Saison 3. La prophétie du volcan prédit l'avènement d'une nouvelle ère, initiée par l'Elu... Or qui, de Kaleb, Abigail, le colonel Bergsson ou encore Mary-Ann bouleversera à jamais le destin des enfants du volcan ? Et si la mort est la clé, tous ne sont-ils pas des morts en sursis ? Seul le Livre du volcan peut apporter des réponses à Kaleb et lui permettre de survivre au volcan qu'il a réveillé. Mais le tenir entre ses mains peut se révéler plus destructeur que tout...
Ce dernier tome de la trilogie de Kaleb lève le voile sur une mythologie qui prend racine bien au-delà de ce que vous pouviez imaginer. Plus que jamais, il est question de pouvoir, de sombre passion, de manipulation machiavélique et du parfum sulfureux d'une saga millénaire dont le dénouement pourrait bien vous faire penser que tout est bien qui finit mal.

Cette saga souffle le chaud et le froid et me laisse une drôle de sensation depuis le premier tome ; à la fois j'apprécie et non, c'est à nouveau le même dilemme avec ce dernier tome qui reste cohérent avec le reste de la trilogie.

C'est une belle fin, avec ce qu'il faut de suspens, de tension et de rebondissements (avec de belles surprises d'ailleurs) et qui surtout lève le voile sur toute une partie des racines des enfants du volcan (à travers les passages du Livre du volcan que j'ai juste adoré).
Pourtant il y a des "mais" en ce qui me concerne, de petites choses par-ci par là qui me dérangent (comme pour les deux précédents tomes d'ailleurs), qui créent un malaise et m'empêche d'en faire un vrai coup de cœur (dans ce tome c'est surtout le fait que Myra se mette elle-même en scène et tout ce jeu autour de son identité qui devient franchement lassant à mes yeux... Si on écrit sous pseudo on s'y tient, le jeu du "devinez qui je suis" n'est que de la publicité déguisée assez puérile. La saga mérite qu'on en parle sans ça, largement même.)

Le roman est donc découpé en deux narrations distinctes : celles au présent de Kaleb, Abigail, le colonel etc et celle au passé extraite du livre du volcan.
J'ai savouré celle du livre (très joliment mise en page d'ailleurs) et je me suis vraiment plongée dans ce récit, par comparaison les retours au présent m'ont paru bien fades et j'avais hâte de retourner au récit du livre.

Le dénouement a été un peu rapide à mon goût, je m'y attendais pas et je suis un peu restée sur ma faim je dois dire ! J'aurai aimé avoir un peu plus de temps pour me faire à l'idée et que ma curiosité soit satisfaite en prolongeant un peu le récit sur ce qu'il advient ensuite.

C'est donc une fin en adéquation avec la saga et qui saura vous surprendre. Le récit des enfants du volcan à travers le livre est vraiment réussi, pour ma part c'est le gros point fort de ce tome.
Malgré quelques points qui m'ont dérangé (et en cause principalement le problème que j'ai eu d'empathie avec les deux personnages principaux, un coup on les apprécie un coup non et on ne sait plus tellement à quoi s'accrocher) Kaleb est une saga atypique et véritablement originale qui mérite le détour, de mémoire je n'avais jamais rien lu de tel que ce soit en jeunesse/YA ou non.

Merci aux éditions Robert Laffont et tout particulièrement à l'équipe de la Collection R pour cette lecture.

<

Myra Eljundir, Kaleb Saison 3 : Fusion

***Du même auteur***
Kaleb :
Tome 1
Tome 2