Alors que le Palais du Peuple célèbre les noces de Cara et Benjamin, Richard et Kahlan se réjouissent du retour de la paix, après de longues années de guerre contre Jagang et ses hordes. Mais le destin n’en a pas fini avec eux, et il ne tarde pas à le leur faire savoir. D’étranges rencontres, des événements troublants, puis des drames de plus en plus terribles arrachent les deux époux à leur quiétude. Cette fois, la menace ne vient plus de l’extérieur, mais de l’intérieur même du palais, où une mystérieuse machine, découverte par hasard, produit en série des présages sinistres. Les armes à peine déposées, voilà qu’il faut les reprendre et oublier tous les rêves d’harmonie et de paix…

J'étais assez enthousiaste à l'idée de retrouver Richard et Kahlan pour une nouvelle aventure et aussi un peu sur mes gardes... À mes yeux le tome 11 clôturait parfaitement la saga et j'avais un peu peu du "trop".

Et c'est malheureusement ce qui s'est passé avec ce tome...
Une fois consumé le plaisir de retrouver les deux héros et leur entourage, l'enthousiasme retombe et on ressent tout le poids de la lenteur de l'intrigue, qui disons le clairement est assez ennuyeuse.
Les prophéties ont toujours été source de grands débats et d'esbrouffes philosophiques sur le destin et la liberté au sein de la saga, on se prend ici une belle tartine.
C'est répétitif à souhait.

Déjà dans les derniers tomes on sentait Goodkind essoufflé, faisant appel à des procédés lourdauds et déjà exploités ou encore à des discours assommants. On retombe malheureusement dans ces travers avec les prophéties et cette étrange machine.
Même une fois saisi le fin mot de l'histoire il reste des incohérence perturbantes, l'ensemble est bancal.

La fin n'en est pas vraiment une, puisque le vrai méchant reste encore dans l'ombre. C'est donc sûr il y aura encore au minimum un tome...
C'est triste parce que vraiment j'ai adoré cette saga, elle est vraiment à part et mérite d'être lue mais pourtant j'ai la désagréable sensation de la "suite de trop", d'un auteur qui ne veut pas laisser tomber une recette qui marche et qui fait plus de mal que de bien à son œuvre en s'acharnant ainsi...

Pour autant je lirai aussi le ou les suivants, sans empressement toutefois, on ne lit pas 12 tomes pour s'arrêter et bouder le dernier ;)

2.5.gif

Terry Goodkind, L'Epée de Vérité, Tome 12 : La machine à présages

***Du même auteur***
L'épée de Vérité (Tome 8, Tome 9, Tome 10, Tome 11)
Dette d'os