« Et s’il ne vous restait plus qu’un jour à vivre ? Que feriez-vous ? Comment vous habilleriez-vous ? Qui aimeriez-vous embrasser ? Et surtout à quel sacrifice seriez-vous prête pour sauver votre vie ?

Samantha Kingstone a tout pour elle : le petit copain le plus craquant du monde, trois meilleures amies géniales, et une côte de popularité illimitée.
Ce vendredi de février aurait dû être un jour comme les autres. Un jour parfait dans une vie de rêve. Mais ce vendredi de février est le dernier pour Sam. Pourtant elle va obtenir une deuxième chance. Ou plutôt sept chances. Sept jours pour démêler le mystère entourant sa mort. Sept occasions de découvrir la vraie valeur de tout ce qui l’entoure.
Ce vendredi est le dernier jour de la vie de Sam. Ou le premier ? »

J'ai eu la chance de découvrir ce roman grâce à Angelbb qui fait voyager ce livre, merci à elle !
Malheureusement après mon coup de coeur pour Delirium et les critiques dithyrambiques deci delà sur la toile sur cet autre roman, je crois que j'en attendais beaucoup, trop en tout cas.

On se demande un peu où on est tombé quand on attaque les premiers chapitres de ce roman, Sam et sa bande ne sont qu'une bande de lycéennes arrogantes et futiles, à tendance vulgaire ajoutons. Bref, rien de bien enthousiasmant.
Ce qui fait qu'ensuite quand arrive l'annoncé et fatal accident, l'empathie n'est pas au rendez-vous et nous arracherait à peine un haussement d'épaules.

Quand la mécanique de construction du roman se met en place, l'intérêt croit légèrement, mais son effet répétitif dans les premières itérations est aussi lassant : on n'avance pas sur le pourquoi, la situation évolue peu... en résumé on patauge.

Et puis Sam enfin évolue, fait face et là le roman prend de l'ampleur. Les derniers chapitres sont prenants, on se prend d'affection pour l'héroïne et son destin, on souhaite la voir trouver la bonne direction, la solution.
On est enfin devant les pages qu'on attendait, Oliver dans ce qu'elle fait de bien. Au point qu'on lui pardonne bien aisément les lenteurs du départ.

La fin elle, même si elle est somme toute cohérente, m'a un peu déçue. A la fois ce n'est pas celle que j'attendais et elle un côté un peu facile, gentillet même, en bref décevante. Je ne voulais pas un happy end à ce roman, Oliver livre une conclusion en demi-teinte sans toutefois réellement s'éloigner de la fin dramatique un peu cliché, dommage mais pas véritablement dommageable pour autant.

En conclusion je suis contente d'avoir lu ce roman même si il est loin d'égaler le plaisir que j'ai pris à lire Délirium ce n'était pas une lecture vaine. Il y a des idées, des émotions et des principes narratifs que j'ai apprécié malgré un départ difficile et une fin qui ne m'a pas semblée à la hauteur du roman.
Je comprends toutefois la vague d'enthousiasme que ce livre a suscité, indéniablement, aussi bien au niveau narratif que de l'innovation, ce roman a quelque chose. Même si ce quelque chose n'est pas assez abouti pour la lectrice difficile que je suis et qui avait bien trop d'attentes avant même d'avoir lu la première ligne !



Lauren Oliver, Le dernier jour de ma vie

***Du même auteur***
Delirium
Pandemonium