"Billie, ma Billie, cette petite princesse à l’enfance fracassée qui se fraye un chemin dans la vie avec un fusil de chasse dans une main et On ne badine pas avec l’amour dans l’autre est la plus jolie chose qui me soit arrivée depuis que j’écris".
« Franck, il s’appelle Franck parce que sa mère et sa grand-mère adoraient Frank Alamo ( Biche, oh ma biche, Da doo ron ron, Maillot 38-37 et tout ça ) (si, si, ça existe…) et moi, je m’appelle Billie parce que ma mère était folle de Michael Jackson (Billie Jean is not my lover / She’s just a girl etc. ) . Autant dire qu’on ne partait pas avec les mêmes marraines dans la vie et qu’on n’était pas programmés pour se fréquenter un jour…»

Je n'ai pas beaucoup chroniqué Gavalda ici et pourtant c'est un de mes auteurs favoris, c'est donc sans aucune hésitation que je me suis lancée avec ce nouveau roman et je ne m'attendais pas à ça !

Parce que si Gavalda a une faible pour les héroïnes atypiques, Billie est un véritable ovni qui a été jusqu'à véritablement transfigurer la plume de l'auteur et les premières pages ont donc été un vrai choc.
La dame ne nous avait pas habitué à un tel langage, à la fois argot, grossier, écorché et pourtant si vrai. Il m'a fallu fournir un véritable effort de lecture pour m'en imprégner et tenter de voir la jeune femme qui se cachait sous les mots.

Mais clairement cet effort en valait la peine, je me suis laissée porter par Billie et Franck, leur amitié si profonde envers et contre tout et il faut dire que la vie ne leur a pas fait beaucoup de cadeaux.
Sans apitoiement pourtant j'ai ri avec eux aussi, tout comme j'ai compris la colère de Billie contre le monde et son injustice, contre les intolérants qui la pousse à un état de révolte quasi permanent.

En résumé ce n'est pas un roman aussi léger et accessible que ceux qu'a pu nous livrer Gavalda jusqu'à présent.
Ce roman vaut pourtant largement le détour ; aussi bien pour son héroïne ovni que pour l'écriture atypique et également ce récit d'une amitié hors-norme qui se cache au dessous.



Anna Gavalda, Billie

***Du même auteur***
La consolante