Elena était une jeune fille de ferme. La voilà destinée à sauver son pays d’une force maléfique prête à tout détruire… ou à mourir d’avoir essayé.
Elle porte désormais la marque de la sor’cière dans la paume de sa main. Cette tâche écarlate est la preuve d’un don fabuleux à la puissance inimaginable : un pouvoir sauvage, séduisant, difficile à contrôler. Seule celle qui maîtrise la magie sanglante peut s’opposer aux créatures et au mal du Seigneur Noir. Mais Elena n’est pas encore maîtresse de son pouvoir. Protégée par un guerrier sans âge et une bande de renégats, elle part en quête d’une cité perdue où, selon la prophétie, un ouvrage mystique détient la clé de la défaite du Seigneur Noir. Mais celui-ci la trouve en premier, Elena deviendra son arme la plus terrible…

Malgré un premier tome assez classique et peu prenant j'ai poursuivi avec cette saga fantasy qu'on m'avait chaudement recommandé au départ.

Ce second tome est vraiment plaisant. L'intrigue et les personnages prennent de l'ampleur et les nouveaux personnages introduits sont intéressants et originaux (je pense notamment à Sy'wen et au peuple meraï), les chapitres s'enchaînent et entremêle les points de vue pour finalement aboutir dans un final qui recoupe l'ensemble.

Les pages s'enchaînent donc vite, on apprend aussi à mieux apprécier Elena (qui murit vraiment et contrôle de mieux en mieux ses pouvoirs) tout comme son frère gagne en intérêt et qu'on suit avec curiosité les relations qui se lient au sein du groupe qui accompagne la sor'cière.
La "méchante" du tome m'a un peu déçue, en un sens elle est un peu décevante mais comme ce n'est au final qu'un "hors-d'oeuvre" et qu'on ne s'y attarde pas ce n'est pas un grand mal. Elle a toute fois le mérite de nous faire comprendre comment fonctionne le Seigneur Noir et son contrôle sur ses sbires...

En bref c'est vraiment mieux, la saga décolle et sort aussi un peu des carcans habituels dans lesquelles elle s'était cantonné au premier tome. Ça reste gentillet mais pas non plus de trop, les vrais combats s'amorcent alors que tous les partis prennent position et on déplore déjà une perte à la fin de ce tome (surprenante et bien triste d'ailleurs) tout comme Elena sort de l'enfance et entre brutalement dans l'ère adulte : responsabilités, pouvoir, choix et aussi désir sont au programme.
Finalement Clemens a plus de ressource que ce que je soupçonnais, et c'est tant mieux ! La suite au prochain tome.

35toiles.gif

James Clemens, Les Bannis et les Proscrits, tome 2 : Les Foudres de la Sor'cière

***De la même saga***
Les bannis et les proscrits T1-Le feu de la Sor'ciere