Perdre une Plume

Accueil | Avis de lectures | Challenges | Contact

mardi 6 septembre 2016

Mes premiers airs de rock

Avec ses puces sonores musicales, ce recueil est unique. Sur chaque page, l'enfant recherche dans l'illustration le petit bouton qui déclenchera la musique. C'est au travers de grands tubes de musique rock réarrangés pour eux que les petits écouteront et découvriront leurs premières chansons d'Elvis Presley, les Beach Boys, les Rolling Stones, Bruce Springsteen, The Clash ou Nirvana !
Un livre sonore pour découvrir les premiers airs de Rock !

Je sors un peu de ma bibliothèque habituelle aujourd'hui pour vous parler de ce livre premier-âge, et généralement de cette collection de livre-audio petit enfant chez Grund qui est un véritable coup de cœur !

Les rayonnages en librairie pour les titres premiers âge semblent à première vue très très fournis mais une fois qu'on s'y penche un peu plus on se rend vite compte qu'on tourne rapidement en rond... Livres de bain, livres marionnette et imagiers puis viennent ensuite les livres premiers héros (Tchoupi, Timothé et autres P'Tit loup ou Petit Ours brun)...
Les livres de bains ça va un temps, les imagiers c'est toujours appréciable et l'offre est gigantesque mais quand on veut un peu de nouveauté ce n'est pas satisfaisant. Avant de passer aux premiers livres héros (que pour ma part je trouve gnangnan à souhait, pas sûre qu'on passe par cette étape si on peut la combler par autre chose !) je cherchais quelque chose d'intermédiaire ; le livre-audio était un bon compromis.

L'offre là aussi s'est bien développée depuis quelques temps et est assez volumineuse en rayon mais on y retrouve principalement des imagiers sonores.
Grund se démarque avec cette collection "Mes premiers livres sonores" par des titres orientés sur la musique : mes premiers airs de rock, Vivaldi, Mozart, Beethoven, Chopin, mes berceuses de musique classique...

Les jeunes enfants sont généralement très réceptifs à la musique, mon fils tout particulièrement adore ça. Combinons ça à un âge où ils adorent appuyer sur des boutons : bingo !
Côté parent la valeur ajoutée c'est le côté culture musicale (un livre avec une valeur éducative qui l’eut cru :p ) et personnellement je préfère entendre 20 fois de suite un air de Nirvana ou de Chopin qu'un barrissement d'éléphant ou un klaxon de voiture ! (parce que oui, votre chère petite tête blonde comprendra vite le fonctionnement et elle va aimer ça appuyer sur le bouton, plus que de tourner les pages !).
Plus sérieusement ménagez-vos nerfs, les jeunes enfants ne se lassent pas facilement et aime la répétition, autant choisir quelque chose de plus supportables pour les adultes, non ?

Mes premiers airs de Rock a été le premier livre sonore de cette collection pour mon fils et un vrai coup de cœur, c'est à la fois ludique, agréable et suffisamment solide pour son jeune âge. Il est attirant et coloré, facile à utiliser (en 2 minutes il avait compris le fonctionnement des boutons et comment les repérer sur chaque page) et peu encombrant.

Si je ne devais lui trouver qu'un défaut ce serait sur l'usure des piles un peu trop rapide selon moi face à ces petits doigts agiles et avides ! Un conseil donc, à l'achat en rayon, veillez à ce que la languette de première utilisation soit bien présente (ce qui vous indiquera au moins qu'il n'a pas déjà été écouté des millions de fois en magasin et donc une pile neuve !)



Chez Grund illustré par Aurélie Guillerey,Mes premiers airs de rock

mardi 13 mai 2014

Créatures, légendes et mystères

Au cœur de la brume du Loch Ness, dans la cave voutée d'un château anglais, dans les montagnes enneigées du Japon, sommeillent de bien étranges créatures : la bête du Gévaudan aurait fait plus de 100 victimes, les fantômes du Hollandais volant ne se montreraient que les soirs de tempête, la créature de Frankenstein aurait tué son maître... Réalité ou fiction, légende ou vérité ? Ces créatures, beaucoup les ont vues, entendues, aperçues, mais peu sont encore là pour en parler ...

Un très bel album dont le thème et la couverture m'ont fait de l’œil lors de la dernière édition Masse Critique, je dois dire que j'ai eu bon instinct ce jour-là !

Il est vraiment très beau, un livre-objet comme je les aime ; c'est soigné, on sent le sens du détail, le travail bien fait, le papier de qualité... Je ne l'avais pas encore ouvert que je l'aimais déjà :)

Mais c'est encore mieux lorsque je me mets à tourner les pages et me plonge dans la lecture. On visite ou revisite les grands mythes, légendes et personnages de la littérature fantastique : Dracula, les Gremlins, le monstre de Frankenstein, Nessie...et aussi d'autres moins connus. C'est équilibré.
C'est clairement adressé aux plus jeunes (comprenez plus condensé, parfois résumé) mais globalement c'est très bien fait et respectueux des œuvres d'origine quand il y en a.
Les illustrations sont à tomber et le vrai plus (qui m'a le plus emballé je dois reconnaître) c'est qu'à la fin de chaque chapitre "monstre" on a une mini-gazette sous forme de vieux journal qui reprend les éléments clés historiques ou autres (source géographique ou culturelle d'un mythe, dates clés...) qui apportent des éléments plus factuels mais vraiment enrichissants.

Au final l'album a beau être adressé aux plus jeunes il a également de quoi séduire les adultes et je suis certaine que les parents passeront un bon moment à le lire à leurs chères têtes blondes.
Pour ma part c'est un sans faute !



Merci à Babelio et aux éditions Graine2 pour cette lecture.

Muriel Zurcher, Créatures, légendes et mystères



lundi 4 juin 2012

Alice au pays des merveilles

Le monde magique que découvre Alice en tombant dans le terrier du Lapin Blanc est sombre, effrayant... délicieusement dangereux. Il a perdu toute logique et, pour qui ne connaît pas les règles, le risque est grand de perdre la tête, au sens propre du terme ! Voici une nouvelle version du chef-d'oeuvre de Lewis Carroll, très fidèle à l'histoire originelle et magnifiée par un dessin délicat, rehaussé d'une subtile mise en couleurs. Petits et grands y (re)découvriront ainsi un imaginaire extraordinaire, qu'aucune entrave ne vient limiter. Pour leur première collaboration, les auteurs David Chauvel et Xavier Collette livrent avec Alice au pays des Merveilles un hommage amoureux à ce conte onirique, d'une évidente modernité.

J'adore Alice au pays des merveilles, de l’œuvre originale en plusieurs éditions (et en VO !) aux adaptations en tout genre je suis collectionneuse dans l'âme.
C'est donc tout naturellement que j'ai craqué sur cet album, tombé sous le charme de cette couverture prometteuse...

Et je dois reconnaître que l'illustration a été au rendez-vous, c'est tout bonnement magnifique et d'une grande qualité aussi bien au niveau de la colorisation que des détails (et puis ce chat, ce que j'ai aimé ce chat !).
On est entre romantisme et ambiance à la Burton, c'est vraiment très réussi.

Je ne peux malheureusement pas en dire autant de l'adaptation du texte : on ne peut pas à la fois vouloir être si fidèle et proche de l’œuvre originale en si peu de pages !<
Ceux qui ont lu le roman de Lewis Caroll savent qu'au-delà des apparences c'est une œuvre difficile, pleine de non-sens, de jeux de mots ; un monde de l'absurde et de la fantasmagorie alternant merveilles et angoisses.
Or ici on tente de couvrir l'ensemble des épisodes en un tout bien trop court, donnant un sentiment de non-continuité dérangeant. On passe du coq à l'âne sans transition ou presque pour ainsi dire, on tronque des épisodes qui en perdent tout intérêt, etc... à défaut de faire l'impasse sur certains passages. J'aurai préféré moins (quitte à être déçue de l'absence de certaines scènes) mais mieux ! Pour le coup c'est un peu bâclé et ne donne pas un résultat uniforme voire même carrément bancal pour certaines scènes, dommage.

Surprise aussi par ce choix d'adaptation du texte, somme toute assez proche de l'original, qui n'en fait pas un album véritablement accessible pour les plus jeunes. Je ne sais pas pourquoi à mes yeux c'était une adaptation et un album jeunesse, dans les faits il ne convient pas selon moi à un moins de 10 ans.
L'intérêt est autre toutefois, à défaut d'être pré-digéré pour un jeune public, on colle au plus près du texte original ; pour les puristes c'est appréciable.

Bilan en demi-teinte pour cet album donc : à la fois les illustrations et la mise en page sont plus que séduisantes mais l'adaptation de texte bien que se voulant fidèle à l’œuvre originale est à mes yeux maladroite et bancale.
Plus que la magie du monde de Lewis Caroll nous sommes face à un hommage se voulant fidèle mais raté d'un copiste frustré de ne pouvoir faire tenir tout l'art de Caroll en 72 pages, qui n'a pas osé faire les choix nécessaires face à cette question du format réduit et qui par là même n'a pas su s'approprier le texte.
C'est d'autant plus dommage que la qualité esthétique de l'album vaut vraiment le détour !

2.5.gif

David Chauvel & Xavier Collette, Alice au Pays des Merveilles

lundi 8 août 2011

De profundis



Une sombre histoire avec des sirènes qui ne sont pas vraiment des sirènes et un homme qui aurait préféré ne pas les rencontrer.
L'auteur nous délivre avec douceur une fable métaphorique sur la dérive et l'égarement. Tout en faux-semblants, mais avec profondeur, il nous entraîne dans le sillage d'un marin, naufragé, rescapé peut-être…


À nouveau une belle découverte grâce à Masse Critique avec ce très beau livre signé Chanouga (que je découvre à l'occasion).
J'aime beaucoup les récits fantastiques qui s'attaquent au domaine de la mer, de ses mythes et mystères. Entre sirène et marin perdu en mer, naufrage et merveilleux, j'ai donc ouvert cet album avec gourmandise.

L'édition en soi est déjà très belle, de qualité, une belle mise en page et couverture avec en bonus quelques repro de planches et de crayonnés. Chanouga a un très beau trait, et une mise en couleur parfaite qui rend l'ensemble doux et onirique.

Au delà pourtant, le scénario est loin d'être novateur, assez simple même mais efficace. Sa cruauté contraste avec cette douceur apparente et reflète idéalement le symbolisme de la sirène...
Car il faut le sentir plus que le comprendre, ce récit est symbolique de bien des façons, poétique dans tous les cas :)

Pour conclure un moment léger, à la fois nostalgique, triste et doux bien que simple et d'une grande qualité visuelle. Un album qui ravira les amateurs de sirènes et les esthètes mais que les plus férus de BD et d'action délaisseront probablement !

Une nouvelle fois merci à Babelio, ainsi qu'aux éditions Paquet pour l'envoi.

3.gif

Chanouga, De profundis : L'étrange voyage de Jonathan Melville



Critiques et infos sur Babelio.com

mercredi 18 mai 2011

Heureux qui comme Ulysse

Trois ans après L'Oiseau des steppes, Jean-Sébastien Blanck propose un nouveau conte fantastique et historique avec Heureux qui comme Ulysse, ou le premier voyage. Cette fabuleuse épopée d'un jeune chat, navigateur malgré lui, nous entraîne au coeur de la Méditerranée et de ses mythes, il y a plus de trois mille ans. C'est alors le temps des cités grecques, des pharaons et du légendaire royaume de Saba... Heureux qui comme Ulysse, ou le premier voyage est aussi un roman initiatique. Il nous montre que la vie est une longue quête de soi, à travers la découverte des autres.
Le livre fait référence à l'Histoire, à la mythologie grecque mais aussi aux légendes de la Méditerranée comme Jason et les Argonautes et L'Odyssée d'Homère. Il est donc idéal dans le cadre d'une étude en classe, particulièrement en 6ème.
À partir de 9 ans.

Gros coup de cœur avec ce sublime album sur fond de mythologie grecque pour les plus jeunes !
Nous ne sommes cependant pas face à un album historique à proprement parler mais bien à une histoire, un conte fantastique qui s'inspirent des contes et légendes antiques pour en faire quelque chose de nouveau, une belle histoire pour la jeunesse.

Le quatrième de couverture annonce "à partir de 9 ans", j'aurai dit moins. À mon avis c'est tout à fait le genre de livre qu'un parent peut lire à son enfant ou qu'un "petit lecteur" peut attaquer seul plus tard (pas pour les premières lecture certes)... Parce qu'au final çà reste accessible (nom des personnages grecs mis à part) et surtout, surtout magnifiquement illustré par Sebastian Giacobino (son blog et son deviant art juste pour le plaisir des yeux) de quoi ravir les plus jeunes mais aussi les moins jeunes ! (Enfin moi je suis devenue gaga hein !)

Le narrateur est donc Ulysse, un chat, qui se retrouve embarqué en mer à cause de sa curiosité et poussé vers le large et ses mystères par une tempête. Il se lie avec le capitaine, devient la mascotte de l'équipage et affronte avec eux moults monstres marins, sirènes et aventures diverses espérant un jour pouvoir regagner son île sain et sauf. Les classiques mythologiques revisités en sorte !

Alors voilà, je suis tombée sous le charme de ce récit d'aventure si bien écrit et superbement illustré. Un beau livre que j'aurai adoré avoir eu plus jeune, et que je lirai à ma progéniture avec plaisir (mais bon je ne vais tout de même pas faire un enfant juste pour les livres hein, je n'en suis pas encore à ce point là !!)

Mille mercis à Babelio pour ce livre reçu dans le cadre du dernier Masse Critique et sans qui je serai certainement passée à côté de cette belle découverte :)

5.gifcoeur-gif.gif

Jean-Sebastien Blanck, Heureux Qui Comme Ulysse Ou le Premier Voyage




samedi 29 janvier 2011

Le songe d'une nuit d'été

le temps d'une nuit, entre mystère et magie, deux couples vont s'aimer, puis se fuir pour mieux se retrouver, une troupe va répéter une pièce loufoque et deux monarques s'affronter sous le regard moqueurs des lutins et petit peuple de la forêt.
Une livre-album illustré qui offre une adaptation de la célèbre pièce de Shakespeare pour la jeunesse.

La pièce est donc contée, réduisant les dialogues mais reflétant tout de même l'ambiance et la malice de l'œuvre originale.
On perds toutefois un peu du style si génial de Shakespeare, mais faire lire ses envolées lyriques et autres jeux à des enfants ne me semble pas évident. Ils auront déjà fort à faire avec l'intrigue et les noms des personnages !
À défaut de la forme, le fond lui est transmis.

Du côté des illustrations, le défi est réussi, elles sont à la fois poétiques, enfantines et espiègles, et aèrent bien le récit.

On peut dire sans hésiter que l'album est une belle réussite d'adaptation d'un classique pour la jeunesse.

La petite déception se situerait plutôt du côté de l'audio et du CD qui accompagne ce livre.
C'est une très belle lecture, soyons clair et en tant qu'adulte je l'ai apprécié.
Cependant, je doute qu'un enfant y trouverai autant d'intérêt : il n'y a pas de bruitages, de musiques, d'effets d'ambiance et peu de jeux sur les voix (puisqu'un seul lecteur), bref ce n'est pas "théâtralisé" comme peuvent l'être la plupart des CD-contes que l'on trouve sur le marché.

Un bilan en demi-teinte : un bel album jeunesse mais un CD qui apporte peu...



Almud Kunert (illustrations) & Alain Carré (audio) selon l'œuvre de William Shakespeare, Le songe d'une nuit d'été (1CD audio)


Une nouvelle fois merci à Babelio pour leur initiative



dimanche 4 avril 2010

Généalogie d'une sorcière

Lisbeth n'est pas une jeune fille comme les autres. Elle a un don pour retrouver les choses égarées ou trouver les mots de quelqu'un dans une conversation.
Alors qu'elle passe quelques jours de vacances chez sa grand-mère, le mystère s'épaissit encore quand elle découvre, accompagnée de son meilleur ami, un étrange grimoire au grenier. D'après lui, sa grand-mère serait une sorcière !

J'entretiens ma toute récente passion Lacombe avec ce magnifique coffret jeunesse.

Les deux albums qu'il contient, format BD standard, sont une nouvelle fois de toute beauté et ce jusque dans les moindres détails.
L'histoire de Perez est somme toute assez classique mais extrêmement bien mis en valeur par les illustrations qui permettent une totale immersion dans le récit. Une belle alchimie entre auteur et illustrateur, le duo Perez-Lacombe crée une vraie ambiance.
La surprise, réside plus dans la reconstitution fac simile du fameux "grimoire" de l'histoire de Lisbeth.

Si ce livre est tombé par erreur entre vos mains, refermez-le immédiatement et fuyez. Si toutefois vous décidez de le lire, réfléchissez bien, car ce grimoire est un livre maudit !


Ce volume, en ajout dans ce coffret collector, est minutieusement soigné et très travaillé. Les adultes prendront plaisir à voir tous les grands noms mythiques ou historiques de femmes célèbres insérés dans cette généalogie envoutante de sorcières : Lilith, Méduse, Jeanne d'Arc...

Et comme une image vaut mieux qu'un long discours, je cède au plaisir de vous montrer quelques une de ces illustrations pleine page :

1418534214



mary_p1



Un coffret jeunesse que les adultes auront bien du mal à laisser entre les mains des plus jeunes !



Sébastien Perez & Benjamin Lacombe, Généalogie d'une sorcière : Coffret en 2 volumes

mercredi 10 mars 2010

Les Contes Macabres

Bienvenue dans le monde terrifiant de Poe !
A travers sept nouvelles du maître de la peur traduites par Baudelaire (Bérénice, le Chat noir, L’ile de la Fée, Le Coeur Révélateur, La Chute de la Maison Usher, Le Portrait Ovale et Morella) Lacombe célèbre le bi-centenaire de l'auteur par ses talentueuses illustrations : un livre magnifiquement sombre...

Pas besoin d'ouvrir longtemps ce très beau livre pour déjà être sous le charme : la mise en page, le soin minutieux de la couverture et le sens du détail en font déjà un livre rare.

Ajoutez à cela quelques nouvelles à la fois sombres et géniales de Poe, illustrées de main de maître et vous aurez une idée du résultat. On plonge littéralement dans l'univers de Poe, un monde à la fois étrangement terrifiant et beau.



De ce que j'ai pu voir (mais je n'avais pas toujours d'autres versions de ces nouvelles sous le coude) le texte original traduit par Baudelaire (le premier grand fan français de Poe) a été conservé sous sa forme originale, aussi un petit lexique se trouve en fin d'ouvrage pour les lecteurs plus jeunes.
Selon moi, ce recueil de nouvelles illustrées s'adressent tout de même plus aux adultes et / ou aux accros de Poe puisqu'il s'agit d'un véritable hommage à sa plume et à sa créativité.

L'alliance Lacombe-Poe est juste parfaite, toutes les pages sont décorées ou illustrées et mettent en relief la prose de Poe. Un mariage qui crée du fabuleux !

Les images parleront plus que les mots, en voici un bref aperçu :



En bonus on trouve à la fin du livre "Poe, sa vie ses oeuvres" publié au XIXème par Charles Baudelaire ainsi que les biographies des trois talents mêlés : Charles Baudelaire, Edgar Allan Poe et Benjamin Lacombe.

Un album sombre mais éblouissant, véritable coup de coeur dont je ne regrette pas d'avoir bataillé pour l'obtenir. On aimerait plus de beaux livres hommages comme celui-là dans nos bibliothèques !



Edgar Allan Poe, Les contes macabres, illustrations de Benjamin Lacombe


mardi 23 février 2010

Les Amants Papillons

Un conte façon drame japonais, le récit d'un amour contrarié entre deux jeunes gens romantiques et passionnés. Une très ancienne légende chinoise remis au goût du jour et sublimement illustré par Benjamin Lacombe.

Un album juste MAGNIFIQUE, très grand format et dont les illustrations mériteraient d'être encadrées !

L'histoire en soi n'est pas ce qu'on fait de plus originale, et la fin pourrait même heurter la sensibilité des plus jeunes (les asiatiques ont un sens du drame et de la tragédie bien différent alors qu'en Europe on l'occulte complètement auprès des enfants), mais qui peut avoir le mérite de dé-dramatiser la mort à un moment où les enfants se posent la question.


Amants papilons 2


À lire par un adulte et avec explications selon moi, même si la poésie du texte et la grande douceur des illustrations lissent déjà bien le fond (entendez par là qu'il n'y rien de sombre ou de glauque bien au contraire).
Un petit lexique en fin de lecture permet même de comprendre ou d'expliquer les quelques termes japonais utilisés.

Un seul regret pour ma part c'est qu'on ne se lasse pas de tant de beauté et que la dernière page arrive bien trop vite ! Un texte un peu plus étoffé n'aurait pas nui à l'ensemble.



Un livre splendide et poétique qui ravira toute la famille, et qui hisse l'album au rang d'oeuvre artistique à part entière !



Benjamin Lacombe, Les Amants Papillons

(Il expose régulièrement, rdv sur son blog)

lundi 1 février 2010

Don Quichotte, Illustré Jeunesse des Editions Milan

Don Quichotte est devenu un mythe, si célèbre qu'on peut désormais le considérer comme héros d'un conte populaire.
Ce grand homme, amoureux des récits chevaleresques au point de vouloir devenir un héros lui même, peut séduire les plus jeunes par l'imaginaire déployé, l'humour et la fantaisie. C'est en tout cas ce que prétend cette édition adressée aux enfants...

Je ne souviens pas vous avoir déjà parlé de mon amour pour Don Quichotte et pourtant il s'agit d'un de mes livres favoris (du genre qu'emmèneriez-vous sur une île déserte ?).
Découvert sur le tard et lu dans son intégralité à plusieurs reprises (l'ensemble des aventures de Don Quichotte est en fait 2 romans distincts).
Et pourtant il est difficile pour moi d'expliquer vraiment pourquoi j'adule à ce point cette oeuvre qui contient tant de choses... Sans même parler du plaisir que procure cette lecture qui est tout bonnement surprenant, je ne crois pas avoir jamais lu quelque chose de plus humain que Don Quichotte. C'est probablement ce qui fait sa particularité et mon attachement (je ne suis pas sûre d'être claire pour tout le monde mais passons, j'essayerai de vous reparler de cet amour une autre fois)!

Et comme tout bon puriste / fidèle / fan absolu(e), je vois toujours d'un mauvais oeil les détournements et adaptations des oeuvres originales que j'apprécie.
C'est donc avec beaucoup de scepticisme que j'ai ouvert cet ouvrage. Non pas que je ne reconnaisse pas la pureté de la motivation : faire découvrir une fabuleuse histoire à un jeune public incapable de lire l'originale et, par là même, promouvoir Don Quichotte (qui reste une oeuvre marginale et finalement peu lue) est un but honorable. Mais plutôt par peur des libertés que l'on peut prendre avec l'oeuvre originale pour arriver à ce but.

Qu'en est-il finalement ?
D'après moi cet illustré a été réalisé sous la coupe d'un grand admirateur de l'oeuvre originale. Il a été réalisé avec soin et le résultat est d'une grande qualité : le papier et les illustrations sont simplement magnifiques. D'ailleurs je ne résiste pas à vous mettre quelques photos :



Rien que pour ses illustrations l'album vaut le coup. Elles s'accordent tout à fait au récit, respectant le côté à la fois sobre et coloré et surtout la dignité de Don Quichotte malgré le loufoque et l'humour omniprésents.
On ne saurait lui faire l'affront de représentations simplistes et enfantines comme on en trouve dans tant de livres jeunesses (et elles y sont à leur place sans aucun doute). L'éditeur s'est ici abstenu, grâce lui soit rendue !



Du côté du texte, le même respect a été appliqué. Certes, pas au mot à mot et pas dans son intégralité, mais dans une version résumant très bien l'ensemble et tout de même assez fournie, le tout dans un style impeccablement dans l'esprit de l'oeuvre. J'ai même parfois été bluffée par le vocabulaire et les tournures de phrases qui m'ont vraiment replongé dans l'oeuvre originale.



Un très très beau livre donc, à lire aux plus jeunes ou pour soi (mais trop volumineux au niveau du texte pour être lu seul par un enfant je pense), qui réussit à allier sa forme tronquée et illustrée avec l'amour et le respect de l'oeuvre et qui pourrait bien donner à certains l'envie de lire l'intégralité des aventures du célèbre chevalier de la Triste Figure !


(nb : Don Quichotte est le personnage, le soulignement indique l'oeuvre)




D'après le texte original de Miguel de Cervantès, Don Quichotte (illustré jeunesse)