Dans l’univers de La Confrérie de la dague noire… 7 péchés capitaux. 7 âmes à sauver. Le premier combat entre un rédempteur qui n’a plus la foi et un démon qui n’a rien à perdre vient de commencer. Jim Heron est capable du pire comme du meilleur. C’est la raison pour laquelle il a été choisi par les forces du bien et du mal afin de décider du destin de la Terre. Sa première mission : Vin diPietro, un entrepreneur obnubilé par l’appât du gain qui n’a jamais fait de place à l’amour dans sa vie jusqu’au jour où il rencontre Marie-Terese. Mais, entre eux se dresse un démon, bien décidé à collecter l’âme de Vin…


Je suis tombée par hasard sur cette nouvelle saga de Ward, un air de pourquoi pas à la simple lecture de son nom.
Finalement ce n'était pas une si bonne idée que ça...

Aucun doute c'est bien le même auteur, et bien le même univers que La Confrérie de la dague noire. Si vous ne l'avez pas compris au moins une bonne dizaine de fois au cours des trois premiers chapitres vous êtes en état de mort cérébral je n'ai pas d'autre explication !
L'intrigue se déroule donc à Caldwell (même ville) et en partie dans un club : Le Masque de Fer, successeur du Zero Sum de la saga sus-citée.
Au-delà de ça on a beau nous avoir seriné avec ces multiples détails, à aucun moment le tome outre ces références n'a de lien avec les personnages de la Confrérie (ok ok le gérant du club mais c'est bien tout).
Bref ça sent l'argument marketing à plein nez "c'est le même auteur, c'est le même univers. Si vous avez aimé la saga achetez vite celle-là" et je suis tombée dedans des deux pieds...

A vrai dire la déception n'est même pas là. C'est juste un peu d'eau de plus à mon moulin !

Le vrai soucis c'est que c'est de la romance cousue de fil blanc entrecoupée de scènes de sexe.
La part fantastique du combat du bien contre le mal est quasi réduite à néant et fait plus office de prétexte que de vraie trame de fond. La trame de ce tome c'est la romance en mode "Pretty woman" qui pêche par manque de réalisme et succession d'incohérences.

Les personnages aussi sont assez décevants, je passe sur la sainte prostituée qui reste à mes yeux celui le moins convaincant, l'âme à sauvée Vin n'a aucun véritable enjeu : il est aussi diabolique que Princesse Brillance (avec peut-être un soupçon de naïveté en moins) et Jim même s'il est plus réussi n'est à mes yeux qu'une pâle copie de Butch... Ça manque donc d'épaisseur aussi côté personnages.

Ajoutons que le langage est d'un niveau plus que familier, au point que ça en devient parfois gênant pour la lecture ! C'est même la première fois que le niveau de langage ou que des expressions me perturbent dans une lecture, là clairement on a franchi un palier qui est trop proche du langage oral et vulgaire pour être mis à l'écrit selon moi.

Reste que malgré tout ça, ça se laisse lire. On passe un moment agréable sans plus. Il y a un fond fondamentalement "fifille" dans la romance qui fait qu'on lit jusqu'au bout, une petite curiosité au ventre.
Ward reste également plus que douée pour les scènes osées, mais même là ça finit par devenir lassant et comble surtout les vides et manquement de son roman... Désolée mais des parties de jambes en l'air bien écrites, ça ne fait pas tout, j'attends un peu plus que ça de mes lectures !

En résumé une nouvelle saga qui démarre plus que mollement et qui manque cruellement d'épaisseur. Ward mise sur le succès de sa saga précédente et sa formule alliant sexe et fantastique pour nous livrer un premier tome raté, qui ne crée aucune attente chez le lecteur et cousu de fil blanc pour sa meilleure partie.
Convoitise est donc une lecture qui reste plaisante mais particulièrement inconséquente et qui ne suscite pas de réel engouement pour les prochains tomes.
Je ne pense pas continuer avec cette saga, à moins de lire de très bons avis sur le second tome et encore...



J.R Ward, Anges Dechus, T1 : Convoitise

***Du même auteur***
La Confrérie de la dague noire : Tome 1, Tome 2, Tome 3, Tome 4, Tome 5, Tome 6