Je ne serai probablement pas un vrai blog de fille sans le traditionnel "billet summer body" alors cette année je me lance...

(oui tu peux avoir un peu peur, j'ai mis "blog de fille" dans ma première phrase quoi !)

J'ai la chance d'habiter en bord de mer, d'en profiter et de l'aimer en toute saison, de passer un peu plus de 3 mois de l'année en tenues légères et maillots de bain et de voir débarquer des files de voiture aux immat variées avec des gens tout blancs ou tout rouges dedans, la bouée du gosse sur la plage arrière ou les VTT accrochés derrière.
La plage elle aussi se remplit, se colore, se parfume au monoï, s'emplit de bruit et de "Enzo ! ne mange pas le sable !!"

C'est aussi la période où on se regarde d'un peu plus près le nombril, à la loupe justement, la traque au poil de trop et au bourrelet dérangeant : aucune grâce dans nos propres yeux pour nos petits défauts réels ou imaginaires. Je vois et j'entends même des gens qui ne se supportent plus, se privent de plage, de maillots, restent en tee-shirt, la peur du regard de l'autre... Et je trouve ça tellement dommage, parce que ce n'est au final qu'un problème de regard sur soi.

Sans mentir, à la plage, chacun est tellement concentré sur son propre nombril, la surveillance de ses gosses ou à cuver de la veille que personne ne vous regardera vraiment. D'expérience il y a quelques mateurs, oui : des vieux qui s'ennuient surtout et qui ont été trainés là de force par mamie-peau-de-pruneau et qui vous trouveront appétissant(e)s dans tous les cas, des petit(e)s jeunes qui fantasment quand ils daignent lever les yeux de leurs iphones et quelques con(ne)s frustré(e)s... Bref tout un tas de gens qui s'en foutent pour la majorité et que vous ne reverrez jamais de toute façon.

Mais gardons deux secondes le but en tête, pourquoi vous allez à la plage ? Quelque soit la réponse à priori c'est soit pour ses proches soit pour soi-même, pas pour les vagues d'inconnus qui vont déferler pendant l'été sur la même plage. Et en tous les cas, on n'est jamais aussi belle que quand on s'assume, la liberté, l'affirmation de soi et la confiance ça donnent une aura capable d'effacer le petit bourrelet en trop (si, si je te jure).

Dans la plupart des cas, ce qui attirera l'attention des autres c'est l'irrespect, une attention irritée qui plus est (du genre ton enceinte Bose avec volume au max qui passe ta musique de merde tu la remballes merci bien, on ne laisse pas ses déchets sur la plage, si c'est interdit aux chiens bah c'est interdit aux chiens t'es con ou t'es con ?, ça fait 4 fois que ton parasol s'envole et manque de tuer quelqu'un si tu ne veux pas finir dans la rubrique faits divers tu le plies tu seras gentil, arrête de crier en permanence sur ton gosse : soit tu le laisses un peu vivre ça nus feras des vacances soit vous vous barrez de là, on ne baise pas sur la plage oui je sais c'est dommage mais il y a des enfants autour là tu vois...)

Et puis la prochaine fois que tu seras sur la plage, regarde le bien le mec qui a gardé son tee-shirt là bas assis sur sa serviette si ça se trouve c'est le meilleur papa du monde, celle-là peut-être la personne la plus tendre sur cette terre, celui-là encore peut-être le meilleur coup que tu n'auras jamais... Imagine un peu, si tout le monde faisait pareil ?

En résumé, parce que ce billet devient bien trop long, je ne t'apprends rien : la vie est courte, bien trop courte pour ne pas profiter des petits plaisirs de la vie et se focaliser sur des détails qui ne sont bloquants que dans nos têtes.
Un dernier petit mot pour te rassurer : je vais à la plage, souvent, et je ne te vois pas. Vraiment, je n'ai pas le temps de te détailler ou de regarder si toi tu me détailles, je suis entrain de savourer l'instant...