Betsy Taylor a des problèmes que seule une reine vampire et femme de banlieue pourrait comprendre. Tels que récupérer le corps de son amie loup-garou Antonia, décédée en plein service à Cape Cod, et elle n'est pas certaine que les loups-garous de Wyndham lui souhaiteront la bienvenue avec des crocs ou une poignée de main. Pendant ce temps, elle reçoit des mails affolés sur le comportement de plus en plus erratique de sa demi-sœur. On dirait bien que la fille du diable est devenue elle-même et qu'elle sort de l'enfer.

Bon bon bon... Je crois que je me suis lassée de cette série et ce tome n'arrange rien.

Certes il y a toujours un certain humour mais qui fonctionne de moins en moins à toujours utiliser les mêmes motifs il n'est devenu que répétitif et limite usant.
De même pour les intrigues, toujours bâties sur le même schéma et qui manquent d'intérêt.

Je ne peux pas dire qu'on s'ennuie ou qu'on peine à lire ce tome. C'est toujours aussi léger, c'est juste qu'à force de se répéter et de pas ne se renouveler la série perd en intérêt, tout du moins à mes yeux.

Ajoutons que sur ce huitième tome, l'intrigue principale autour de la mort d'Anthonia et de la meute est elle assez sympa pour finir en eau de boudin en deux lignes... Alors je ne sais pas, Davidson a peut-être eu une crampe ? Sans blague je n'ai pas compris cette conclusion expédiée alors qu'on s'était pourtant bien arrêté sur les détails par ailleurs.


L'intrigue secondaire est elle très bancale et tourne autour de Laura (la demi-soeur démoniaque de Betsy). J'ai rarement vu quelque chose d'aussi tiré par les cheveux ! Ça ne colle pas du tout avec le personnage évoqué dans les tomes précédents qui est vraiment adorable et réfléchie (surtout quand on ramène la comparaison avec l'intellect de l'héroïne) alors la voir se conduire aussi stupidement sans raison ça ne tient pas debout.
De plus ça manque de finalité, on reste en surface en somme, est-ce que cet évènement va impacter Laura durablement ? Quelle importance ont les satanistes ? etc...

Idem au sujet de bébé Jon, on soulève un détail relativement important mais dont on se soucie finalement très peu... Mais pourquoi ???
Je ne dirai pas que c'est le seul point intéressant du tome, en tout cas c'est le seul qui suscite un grand intérêt et juste on le survole ! Je veux bien que Davidson se le mette sous le coude pour une prochaine intrigue (c'est d'ailleurs certainement le cas) mais que aucun des personnages ne s'en soucie plus que ça c'est juste n'importe quoi.

En résumé rien de neuf avec ce tome, on n'a au final aucune véritable avancée sur Bébé Jon ou sur Laura (on a deux nouvelles infos mais qui sont peu ou mal exploitées) et une intrigue de tome expédiée finalement en deux lignes...
L'humour et la légèreté sont toujours fidèles au rendez-vous mais après 7 tomes on peut s'attendre à un peu plus que ça et surtout à ce que la saga prenne un peu d'épaisseur ; il semble que ce ne soit pas la voie qu'ait choisi Davidson et c'est dommage.



Mary Janice Davidson, Queen Betsy, tome 8 : Vampire et indésirable

***Du même auteur***
Queen Betsy :
Tome 1 : Vampire et célibataire
Tome 2 : Vampire et fauchée
Tome 3 : Vampire et complexée
Tome 4 : Vampire et irrécupérable
Tome 5 : Vampire et casée
Tome 6 : Vampire et flippée
Tome 7 : Vampire et indigne