Alors qu’il était enfant, Nicolas Duhamel a perdu son père, disparu en mer. A vingt-quatre ans, lors du renouvellement de son passeport, il découvre que son père n’est pas le fils de Lionel Duhamel et s’appelle en réalité Koltchine. Pourquoi ce secret savamment entretenu ?

Affecté par ces révélations, qui ravivent la douleur de la perte, Nicolas se lance sur la piste de ses origines, jusqu’à Saint-Pétersbourg.

De cette enquête découle un roman, publié sous le pseudonyme de Kolt, qui rencontre un succès phénoménal. Après trois ans sous les spotlights, un brin plus arrogant, celui qui se nomme désormais Nicolas Kolt séjourne sur la côte toscane.

Dans un hôtel pour happy few, il verra s’accumuler orages et périls, défiler sa vie et se jouer son avenir.

Ma deuxième lecture avec de Rosnay (j'avais lu Boomerang que j'étais sûre d'avoir chroniqué ici et je me rends compte à l'instant que non...), j'en ressort avec une sensation assez confuse et un avis mitigé.

A la fois j'ai aimé ce récit centré sur l'écrivain, son travail, ses inquiétudes, ses relations avec les éditeurs et les lecteurs... C'est intelligent, bien écrit, souvent drôle et très réaliste ce qui sauve le roman à mes yeux.
Parce que pour le reste j'ai peiné, vraiment. J'ai eu du mal à suivre Nicolas, cet anti-héros antipathique et creux. Son égo, sa vanité, son arrogance malgré ses craintes et incertitudes m'ont vite lassé.
Si on ajoute le cadre de fuite dans un palace, j'en garde un sentiment de vacuité assez marqué.

Il y a des passages vraiment creux où l'ennui guette et qui ont considérablement ralenti ma lecture (j'en cru que je n'en verrai jamais la fin !), entrecoupés de scènes plus prenantes ou de refléxions intéressantes qui finalement m'ont poussé à continuer.
Petite déception également sur le "secret" du père, servie un peu comme une carotte narrative elle s'avère bien fade...

C'est donc un bilan mitigé. Tatiana de Rosnay a une plume formidable et un grand sens du réalisme, en faisant de son héros un écrivain star chouchou des médias et dont le succès est monté à la tête elle livre son regard sur un monde qu'elle maîtrise et connaît bien. C'est tout le mérite de ce roman et rien que pour ça je suis heureuse de l'avoir lu.
Pour autant, je n'ai pas su apprécié son héros et je suis restée assez distante sans jamais m'impliquer dans ma lecture que j'ai trouvé bien creuse par moment...



Tatiana de Rosnay, A l'encre russe