35 candidates. 1 couronne. La compétition de leur vie.
Quand la dystopie rencontre le conte de fées !

Dans un futur proche, les États-Unis et leur dette colossale ont été rachetés par la Chine. Des ruines est née Illeá, une petite monarchie repliée sur elle-même et régie par un système de castes. Face à la misère, des rebelles menacent la famille royale. Un jeu de télé-réalité pourrait bien changer la donne...
Pour trente-cinq jeunes filles du royaume d'Illeá, la « Sélection » s'annonce comme l'opportunité de leur vie. L'unique chance pour elles de troquer un destin misérable contre une vie de paillettes. L'unique occasion d'habiter dans un palais et de conquérir le coeur du jeune Prince Maxon, l'héritier du trône. Mais pour America Singer, qui a été inscrite d'office à ce jeu par sa mère, être sélectionnée relève plutôt du cauchemar. Cela signifie renoncer à son amour interdit avec Aspen, un soldat de la caste inférieure ; quitter sa famille et entrer dans une compétition sans merci pour une couronne qu'elle ne désire pas ; et vivre dans un palais, cible de constantes attaques de rebelles... Puis America rencontre enfin le Prince. En chair et en os. Et tous les plans qu'elle avait échafaudés s'en trouvent bouleversés : l'existence dont elle rêvait avec Aspen supportera-t-elle la comparaison face à cet avenir qu'elle n'aurait jamais osé imaginer ?

À nouveau un premier tome de saga dystopique mais dans un genre encore différent, une sorte de mixte entre Cendrillon et un jeu de téléréalité.

Le monde de Cass, à la différence de pas mal d'autres romans de la vague dystopique du moment, n'est pas basé sur la technologie.
Suite à un conflit mondial la population est régit par des castes numérotées qui définissent le statut social et les professions de ses membres.
Je dois dire que j'ai aimé ce background à la fois simple, sobre mais qu'on sent travaillé et réfléchit.

Pour le reste on retrouve quelques standards du genre ; l'héroïne pré-adulte, l'évènement qui va changer sa vie et potentiellement la société toile de fond, le triangle amoureux...

J'ai vraiment pris plaisir à lire ce premier tome dont les pages défilent à vive allure, et pourtant en un sens c'est une lecture sans surprise.
On pressent tous les évènements (à un près je le concède) qui se mettent en place et leur déroulement est assez naturel : c'est efficace !
On s'attache beaucoup à America pour sa personnalité et son sens du devoir même si elle suscite peu d'empathie (moins que le Prince Maxton pour moi en tout cas), et son histoire avec Aspen m'a laissé assez froide (ce que j'ai pu le trouver bête et arrogant celui-là !!).

La fin, sur un dernier rebondissement, laisse présager une suite plus explosive, et quelques éléments mis en place mais peu exploités (les rebelles notamment) laissent encore à Cass de bonnes cartes en main ! Je m'en pourlèche d'avance ;)

En résumé La Sélection est un roman dystopique qui ouvre la voie à une nouvelle saga attrayante. Plus simple et moins surprenante que d'autres sagas du genre elle y gagne pourtant en naturel et en efficacité.
Je lui prédis un grand succès auprès du lectorat féminin adolescent et young adult.

35toiles.gif

Kiera Cass, La sélection

Merci aux éditions Robert Laffont, et tout particulièrement à la collection R à qui je souhaite de continuer sur cette bonne lancée ! Miam ;)