Le passé ne peut être réparé.
Le livre "Le Livre Perdu des Sortilèges" mettait en scène la talentueuse Diana Bishop, chercheuse à Oxford et sorcière récalcitrante, et le beau vampire généticien Matthew Clairmont. Ensemble, ils ont été plongés au cœur d’un conflit ancestral autour d’un mystérieux manuscrit connu sous le nom de l’Ashmole 782… "L’École de la nuit" retrouve Diana et Matthew dans le Londres élisabéthain du 16e siècle, un monde d’espions et de subterfuges. Ils y rencontrent de vieux amis de Matthew et surtout la mystérieuse École de la Nuit. Diana va devoir trouver une sorcière capable de lui enseigner la magie ; quant à Matthew, il sera contraint d’affronter un passé tumultueux qu’il aurait préféré oublier, et le mystère de l’Ashmole 782 va s’intensifier.

Je me suis replongée avec plaisir dans l'univers de Harkness avec ce second tome mettant en scène Diana et Mat suite à leur retour dans le passé qui concluait le premier tome.

"L'école de la nuit" est un surnom donné par Shakespeare à un groupe d'intellectuel semi-contestataire et en tout cas hors-norme de son époque regroupant alchimistes, inventeurs, poètes...
Diana se retrouve donc plongée au milieu de ce groupe hétéroclite et célèbre, contemporain de son vampire à l'époque élisabethaine. L'historienne en elle se régale et elle ira d'un point de vue historique de surprises en surprises au fur et à mesure des rencontres.

Pour le lecteur l'intrigue prend elle aussi un bon départ, l'adaptation de Diana a cette époque méconnue est assez prenante. De même le passage à Sept-Tours est un vrai régal ; on découvrira à cette occasion le terrible seigneur de Clairmont si redouté par tous.
Le couple déménage ensuite à Londres, à la recherche du manuscrit et d'un formateur sorcier pour l'héroïne et là le rythme baisse considérablement... On tend même à s'ennuyer un peu par moment. Quand enfin les choses se précisent et s'animent à nouveau le couple part pour l'étranger et là aussi ce n'est pas des plus passionnants !
De ce point de vue là (si on n'évoque pas l'introduction assez longuette) le premier tome offrait un rythme plus soutenu et une plus grande tension qu'on ne retrouve guère dans cet opus.
Toutefois la plongée historique est saisissante et vraiment réaliste, on ne peut que saluer la performance de Harkness de ce côté là !

Au niveau des personnages c'est un peu mitigé.
Diana est fidèle à elle-même, forte mais peu sure d'elle-même, têtue mais influençable un personnage tout en contraste que j'aime beaucoup.
J'ai moins apprécié le changement de Matthew, l'influence de l'époque, des souvenirs, de sa possessivité etc... qui le rendent finalement assez exécrable ! Dommage il était vraiment mon personnage favori dans le premier tome :s
On voit finalement peu leur entourage de l'époque moderne, mais pour le peu rien à dire. Si ce n'est au sujet de Em ; je crois que j'ai raté quelque chose. La fin laisse entendre un évènement à côté du quel j'étais complètement passée, alors est-ce exprès et le saurons-nous plus tard ? Mystère !
L'entourage élisabéthain est des plus divers, il y a presque trop de personnages même ! On apprécie beaucoup certains, on déteste d'autres (surtout un soyons honnêtes !)... J'ai surtout pris plaisir à découvrir le père de Matthew.

Du point de vue de l'intrigue principale on avance finalement assez peu, en tout cas c'est l'impression que l'on a en fin de tome. Diana a un peu progressé dans sa pratique magique, le mystère au sujet de l'Ashmole reste entier et on a finalement peu de nouveaux éléments, la relation Mat/Diana n'est toujours pas stabilisé à mon sens et surtout ils n'ont toujours pas de véritable plan pour la suite des évènements...

Harkness n'aura tout de même pas écrit ce tome en vain, elle a l'art de nous mener là ou ne l'attend pas. Un évènement en particulier qui semblait presque trop facile et cousu au fil blanc se retourne finalement contre nos deux héros dans un sursaut inattendu qui vire au drame (ça fait bizarre dit comme ça mais si je ne veux pas vous spoiler je ne peux pas le dire autrement !!)
De la même façon elle nous permet de découvrir une autre part de Matthew (pas celle que je préfère c'est certain !) jusque là inaccessible à Diana et qui n'est pas sans intérêt. On remonte aussi un peu l'histoire familiale et les liens entres les uns et les autres.

En résumé si le premier tome se concentrait sur l'univers des livres et un amour interdit naissant, ce second fait un peu pâle figure avec son fond historique et l'exploration des fondations du couple.
On est heureux de retrouver le couple mais parfois un peu lassé de leurs discordes répétitives bien que nécessaires parfois. L'introduction de nouveaux personnages est assez hétérogène et plus ou moins conséquente, d'après moi il y a des personnages de trop et qui ne servent pas à grand chose...
Ce tome est aussi l'occasion pour nos deux héros de mieux se découvrir l'un l'autre et d'affronter leurs peurs, on cède plus souvent à la psychologie qu'à l'action.
Au final on se régale par ci par là de petites touches parsemées par Harkness que ce soit au niveau des dialogues, des renversements de situation ou de ce couple si particulier ; on lit avidement même les passages un peu moins rythmé à la recherche de ses petits plaisirs ; on est curieux et maintenu en haleine jusqu'en fin de tome même si on ne ressent pas le besoin pressant de lire le suivant...
Globalement j'ai aimé et passé un bon moment mais moins qu'avec le premier. Je pense tout bonnement que le fond et l'ambiance bibliothèque me touchait plus que celui historique utilisé dans ce tome !



Deborah Harkness, L'Ecole de la nuit

***Du même auteur***
Le livre perdu des sortilèges