En plus du P-38, le flingue de mon grand-père, il y a quatre paquets, un pour chacun de mes amis. Je veux leur dire au revoir correctement. Je veux qu'ils gardent un souvenir de moi. Qu'ils sachent que je suis désolé d'avoir dû leur fausser compagnie. Qu'ils ne sont pas responsables de ce qui va se passer... " Aujourd'hui, Leonard Peacock a dix-huit ans. C'est le jour qu'il a choisi pour tuer son ancien meilleur ami. Ensuite, il se suicidera. Plus tard, peut-être, il se dira que c'est OK, voire important, d'être différent. Mais pas aujourd'hui.

Un roman déroutant, vraiment. Aujourd'hui encore j'ai du mal à mettre des mots sur le ressenti de lecture...

Cette collection a vraiment l'art de sélectionner des romans jeunesse qui sortent des sentiers battus et qui méritent qu'on s'y attarde, celui-ci n'est pas un coup de cœur mais j'ai passé un moment intéressant avec Leonard.
Ce roman s'adresse tout particulièrement aux adolescents, il traite à la fois de leur problèmes relationnels, sociaux, sentimentaux et de la solitude qui en découle, le tout avec la sensibilité à fleur de peau particulière de cette période de transition avant la vie d'adulte.

Leonard n'est pas un personnage attachant de prime abord. Ce n'est pas un héros, ni même un anti-héros, juste une personne en devenir, un peu paumée et qu'on apprend à connaître et à apprécier au fur et à mesure de la lecture.
Il finit par nous devenir sympathique et d'une manière ou d'une autre on reconnait tous un peu l'ado que l'on a été nous aussi...

Côté scénario, il se veut assez choc à la base (il n'y a qu'à lire le quatrième de couverture) mais le "pourquoi" l'emporte vite sur le reste puis vient le "va-t-il vraiment le faire ?" bref tout ce qu'il faut pour nous tenir accrocher.
Reste que là aussi, c'est plus subtil qu'il n'y parait. Mathew Quick ne se contente pas de nous livrer la résolution meurtrière d'un ado prise sur un coup de tête.Le jour se fait peu à peu sur les motivations, sur la mise en scène, sur les brèches du personnage.

J'ai découvert Mathew Quick avec ce roman et je replongerai avec plaisir ; c'est travaillé, réfléchi, bien écrit et empreint de réalisme.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.



Mathew Quick, Pardonne-moi, Leonard Peacock