Dans un univers désolé ou le froid et la nuit règnent en maîtres, une femme hors du commun, Tillu la guérisseuse, se bat pour protéger son fils, l'inquiétant Kerleu. Fuyant le chaman Carp qui désire lui voler son fils pour en faire son apprenti, elle s'installe loin des hommes, à l'écart, bien décider à aider son jeune Kerleu à devenir un homme. Jusqu'au jour où elle aperçoit deux chasseurs dans le vallon. La chasse tourne mal, l'un deux est blessé. Comprenant vite que sans son aide, il risque de mourir, Tillu n'a d'autres choix que d'aller le sauver et de les héberger pour la nuit. Elle apprend qu'ils appartiennent à une tribu, installée non loin de là : le peuple des rennes. Megan Lindholm, avec son immense talent, nous fait vivre, jusqu'au dénouement final, les aventures d'une mère et de son fils dans un univers primitif et hostile dominé par les hommes.

C'est toujours un plaisir de plonger dans un Hobb, on ne peut jamais vraiment savoir à quoi s'attendre et pour ma part encore moins avec celui là qu'avec les précédents ! Un univers particulier, quasi préhistorique, gouverné par une nature sauvage où survivent tant bien que mal différentes tribus aux croyances et mœurs primitives...

Il m'a fallu beaucoup de temps pour rentrer dans cette lecture qui s'est finalement avérée prenante au bout de quelques chapitres (en fait dès que Tillu commence à commercer avec le peuple des rennes et Heckram).

Je me suis même demandé au cours de ces premiers chapitres si je n'allais pas tout simplement laisser tomber ! Je pense que si je n'avais pas déjà lu et savouré Hobb c'est ce qui serait arrivé, mais je suis me suis acharnée parce que je lui fais confiance et que je ne pouvais pas croire que ce serait si abrupte et lent jusqu'à la fin.

Et j'ai bien fait, car cette longue et étrange introduction faite, le roman devient plus attrayant.
On s'accoutume aux longues descriptions de la nature qui rythme le temps et la survie des personnages, on s'accroche aux pas de Tillu si soucieuse pour son fils et sa protection et on découvre Heckram dont on comprend tout de suite la valeur.
En bref le roman devient plus vivant et des enjeux apparaissent qui donnent un sens au roman et font naître la curiosité chez le lecteur.

J'ai vraiment adoré Heckram, c'est un personnage très réussi ! Le vrai héros de ce roman selon moi. Tillu aussi est intéressante mais elle reste moins active dans le déroulement de l'intrigue et elle se cantonne trop souvent à son rôle de mère inquiète pour être vraiment surprenante. J'ai moins apprécié Kerleu, en grande partie à cause de ses descriptions de visions chamaniques qui m'ont un peu laissé de marbre (ce n'est déjà pas ce que je préférais dans Le soldat chaman).

Autour de ce trio, de nombreux personnages. On retiendra surtout Carp l'affreux vieillard parasite, la mère de Heckram dont on tombe vite sous le charme et le terrifiant Joboam !

Au final le roman (enfin je devrais même dire les romans puisque cette intégrale en regroupe deux) s'avère riche et complexe. Hobb joue sur le suspens, les non-dits, les désirs et peurs inavoués, le destin comme elle sait si bien le faire et on ne s'ennuie pas une minute. On trépigne même souvent !

En résumé j'ai aimé Le peuple des rennes mais je ne suis pas sûre qu'il séduira tous les lecteurs. Ceux qui connaissent et apprécient Hobb feront sans aucun doute l'effort initial mais pour les autres... En tous les cas cette lecture en vaut la peine et propose quelque chose de différent de ce qu'offre habituellement la fantaisie (mais ça aussi c'est un leitmotiv chez Hobb).



Merci aux éditions du Pré aux Clercs ainsi qu'à Madoka pour cette lecture !

Robin Hobb, Le Peuple des Rennes, L'intégrale

***Du même auteur***
L'assassin royal : Cycle 1, Cycle 2
Le soldat chaman (8 tomes)