Romantique, libérateur et totalement addictif, ce roman vous obsédera, vous possédera et vous marquera à jamais.

Lorsqu’Anastasia Steele, étudiante en littérature, interviewe le richissime jeune chef d’entreprise Christian Grey, elle le trouve très séduisant mais profondément intimidant. Convaincue que leur rencontre a été désastreuse, elle tente de l’oublier – jusqu’à ce qu’il débarque dans le magasin où elle travaille et l’invite à un rendez-vous en tête-à-tête.
Naïve et innocente, Ana ne se reconnait pas dans son désir pour cet homme. Quand il la prévient de garder ses distances, cela ne fait que raviver son trouble.
Mais Grey est tourmenté par des démons intérieurs, et consumé par le besoin de tout contrôler. Lorsqu’ils entament une liaison passionnée, Ana découvre ses propres désirs, ainsi que les secrets obscurs que Grey tient à dissimuler aux regards indiscrets…

J'ai succombé à la tentation et me suis penchée sur ce "livre phénomène" dont j'entendais parlé depuis des mois, son arrivée en France a finalement eu raison de moi !

Je dois dire que ma première impression avec les premiers chapitres a vraiment évolué au fur et à mesure du roman, mais je dois dire que j'ai globalement trouvé ça bien plus soft que ce à quoi je m'attendais. Sexy, romance, érotisme certes... mais alors porno (enfin bon aux US les deux seules pages concernées doivent suffire à classer le roman dans le genre).
Je vais donc essayer de rendre compte de ces impressions successives de lecture et sans vous en dire trop.

A l'amorce de la romance j'ai d'abord trouvé l'héroïne agaçante, nunuche etc... Et là je peux dire que j'ai bien ressenti le parallèle avec Twilight, nous avons bien droit à un clone de Bella. J'ai donc eu le sentiment que ça allait être rude.
Ensuite première rencontre avec le fameux Christian Grey. Il y a de l'électricité dans l'air et on aperçoit peu de la richesse du personnage au final (mais arrivé là on ne le sait pas encore). James n'est vraiment pas subtile pour un sou, si après la première rencontre on ne sait pas qu'il est possessif, dominateur et accro au contrôle on est juste en état de mort cérébrale (Anastasia doit bien se le dire au moins 6 ou 7 fois durant leur court entretien).
Résumé de la première étape : une héroïne naïve limite bêtasse et agaçante, une écriture qui manque de subtilité et un intérêt qu'il reste encore à percevoir.

Finalement cette étape est suivie en toute logique par celle de séduction, Grey prend un autre visage, on apprend à le connaître et à l'apprécier, il s'avère finalement des plus intéressants (et puis miam quoi !). Anastasia elle aussi prend un peu plus d'ampleur et se détache légèrement de la première impression en se révélant intellectuellement intéressante et pleine de répartie.
Reste que James est toujours aussi peu subtile, la séduction à coup de "j'affiche mes millions et le sourire bright" est vraiment poussée à l'extrême...

Ensuite l'ambiance change considérablement et je ne vous donnerai pas de détails (non mais !). Ce que je peux vous dire c'est que s'installe une réelle alchimie entre les deux personnages au point qu'on ne peut plus lâcher le livre, finalement ça marche.
Les échanges entre les deux (et surtout par mails) sont un vrai plaisir, James nous offre un vrai duo. Pour ma part je me suis régalée, j'aime ce couple et cette alchimie addictive.

Reste que la part érotisme (je maintiens !) est loin de ce à quoi je m'attendais.
D'une part parce que mademoiselle "nunuche-sur-les-bords-in-love-for-first-time" a des réflexions et des comportements liés à ce premier émoi et pourtant fait toutefois preuve par moment d'une maturité sexuelle improbable (quelle jeune femme vierge ne s'enfuirait pas en hurlant après une visite de la salle de jeux ?)... Elle est d'une naïveté incroyable par moment (quand en plein milieu d'une scène un peu tendue, le dieu grec a des intentions plus que claires et que nunuche dit "Oh my god mais que va-t-il bien pouvoir me faire ?" on a juste envie de lui casser une dent ou deux. Elle casse le rythme c'est indéniable) et pire que tout je crois, elle parle (accrochez-vous bien) à sa "déesse intérieure" ersatz de son désir / féminité / vagin ? Bref de quoi faire de l'érotisme sûrement, du porno le mot est fort.
Ensuite parce qu'il y a un maudit contrat et qu'on nous le serine ; franchement, quoi de plus refroidissant ? Contractualiser ses relations sexuelles sur 5 pages et ce en 4 exemplaires ? Certes il amène des perspectives intéressantes sur ce dont Grey est capable, mais la première lecture suffit amplement.
Au passage cette tendance à la répétition est aussi un des défauts de James...
Reste que certaines scènes (une en particulier) pousse un peu au delà pour franchir le pas vers la pornographie, mais là encore il s'agit plus de désir et d'anticipation, de jeux de rôle que de trucs vraiment choquants. Je pense que quand on a lu un peu de bit-lit, et particulièrement Anita Blake on en a vu d'autres, enfin c'est mon cas !

La fin est surprenante (et c'est bien une première aux vues de la subtilité de l'auteur) et nous laisse à la fois perplexe et dévoré de curiosité, on ne peut que vouloir se ruer sur le tome suivant.

Alors voilà, Cinquantes nuances de Grey premier tome de la trilogie Fifty Shades est un roman plein de défauts et dont a surclassé l'aspect sexuel (peut-être tout simplement en se calquant sur les critères américains qui sont somme toute bien plus prudes que les notre). C'est toutefois un roman pour adulte c'est indéniable et que je ne confierai pas à une ado !
Pourtant, envers et contre tout, c'est une lecture obsédante et prenante grâce au duo formé par Anastasia et Christian Grey dont nait une alchimie palpable et hors-du-commun.
Ne vous laissez pas effrayer ou impressionner par cette lecture et sa catégorisation mesdames ; lancez-vous et faites vous plaisir ! J'ai envie de dire que quoiqu'il en soit, une lecture n'est jamais honteuse :)



E.L James, Cinquante nuances de Grey