Dépassée par les sombres secrets de Christian Grey, Ana Steele a mis un terme à leur relation pour se consacrer à sa carrière d'éditrice. Mais son désir pour Grey occupe toujours toutes ses pensées et lorsqu'il lui propose un nouvel accord, elle ne peut y résister.

Que cette chronique va être difficile ! Je m'en rends compte maintenant que je suis devant la page blanche à regarder le curseur clignoter depuis plusieurs minutes...

Ce n'est pas vraiment un désamour, parce que comme tout le monde ou presque j'ai pris plaisir à retrouver le torride duo et à voir leur relation évoluer même si le rabibochage est expédié à vitesse grand V.
Pour autant j'ai relevé un nombre de défauts et de couacs majeurs, totalement subjectifs soyons clair.
Je vais donc commencer par ces points discutables qui m'ont vraiment tapé sur les nerfs !

Tout au long de ce second tome, Grey est dans le compromis quant à ses pratiques sexuelles, ok soit. On aurait presque pu s'arrêter là. Sauf que la donzelle s'acharne (et sur ce coup là Grey est victime consentante) à voir dans ses préférences sexuelles une source de type traumatique liée à l'enfance et là je dis merde quoi ! Ok ça colle à l'intrigue de James mais double merde quoi !
Le premier tome mettait en avant de manière très érotique les pratiques BDSM levant ainsi une sorte de tabou. J'avais applaudit des deux mains. Et là hop là ça devient "perversion" liée à des trauma de la petite enfance et non plus un choix et une liberté sexuelle entre deux adultes consentants ?? Mais pourquoi ????
Alors oui c'est plus dramatique (du type "le sombre héros a un passé trouble et des blessures profondes"), plus romantique pour certains même mais ça ruine tout ! Et franchement l'explication à base de "oui mon mec me met parfois la fessée mais il en a besoin parce que sa mère ne prenait pas soin de lui quand il était petit garçon" c'est tout de suite bien moins érotique... et ça frise même l'amalgame de bas niveau. On passe d'une initiation érotique et sexuelle d'un dominateur vers une jeune vierge à un sauvetage d'une âme en perdition de la jeune femme pure vers le sombre héros égaré au passé douloureux. Quand on commence à comparer Grey avec un alcoolique en rémission j'en ai eu des remontées acides.
Je suis déçue, déçue, déçue.

Ajoutons qu'une fois Grey rentré dans son jeu, Ana n'a de cesse de ne pas se trouver à la hauteur "Oh mais tu ne seras jamais heureux avec moi" et ça aussi ça tape sur les nerfs. Il lui a dit au moins vingt fois que si justement comme elle compte vraiment il peut se passer du reste, c'est pas une belle preuve d'amour ça ?
n.b : Je viens de vous résumer 85% des dialogues de ce tome :s Ne me remerciez pas !

Reste que malgré ces gros points noirs au tableau le couple semble trouver un équilibre entre deux phases d'hésitation gerbantes et qu'on a tout de même droit à quelques scènes vraiment jouissives (et sans jeux de mots), notons : la guéguerre avec l'ex (on aime bien ça nous les filles mettre des taloches aux ex qui tournent trop près de nos hommes), les échanges mails entre Christian et Ana qui sont à la hauteur du premier tome, la soirée de charité, le cadeau d'anniversaire que fait Ana à Grey...

Malgré la déception et l'énervement que j'ai pu ressentir face à certains choix de James, ce n'était pas à proprement parler une mauvaise lecture. Je suis profondément attristée qu'elle n'ait pas poursuivi sur la voie initiale et assumé cet élan décomplexé et libertaire qu'elle avait mis à profit avec le premier tome... Certes, le duo reste atypique et attrayant mais l'intrigue y perd selon moi sa valeur ajoutée pour ne plus être qu'une simple romance érotique.
Le troisième et dernier tome est déjà pré-commandé, je le lirai donc mais avec un intérêt émoussé.



E.L James, Cinquante nuances plus sombres

***Du même auteur***
Cinquantes nuances de Grey