Le Dôme : personne n’y entre, personne n’en sort.
A la fin de l’automne, la petite ville de Chester Mill, dans le Maine, est inexplicablement et brutalement isolée du reste du monde par un champ de force invisible. Personne ne comprend ce qu’est ce dôme transparent, d’où il vient et quand – ou si – il partira. L’armée semble impuissante à ouvrir un passage tandis que les ressources à l’intérieur de Chester Mill se raréfient.
Big Jim Rennie, un politicien pourri jusqu’à l’os, voit tout de suite le bénéfice qu’il peut tirer de la situation, lui qui a toujours rêvé de mettre la ville sous sa coupe. Un nouvel ordre social régi par la terreur s’installe et la résistance s’organise autour de Dale Barbara, vétéran de l’Irak et chef cuistot fraîchement débarqué en ville…

Après un premier tome coup de cœur je n'ai pas résisté très longtemps avant de me jeter sur ce second et dernier tome, pressée d'avoir le fin mot de l'histoire.

Cette seconde partie est plus sombre que la précédente. La situation de crise et la main mise de Big Jim poussent les habitants dans leurs dernières extrémités et les crimes et atrocités se multiplient, on sent que le troupeau s'affole et que le berger corrompu perd de plus en plus les pédales, ivre de pouvoir... De quoi avoir des frissons !

D'un autre côté la résistance s'organise. J'ai aimé notamment la petite équipe de jeunes que Dale met à contribution et qui va avoir un rôle plus qu'important sur plusieurs points de l'intrigue.
Les chapitres découpés en point de vue sont organisés de manière intelligente pour ne pas dire malsaine :p King entretient la frustration du lecteur qui par ce mode de narration en sait plus que les personnages et doit malgré tout suivre leurs errements dues au manque d'information (on a parfois envie de leur crier "mais enfin c'est sous ton nez là !"). Ajoutons qu'il prend un malin plaisir aussi à réduire au silence ou à empêcher d'une manière ou d'une autre certains personnages de révéler ce qu'ils ont découvert !

Cette fin nous livre aussi le motif de ce phénomène, la part fantastique dévoilée à sa source. Je dois dire que je suis plus déçue... même si pour moi ce n'est pas finalement ce "dôme" qui est le plus important face à la situation qu'il engendre je m'attendais tout de même à être surprise et en fait pas vraiment.
Ce n'est pas que King cède à la facilité mais cette fin attendue est prévisible et peu originale... J'aurai aimé plus !

Au final ce que je retiendrais vraiment de ce Dôme ce n'est pas l'aspect fantastique et son explication, qui bien que parfaitement décrits et mis en scène, s'avèrent somme toute décevants. Tout ça n'est que prétexte pour placer un groupe de personnes dans une situation de contrainte propice à ce thriller social époustouflant et mené de main de maître.
Véritablement c'est l'humain, son comportement face à une situation critique et les jeux de pouvoirs qui font la force de ce récit et en prenant Dôme sous cet angle là j'ai adoré.

45toiles.gif

Stephen King, Dôme, Tome 2

***De la même série***
Dôme : Tome 1