Je pèse lourd. Des tonnes. Alliage écrasant de lard et d'espoirs défaits, je bute sur chaque pierre du chemin. Je tombe et me relève, et tombe encore. Je pèse lourd, ancré au sol, écrasé de pesanteur. Atlas aberrant, je traîne le monde derrière moi. Je pèse lourd. Pire qu'un cheval de trait. Pire qu'un char d'assaut. Je pèse lourd et pourtant, parfois, je vole.

Bédé chaudement recommandée dont je ne sais vraiment pas quoi penser arrivée en fin de ce premier tome...

Plus roman graphique que véritable bédé nous sommes plongés dans un univers et une ambiance vraiment atypiques, ce qui plombe un peu mon référentiel personnel de critique ! Une chose est sûre je n'avais jamais rien lu de semblable !

Et l'ensemble provoque des sentiments assez ambivalents ; le dessin est quasi grotesque, assez sombre mais à la fois reflète un véritable style et colle à la narration, le personnage principal est assez ragoutant pour ne pas dire détestable souvent et pourtant il a quelque chose de spécial, d'indéfinissable et on accroche à sa quête plus qu'à l'intrigue qui l'amène à la raconter.

Les premières scènes en couleur surprennent, étonnent mais reflètent bien le sentiment vécue et l'expérience du personnage.
Et peu à peu on se mettrait presque à le comprendre, ce Polza pourtant si dérangeant, si hors norme et hors gabarit !

Alors voilà, je serai bien en peine de vous dire si j'ai aimé ou non, en tous cas cette lecture ne m'a pas laissée indifférente ! On m'a prêté l'ensemble des tomes et je vais donc poursuivre pour voir comment évolue ce sentiment de lecture qui reste très flou à ce stade.



Manu Larcenet, Blast, tome 1 : Grasse Carcasse