N’avez-vous jamais fait ce rêve étrange et glaçant : celui où vous savez pertinemment que vous n’êtes pas folle mais où personne autour de vous ne semble du même avis ?

Pour Brit, du haut de ses seize ans, ce cauchemar devient réel quand son père la conduit de force à Red Rock, un centre de redressement qui prétend mater les enfants rebelles. Brit doit y suivre une thérapie pour guérir des maux qui n’existent que dans la tête de son père. Dans cet enfer d'humiliations et de brimades, Brit se raccroche à des amies qui vont l’empêcher de sombrer dans la folie. Des amies qui vont l’aider à survivre. Ensemble elles vont se redresser. Ensemble elles vont résister. Les Cœurs fêlés est un formidable roman d'amitié, cette amitié qui seule permet de tout supporter, de tout affronter et surtout de tenter l’impossible : devenir soi-même.

Autant le dire tout de suite je me suis moins régalée avec ce roman de Gayle Forman qu'avec mes deux lectures précédentes.
Certes on passe globalement un bon moment, surtout grâce à cette amitié de co-pensionnaires au centre du roman. Pourtant l'ensemble a un côté assez improbable qui m'a gêné.

Brit souffre de l'incompréhension et des peurs de son père, c'est ce qui motive son placement dans cet institut cauchemardesque. Rien que ça déjà j'ai eu du mal à m'y faire, la situation est bancale et peu réaliste.
Viens ensuite la "psychiatre" de l'établissement, un cliché bien trop poussé pour être probable lui aussi, et je ne vous parle pas de celui de la belle-mère dite "le monstre". Et enfin la véritable situation de V qui dépasse un peu l'entendement...
Ce qui fait que je n'ai pas adhéré au récit, j'en suis restée assez détachée.

Il y a cependant de très bons côtés dans ce roman ; l'évocation des peurs et désirs adolescents, l'amitié entre jeunes filles, l'amour de la musique etc...
L'établissement est rude, trop rude et n'a clairement pas vocation à "soigner" ou aider les pensionnaires, c'est malheureux mais il est vrai que ces institutions non gouvernementales et non médicalisées font un peu ce qui leur chantent aux USA c'est une bonne chose d'en parler. L'ensemble reste toutefois très soft, on n'évoque pas ici de graves maltraitances (pour ceux qui l'ont vu on est bien loin du film Sleepers).

C'est donc un bilan mitigé. A la fois Gayle Forman a un vrai don pour mettre en scène des adolescents tout en plaçant son roman dans un contexte important qui ne peut laisser insensible et l'ensemble laisse un sentiment peu réaliste qui gêne quelque peu la lecture.
Lisez le si l'occasion se présente mais n'en attendez pas trop !



Gayle Forman, Les cœurs fêlés

***Du même auteur***
Si je reste
Là où j'irai