L'an 2040. Nexus est une nouvelle nano-molécule capable de relier les cerveaux entre eux. Alors que certains veulent l'exploiter, d'autres cherchent à l'anéantir. Kade, un jeune étudiant biologiste, voit dans cette drogue de nouvelles possibilités de communication et un immense progrès pour la société. À l'aide d'une poignée d'amis, il parvient à l'améliorer afin qu'il ne soit plus nécessaire de la consommer régulièrement pour en ressentir les effets. Mais les agences gouvernementales sont à leurs trousses… Sam, une espionne travaillant pour le compte de l'ERD (Emerging Risks Directory), les contraint à coopérer : Kade doit servir d'appât en intégrant l'équipe de Su-Yong Shu, une célèbre et géniale scientifique chinoise soupçonnée par l'ERD de travailler sur une technique lui permettant d'asservir les gens contre leur volonté. Dans un monde où se mêlent scientifiques chinois, moines bouddhistes et agents de la CIA, le jeune homme ne tardera pas à s'apercevoir que les enjeux sont bien plus importants qu'un simple trafic de stupéfiants…

Roman choisi lors de la dernière édition Fantastique / SF de Masse Critique, le quatrième de couverture m'avait alléché mais n'a finalement pas tenu ses promesses.

Malgré le fond original et prometteur l'intrigue et l'action n'ont pas su me convaincre et je me suis noyée sous tout le reste jusqu'à décrocher complètement..
Je n'ai pourtant pas de réels reproches à faire à ce roman ; c'est bien écrit, au final assez fluide, les personnages réussis bien que parfois peu originaux (entre le déjà-vu et le stéréotype pour certains)... C'est juste que le déroulement de l'intrigue passe souvent en second plan face à des réflexions et débats noyés sous un jargon informatico-scientifique souvent bien inutile ce qui entraîne immanquablement lourdeur et temps morts bien trop longs.


Bref l'ennui guette et a fini par ravir mon intérêt. Je suis pourtant lectrice de SF, peut-être pas une des plus férue mais je suis déjà rodée au genre, ce n'est donc pas uniquement une question de genre à mon sens.

Le roman a pourtant trouvé son public, et c'est tant mieux parce que je maintiens que l'idée de base est intéressante, certainement des lecteurs plus acharnés et patients que moi !

Merci à Babelio et aux éditions Presses de la cité pour cette lecture.



Ramez Naam, Nexus

tous les livres sur Babelio.com