Elle vient d arriver à New York, il est businessman. Elle est jeune, il est riche et sexy.
Elle est séduite, il la désire. Ils se donnent rendez-vous. Et se revoient. Régulièrement.
Elle est marquée par son passé, il dissimule des secrets.
Une relation tumultueuse et sensuelle faite de plaisir assumé et d'une grande liberté.

Suite à ma lecture de Cinquante nuances de Grey j'ai lu pas mal d'avis ou de commentaires sur cette autre saga, souvent considéré comme bien meilleure d'ailleurs.
Ayant somme toute appréciée cette première lecture mommy porn, j'ai opté pour cette lecture comparative et aussi pour ne pas mourir bête ;)

Au final qu'en est-il ?
Déjà au départ le nombre de similitudes est flagrant, j'ai eu peur de repartir pour un Fifty bis au cours des premiers chapitres...
Finalement ce sont dans les points de détails que Dévoile-moi se démarque de cet autre succès du genre, contournant ainsi quelques défauts notables de Cinquante nuances de Grey.
Premier point assez agréable la jeune femme mis en scène n'est pas une jeune vierge effarouchée, elle a sa propre expérience et n'est donc pas entièrement démunie face à l'ardent Mister Cross. Comme quoi on peut faire aussi bien avec une femme qui assume sa sexualité et qui connait bien son corps, merci d'en avoir fait démonstration Mme Day !
Ensuite Eva a du caractère, ce qui donne droit à quelques scènes explosives entre les deux personnages. Elle ne cède pas facilement à Cross et s'affirme souvent. Comme quoi on peut faire de la romance sans miser sur la potiche qui se laisse dominer sur tous les points, merci (bis).

Reste que (même si globalement c'est un chouilla mieux écrit que la saga de James) on retrouve pas mal de défaut du genre : sexe à tout va et à outrance, clichés érotiques lassants (toujours prête, toujours étroite !), l'héroïne canon qui s'ignore et qui passe son temps à se dévaluer, l'homme riche et puissant, les orgasmes sur commande et à la chaîne... J'ai souri aussi quand j'ai remarqué que la donzelle était entourée de gay, au moins c'est sûr aucune compétition ! Ajoutons le passif des deux personnages que j'ai trouvé mal amené ou du tout mieux un peu gros et peut-être pas nécessaire si ce n'est pour ajouter une dose larmoyant à l'ensemble, bof quoi.

Les personnages secondaires entraperçus semblent intéressants mais ne sont pas vraiment exploités (un peu la mère d'Eva et son colloque), peut-être dans le prochain tome ?

En étant réductrice je dirai que ce premier tome n'est pas le roman du siècle mais qu'on passe un très bon moment. C'est souvent brûlant puis glacial entre les deux personnages, ce qui fait qu'on est vraiment accroché au livre jusqu'à la dernière page.
J'ai trouvé l'histoire mieux construite et mieux écrite que Cinquante nuances de Grey, quelques défauts en moins aussi même si ceux majeurs restent et qu'on retrouve beaucoup de similitudes entre les deux romans.
Je ne mets pas une note supérieure pour autant parce que au final ça ne mérite tout de même pas au dessus de 4 (pas une entrée au panthéon tout de même !) et que le plaisir de lecture est assez identique.



Sylvia Day, Dévoile-Moi

***Cité dans l'article***
Cinquante nuances de Grey, E.L James