Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

Mot-clé - Beau livre

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 8 décembre 2014

L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança‏

Cette extraordinaire adaptation illustrée de Don Quichotte de la Manche, l’œuvre monumentale de Cervantès, propose les plus célèbres aventures du chevalier et de son fidèle écuyer, Sancho Pança. Relevant les défis les plus invraisemblables, le héros nous entraîne dans une série de combats aussi rocambolesques qu'illusoires !
Natacha Godeau, qui a soigneusement choisi les passages de l'oeuvre répartis en six chapitres, offre un texte adapté à une lecture dès 9 ans. Doré sur tranche, le livre est illustré par l'une des références d'Alzabane éditions, le dessinateur Jonathan Bousmar, sur la base d'un scénario de Jean-Sébastien Blanck.

Roman jeunesse choisi lors du dernier Masse Critique jeunesse pour deux motifs qui me tiennent à cœur : Don Quichotte occupe une place toute particulière dans mon cœur de lectrice et je m'intéresse beaucoup aux adaptations de classiques pour la jeunesse.

La première chose que je peux vous dire sur ce livre, c'est qu'avant même de l'ouvrir on est sous le charme : c'est un très bel objet avec un soin particulier pour le détail. Des livres comme on en fait malheureusement peu de nos jours : une belle reliure, une tranche dorée, un marque-page tissu, une couverture épaisse et illustrée...

Une fois ouvert le plaisir se prolonge, les illustrations qui peuvent d'abord paraître chargées sont vraiment travaillées et adaptées aux plus jeunes pour les accompagner dans leur lecture.
Au niveau du texte, je n'ai pas de critique à faire. L’œuvre est passablement allégée mais de manière intelligente et sans nuire à la cohérence du roman original ou le vulgariser infantilement ; c'est juste.
Et j'ai beau le connaître par cœur ou presque, j'ai pris plaisir à replonger avec nos deux héros pour un nouveau tour de piste en découvrant les illustrations à chaque page tournée.

D'après moi le "dès 9 ans" est adapté pour les jeunes lecteurs les plus aguerris, sinon je dirai plus à partir de 12 parce que c'est tout de même dense. Reste encore la piste du "lu par un parent" pour plus jeune encore mais il risque d'y avoir pas mal de mots à expliquer !

C'est donc un sans-faute, ou presque : c'est un très beau livre qui rend honneur au roman original en le mettant à portée des plus jeunes à travers une simplification honnête du texte et de magnifiques illustrations. Si je ne devais émettre qu'une critique ce serait au niveau du prologue qui présente les diverses adaptations existantes de l’œuvre et prêche un peu trop pour sa propre paroisse qui aurait pu être plus nuancée.

Merci à Babelio et aux éditions Alzabane pour cette lecture.



Miguel de Cervantes, L'Histoire des admirables Don Quichotte et Sancho Pança

mardi 13 mai 2014

Créatures, légendes et mystères

Au cœur de la brume du Loch Ness, dans la cave voutée d'un château anglais, dans les montagnes enneigées du Japon, sommeillent de bien étranges créatures : la bête du Gévaudan aurait fait plus de 100 victimes, les fantômes du Hollandais volant ne se montreraient que les soirs de tempête, la créature de Frankenstein aurait tué son maître... Réalité ou fiction, légende ou vérité ? Ces créatures, beaucoup les ont vues, entendues, aperçues, mais peu sont encore là pour en parler ...

Un très bel album dont le thème et la couverture m'ont fait de l’œil lors de la dernière édition Masse Critique, je dois dire que j'ai eu bon instinct ce jour-là !

Il est vraiment très beau, un livre-objet comme je les aime ; c'est soigné, on sent le sens du détail, le travail bien fait, le papier de qualité... Je ne l'avais pas encore ouvert que je l'aimais déjà :)

Mais c'est encore mieux lorsque je me mets à tourner les pages et me plonge dans la lecture. On visite ou revisite les grands mythes, légendes et personnages de la littérature fantastique : Dracula, les Gremlins, le monstre de Frankenstein, Nessie...et aussi d'autres moins connus. C'est équilibré.
C'est clairement adressé aux plus jeunes (comprenez plus condensé, parfois résumé) mais globalement c'est très bien fait et respectueux des œuvres d'origine quand il y en a.
Les illustrations sont à tomber et le vrai plus (qui m'a le plus emballé je dois reconnaître) c'est qu'à la fin de chaque chapitre "monstre" on a une mini-gazette sous forme de vieux journal qui reprend les éléments clés historiques ou autres (source géographique ou culturelle d'un mythe, dates clés...) qui apportent des éléments plus factuels mais vraiment enrichissants.

Au final l'album a beau être adressé aux plus jeunes il a également de quoi séduire les adultes et je suis certaine que les parents passeront un bon moment à le lire à leurs chères têtes blondes.
Pour ma part c'est un sans faute !



Merci à Babelio et aux éditions Graine2 pour cette lecture.

Muriel Zurcher, Créatures, légendes et mystères



lundi 4 juin 2012

Alice au pays des merveilles

Le monde magique que découvre Alice en tombant dans le terrier du Lapin Blanc est sombre, effrayant... délicieusement dangereux. Il a perdu toute logique et, pour qui ne connaît pas les règles, le risque est grand de perdre la tête, au sens propre du terme ! Voici une nouvelle version du chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, très fidèle à l'histoire originelle et magnifiée par un dessin délicat, rehaussé d'une subtile mise en couleurs. Petits et grands y (re)découvriront ainsi un imaginaire extraordinaire, qu'aucune entrave ne vient limiter. Pour leur première collaboration, les auteurs David Chauvel et Xavier Collette livrent avec Alice au pays des Merveilles un hommage amoureux à ce conte onirique, d'une évidente modernité.

J'adore Alice au pays des merveilles, de l’œuvre originale en plusieurs éditions (et en VO !) aux adaptations en tout genre je suis collectionneuse dans l'âme.
C'est donc tout naturellement que j'ai craqué sur cet album, tombé sous le charme de cette couverture prometteuse...

Et je dois reconnaître que l'illustration a été au rendez-vous, c'est tout bonnement magnifique et d'une grande qualité aussi bien au niveau de la colorisation que des détails (et puis ce chat, ce que j'ai aimé ce chat !).
On est entre romantisme et ambiance à la Burton, c'est vraiment très réussi.

Je ne peux malheureusement pas en dire autant de l'adaptation du texte : on ne peut pas à la fois vouloir être si fidèle et proche de l’œuvre originale en si peu de pages !<
Ceux qui ont lu le roman de Lewis Caroll savent qu'au-delà des apparences c'est une œuvre difficile, pleine de non-sens, de jeux de mots ; un monde de l'absurde et de la fantasmagorie alternant merveilles et angoisses.
Or ici on tente de couvrir l'ensemble des épisodes en un tout bien trop court, donnant un sentiment de non-continuité dérangeant. On passe du coq à l'âne sans transition ou presque pour ainsi dire, on tronque des épisodes qui en perdent tout intérêt, etc... à défaut de faire l'impasse sur certains passages. J'aurai préféré moins (quitte à être déçue de l'absence de certaines scènes) mais mieux ! Pour le coup c'est un peu bâclé et ne donne pas un résultat uniforme voire même carrément bancal pour certaines scènes, dommage.

Surprise aussi par ce choix d'adaptation du texte, somme toute assez proche de l'original, qui n'en fait pas un album véritablement accessible pour les plus jeunes. Je ne sais pas pourquoi à mes yeux c'était une adaptation et un album jeunesse, dans les faits il ne convient pas selon moi à un moins de 10 ans.
L'intérêt est autre toutefois, à défaut d'être pré-digéré pour un jeune public, on colle au plus près du texte original ; pour les puristes c'est appréciable.

Bilan en demi-teinte pour cet album donc : à la fois les illustrations et la mise en page sont plus que séduisantes mais l'adaptation de texte bien que se voulant fidèle à l’œuvre originale est à mes yeux maladroite et bancale.
Plus que la magie du monde de Lewis Caroll nous sommes face à un hommage se voulant fidèle mais raté d'un copiste frustré de ne pouvoir faire tenir tout l'art de Caroll en 72 pages, qui n'a pas osé faire les choix nécessaires face à cette question du format réduit et qui par là même n'a pas su s'approprier le texte.
C'est d'autant plus dommage que la qualité esthétique de l'album vaut vraiment le détour !

2.5.gif

David Chauvel & Xavier Collette, Alice au Pays des Merveilles

lundi 8 août 2011

De profundis



Une sombre histoire avec des sirènes qui ne sont pas vraiment des sirènes et un homme qui aurait préféré ne pas les rencontrer.
L'auteur nous délivre avec douceur une fable métaphorique sur la dérive et l'égarement. Tout en faux-semblants, mais avec profondeur, il nous entraîne dans le sillage d'un marin, naufragé, rescapé peut-être…


À nouveau une belle découverte grâce à Masse Critique avec ce très beau livre signé Chanouga (que je découvre à l'occasion).
J'aime beaucoup les récits fantastiques qui s'attaquent au domaine de la mer, de ses mythes et mystères. Entre sirène et marin perdu en mer, naufrage et merveilleux, j'ai donc ouvert cet album avec gourmandise.

L'édition en soi est déjà très belle, de qualité, une belle mise en page et couverture avec en bonus quelques repro de planches et de crayonnés. Chanouga a un très beau trait, et une mise en couleur parfaite qui rend l'ensemble doux et onirique.

Au delà pourtant, le scénario est loin d'être novateur, assez simple même mais efficace. Sa cruauté contraste avec cette douceur apparente et reflète idéalement le symbolisme de la sirène...
Car il faut le sentir plus que le comprendre, ce récit est symbolique de bien des façons, poétique dans tous les cas :)

Pour conclure un moment léger, à la fois nostalgique, triste et doux bien que simple et d'une grande qualité visuelle. Un album qui ravira les amateurs de sirènes et les esthètes mais que les plus férus de BD et d'action délaisseront probablement !

Une nouvelle fois merci à Babelio, ainsi qu'aux éditions Paquet pour l'envoi.

3.gif

Chanouga, De profundis : L'étrange voyage de Jonathan Melville



Critiques et infos sur Babelio.com

mercredi 18 mai 2011

Heureux qui comme Ulysse

Trois ans après L'Oiseau des steppes, Jean-Sébastien Blanck propose un nouveau conte fantastique et historique avec Heureux qui comme Ulysse, ou le premier voyage. Cette fabuleuse épopée d'un jeune chat, navigateur malgré lui, nous entraîne au coeur de la Méditerranée et de ses mythes, il y a plus de trois mille ans. C'est alors le temps des cités grecques, des pharaons et du légendaire royaume de Saba... Heureux qui comme Ulysse, ou le premier voyage est aussi un roman initiatique. Il nous montre que la vie est une longue quête de soi, à travers la découverte des autres.
Le livre fait référence à l'Histoire, à la mythologie grecque mais aussi aux légendes de la Méditerranée comme Jason et les Argonautes et L'Odyssée d'Homère. Il est donc idéal dans le cadre d'une étude en classe, particulièrement en 6ème.
À partir de 9 ans.

Gros coup de cœur avec ce sublime album sur fond de mythologie grecque pour les plus jeunes !
Nous ne sommes cependant pas face à un album historique à proprement parler mais bien à une histoire, un conte fantastique qui s'inspirent des contes et légendes antiques pour en faire quelque chose de nouveau, une belle histoire pour la jeunesse.

Le quatrième de couverture annonce "à partir de 9 ans", j'aurai dit moins. À mon avis c'est tout à fait le genre de livre qu'un parent peut lire à son enfant ou qu'un "petit lecteur" peut attaquer seul plus tard (pas pour les premières lecture certes)... Parce qu'au final çà reste accessible (nom des personnages grecs mis à part) et surtout, surtout magnifiquement illustré par Sebastian Giacobino (son blog et son deviant art juste pour le plaisir des yeux) de quoi ravir les plus jeunes mais aussi les moins jeunes ! (Enfin moi je suis devenue gaga hein !)

Le narrateur est donc Ulysse, un chat, qui se retrouve embarqué en mer à cause de sa curiosité et poussé vers le large et ses mystères par une tempête. Il se lie avec le capitaine, devient la mascotte de l'équipage et affronte avec eux moults monstres marins, sirènes et aventures diverses espérant un jour pouvoir regagner son île sain et sauf. Les classiques mythologiques revisités en sorte !

Alors voilà, je suis tombée sous le charme de ce récit d'aventure si bien écrit et superbement illustré. Un beau livre que j'aurai adoré avoir eu plus jeune, et que je lirai à ma progéniture avec plaisir (mais bon je ne vais tout de même pas faire un enfant juste pour les livres hein, je n'en suis pas encore à ce point là !!)

Mille mercis à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre du dernier Masse Critique et sans qui je serai certainement passée à côté de cette belle découverte :)

5.gifcoeur-gif.gif

Jean-Sebastien Blanck, Heureux Qui Comme Ulysse Ou le Premier Voyage




mercredi 2 mars 2011

L'étrange vie de Nobody Owens

Un petit garçon dont la famille est assassinée par un homme étrange trouve refuge dans un cimetière.
Il est adopté par un couple de fantômes, baptisé Nobody et accepté par tous les étranges résidents du macabre lieu.
Protégé tant qu'il reste dans le cimetière, à l'extérieur le meurtrier attend son heure...
Neil Gaiman, après Coraline, nous livre ici à nouveau un conte jeunesse un peu sombre.
Mais à la manière d'un Étrange noël de M.Jack, d'une Mécanique du coeur ou des Noces Funèbres, l'univers macabre se prête parfaitement au conte sans pour autant chercher à effrayer.

Le petit Nobody grandit donc dans un univers étrange mais confiné. En dehors du cimetière, il reste traqué par le mystérieux meurtrier. Mais sa curiosité et sa soif de connaissance grandissent avec lui...
Il s'avèrera finalement que le monde véritablement dangereux, effrayant et peuplé de monstres est celui en dehors de l'enceinte du vieux cimetière et Nobody aura bien besoin de tous ses amis pour affronter les dangers qui le guettent.

Gardiens du royaume des morts, fantômes, vouivre, loup-garou, sorcière et autres goules peuplent ce conte aux saveurs désuètes où le merveilleux prend un sens différent mais reste enchanteur à sa manière.

Alors certes, entre Burton et Malzieu on pourrait croire au déjà-vu et pourtant non. L'atmosphère devient vite familière mais l'histoire elle, est originale sans courir après sa fin. Gaiman prend le temps de nous faire découvrir ce monde étrange au côté du petit garçon qui grandit, découvre, s'interroge.

Un conte fantastique réussi, toute en poésie à l'image de sa splendide couverture et des superbes illustrations en noir et blanc qui l'accompagnent.
Un objet livre comme je les aime :)



Neil Gaiman, L'Etrange vie de Nobody Owens

samedi 29 janvier 2011

Le songe d'une nuit d'été

le temps d'une nuit, entre mystère et magie, deux couples vont s'aimer, puis se fuir pour mieux se retrouver, une troupe va répéter une pièce loufoque et deux monarques s'affronter sous le regard moqueurs des lutins et petit peuple de la forêt.
Une livre-album illustré qui offre une adaptation de la célèbre pièce de Shakespeare pour la jeunesse.

La pièce est donc contée, réduisant les dialogues mais reflétant tout de même l'ambiance et la malice de l'œuvre originale.
On perds toutefois un peu du style si génial de Shakespeare, mais faire lire ses envolées lyriques et autres jeux à des enfants ne me semble pas évident. Ils auront déjà fort à faire avec l'intrigue et les noms des personnages !
À défaut de la forme, le fond lui est transmis.

Du côté des illustrations, le défi est réussi, elles sont à la fois poétiques, enfantines et espiègles, et aèrent bien le récit.

On peut dire sans hésiter que l'album est une belle réussite d'adaptation d'un classique pour la jeunesse.

La petite déception se situerait plutôt du côté de l'audio et du CD qui accompagne ce livre.
C'est une très belle lecture, soyons clair et en tant qu'adulte je l'ai apprécié.
Cependant, je doute qu'un enfant y trouverai autant d'intérêt : il n'y a pas de bruitages, de musiques, d'effets d'ambiance et peu de jeux sur les voix (puisqu'un seul lecteur), bref ce n'est pas "théâtralisé" comme peuvent l'être la plupart des CD-contes que l'on trouve sur le marché.

Un bilan en demi-teinte : un bel album jeunesse mais un CD qui apporte peu...



Almud Kunert (illustrations) & Alain Carré (audio) selon l'œuvre de William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été (1CD audio)


Une nouvelle fois merci à Babelio pour leur initiative



jeudi 20 janvier 2011

Le Chant du Troll

Dans une maison sous tension, une petite fille ne sait plus trop où est sa place jusqu'à ce qu'elle bascule dans un monde étrange, à la fois sombre et féérique...
Quel plaisir de retrouver la plume enchanteresse de Bottero ! Qui plus est dans cette édition superbement illustrée !

Un véritable objet-livre pour ce conte moderne, court mais efficace.
Étrangement j'ai été à la fois charmée par l'imaginaire mis en place par Bottero et peu surprise par sa trame et les voies empruntées quelque peu déjà vues.
En reprenant un mode de narration somme toute assez classique et, pour un adulte, à la finalité sans surprise, il arrive tout de même à nous emmener dans son univers si particulier.
Gardons à l'esprit qu'il s'agit, à la base, de littérature jeunesse.
Je crois qu'un nouvelle fois la magie Bottero a opéré : son talent de conteur sans être profondément original crée une ambiance, un charme qui vous plonge dans le récit :)

Je ne développe pas plus sur le récit en lui-même de peur de gâcher les quelques petites surprises qu'il réserve, je ne peux que vous conseiller de plonger avec la fillette dans ce monde étrange et déroutant mais où les fans de l'auteur retrouveront assez vite leurs marques !
En bonus pour ces même fans, on recroise deux personnages secondaires aperçus dans la trilogie du Pacte des Marchombres. Il s'agit ici de leur histoire, leur rencontre. Ils avaient déjà suscité ma curiosté j'ai donc été ravie de les retrouver ici ! (Pour ceux qui n'aurait pas lu cette trilogie çà ne gène en rien la lecture)

Pour résumer du Bottero court mais une fois encore efficace, admirablement mis en valeur par l'édition via la mise en page poétique et colorée ainsi que les sublimes illustrations. Un très beau livre conte :)



Pierre Bottero, Le Chant du Troll




dimanche 4 avril 2010

Généalogie d'une sorcière

Lisbeth n'est pas une jeune fille comme les autres. Elle a un don pour retrouver les choses égarées ou trouver les mots de quelqu'un dans une conversation.
Alors qu'elle passe quelques jours de vacances chez sa grand-mère, le mystère s'épaissit encore quand elle découvre, accompagnée de son meilleur ami, un étrange grimoire au grenier. D'après lui, sa grand-mère serait une sorcière !

J'entretiens ma toute récente passion Lacombe avec ce magnifique coffret jeunesse.

Les deux albums qu'il contient, format BD standard, sont une nouvelle fois de toute beauté et ce jusque dans les moindres détails.
L'histoire de Perez est somme toute assez classique mais extrêmement bien mis en valeur par les illustrations qui permettent une totale immersion dans le récit. Une belle alchimie entre auteur et illustrateur, le duo Perez-Lacombe crée une vraie ambiance.
La surprise, réside plus dans la reconstitution fac simile du fameux "grimoire" de l'histoire de Lisbeth.

Si ce livre est tombé par erreur entre vos mains, refermez-le immédiatement et fuyez. Si toutefois vous décidez de le lire, réfléchissez bien, car ce grimoire est un livre maudit !


Ce volume, en ajout dans ce coffret collector, est minutieusement soigné et très travaillé. Les adultes prendront plaisir à voir tous les grands noms mythiques ou historiques de femmes célèbres insérés dans cette généalogie envoutante de sorcières : Lilith, Méduse, Jeanne d'Arc...

Et comme une image vaut mieux qu'un long discours, je cède au plaisir de vous montrer quelques une de ces illustrations pleine page :

1418534214



mary_p1



Un coffret jeunesse que les adultes auront bien du mal à laisser entre les mains des plus jeunes !



Sébastien Perez & Benjamin Lacombe, Généalogie d'une sorcière : Coffret en 2 volumes

mercredi 10 mars 2010

Les Contes Macabres

Bienvenue dans le monde terrifiant de Poe !
A travers sept nouvelles du maître de la peur traduites par Baudelaire (Bérénice, le Chat noir, L’ile de la Fée, Le Coeur Révélateur, La Chute de la Maison Usher, Le Portrait Ovale et Morella) Lacombe célèbre le bi-centenaire de l'auteur par ses talentueuses illustrations : un livre magnifiquement sombre...

Pas besoin d'ouvrir longtemps ce très beau livre pour déjà être sous le charme : la mise en page, le soin minutieux de la couverture et le sens du détail en font déjà un livre rare.

Ajoutez à cela quelques nouvelles à la fois sombres et géniales de Poe, illustrées de main de maître et vous aurez une idée du résultat. On plonge littéralement dans l'univers de Poe, un monde à la fois étrangement terrifiant et beau.



De ce que j'ai pu voir (mais je n'avais pas toujours d'autres versions de ces nouvelles sous le coude) le texte original traduit par Baudelaire (le premier grand fan français de Poe) a été conservé sous sa forme originale, aussi un petit lexique se trouve en fin d'ouvrage pour les lecteurs plus jeunes.
Selon moi, ce recueil de nouvelles illustrées s'adressent tout de même plus aux adultes et / ou aux accros de Poe puisqu'il s'agit d'un véritable hommage à sa plume et à sa créativité.

L'alliance Lacombe-Poe est juste parfaite, toutes les pages sont décorées ou illustrées et mettent en relief la prose de Poe. Un mariage qui crée du fabuleux !

Les images parleront plus que les mots, en voici un bref aperçu :



En bonus on trouve à la fin du livre "Poe, sa vie ses oeuvres" publié au XIXème par Charles Baudelaire ainsi que les biographies des trois talents mêlés : Charles Baudelaire, Edgar Allan Poe et Benjamin Lacombe.

Un album sombre mais éblouissant, véritable coup de coeur dont je ne regrette pas d'avoir bataillé pour l'obtenir. On aimerait plus de beaux livres hommages comme celui-là dans nos bibliothèques !



Edgar Allan Poe, Les contes macabres, illustrations de Benjamin Lacombe


- page 1 de 2