J'assume mon côté James Dean, cette obsession à devoir se sentir vivant qui ne passe pas malgré les années...
Sans être à la recherche permanente de sensations fortes, c'est plutôt une quête de moments, une collection d'instants et de sensations...

Je crois que c'est pour ça que j'aime autant conduire. C'est cliché sûrement mais voilà, j'adore ça : rouler, les km qui défilent et les 130CH sous l'escarpin... Ça ne me rend pas puissante, ça me fait me sentir vivante, une concentration qui vide l'esprit de tout autre chose et ça fait un bien fou.
Voilà donc un "moment" : A75 Béziers-Millau circulation quasi inexistante, des boucles, des virages et de grands espaces, Hotel California en bande-son. De quoi me rebooster pour plusieurs jours !

Un autre, plus récent : s'autoriser à fêter une date particulière toute seule et savourer :

... A se demander finalement, si se sentir vivant, quelque que soit la forme que chacun lui donne, ce n'est pas juste faire vraiment quelque chose pour soi et soi-même uniquement...