Erik Schroder attend de passer en jugement. Conseillé par son avocat, il se décide à coucher sur le papier une confession, pour Laura, son ex-femme, pour les jurés, pour lui-même. Et les souvenirs affluent… Son arrivée en Amérique à cinq ans, seul avec son père, et sa décision de laisser pour toujours le passé derrière lui. Son mariage avec Laura, la naissance de Meadow, puis la séparation et la lutte pour obtenir un droit de garde. Et cette journée au lac entre père et fille, moment privilégié tant attendu et vite transformé en escapade innocente, pour grappiller quelques heures, quelques jours. Dire enfin à Meadow qui est son père, et qui elle est, elle. Mais quel est ce secret que Schroder a caché à sa propre fille ? Qui est-il véritablement et comment a-t-il pu commettre pareille folie ?

Un roman confession assez touchant où le narrateur se dévoile peu à peu au fil de son mea culpa...

C'est donc le récit d'un homme qui cherche à comprendre son erreur, un récit empreint de regret au sujet d'un mariage raté, d'un amour perdu et d'une séparation douloureuse avec son enfant.
On comprend assez vite que sa propre enfance est en jeu et qu'un secret enfoui le ronge, que cet ensemble est au cœur même de l'amour paternel et puissant qu'il voue à sa fille au point qu'il ne peut se résoudre à en être séparé et qui le conduit au choix fatal.

On a déjà lu sur la thématique de la duplicité, de la double-identité, du rapt parental et pourtant Schroder se laisse lire sans aucun sentiment de déjà-vu.
Le narrateur est tour à tour père aimant, enfant allemand en fuite, amoureux tendre et jeune marié, orphelin de sa mère, homme pris au piège et rongé par le doute...
Au point que même si sa culpabilité est flagrante on n'a finalement peu à cœur de le condamner pour ses actes et que la séparation s'avère assez déchirante pour le lecteur.

Il ne s'agit toutefois pas de cautionner le rapt parental, loin de là, Erik Schroder le premier se reconnaît coupable même si ses intentions n'étaient pas véritablement préméditées. Il explique juste comment une après-midi de liberté volée s'est transformée en jours et en une aventure de moins en moins innocente.

Si j'ai été touchée par le récit de cet homme pris au jeu de ses propres mensonges et par son amour pour sa fille, j'ai cependant gardé un certain détachement envers le récit.
Pour un genre qui se veut "confession au fil de la plume" j'ai trouvé l'ensemble bien trop travaillé et littéraire, les références et commentaires en bas de page alourdissent la lecture, c'est dommage même si c'est là le seul véritable point négatif à mes yeux.

Au final c'est un roman assez triste, la fin de l'aventure est un crève-cœur et l'empathie que l'on ressent pour ce père à la fois menteur et kidnappeur est dérangeante mais bien menée.



Merci à Babelio et aux éditions Belfond pour cette lecture.

Amity Gaige, Schroder

tous les livres sur Babelio.com