, ma famille est loin. Une au bureau l'autre dans son Grand Nord et au milieu ma famille d'accueil pour laquelle je vais essayer de faire de mon mieux, comme souvent, d'être là, de ne pas trop dépareiller son bel ensemble, sa bonne humeur ambiante et les efforts de chacun.

Ce n'est pas une corvée, c'est juste différent. L'impression d'être un peu restée sur le bord de la route, de ne pas avoir su anticiper, voir ce Noël arriver, s'y préparer, l'attendre même.
Il surgit et s'impose, comme quelque chose d'un peu improbable et de décalé, qui n'est finalement pas à sa place, pas au bon moment et pas dans les bonnes conditions..

Au fond j'espère que ce n'est pas juste moi, plutôt un accident de parcours, que j'ai des circonstances atténuantes...
Qu'en fait ce n'est pas juste moi qui vieillis et que l'année prochaine je retrouverai ce plaisir de fêter Noël.

- page 1 de 9