Un conte gothique et atypique qui nous parle aussi du mal-être de l’adolescence. Un délicieux moment de vampirisme surnaturel… A 16 ans, Garance est une ado mal dans ses Converse. Comme beaucoup de filles de son âge, elle se trouve trop grosse et moche. Orpheline de mère, Garance a vécu ce décès comme un abandon, d’autant que les absences répétées et le manque d’affection de son père n’ont fait qu’aggraver son traumatisme. Heureusement qu’il y a l’obscurité, la nuit… Ces ténèbres rassurantes et fascinantes dans lesquelles elle peut se blottir et trouver refuge. C’est ainsi qu’un soir, Garance fait la rencontre d’Ambroise, un personnage sans âge, étrange et troublant, qui ne la laisse pas insensible… Dépassant les âges, les genres, les interdits et le réel, l’histoire d’amour et de mort que met en scène Mauricet tient autant du Dracula de Bram Stoker que de Roméo et Juliette. Associant le mal être adolescent, la passion interdite et le surnaturel, l’auteur flirte avec un genre inédit pour lui et montre une nouvelle facette de ses talents de conteur et de dessinateur. Une nouvelle série atypique où le danger est palpable à chaque page.

C'est le titre (oui c'est une habitude décidément) qui a orienté mon choix vers cette BD lors de la dernière édition Masse critique spéciale BD.
Je connaissais Mauricet de nom, surtout pour ses BD jeune publique ou humoristiques et j'étais donc curieuse de voir ce qu'il offrirait dans un autre répertoire qui me concerne plus.
C'est donc alléchée par cette promesse d'un "conte gothique" que je me suis plongée dans les cases de ce premier tome...

Première constatation : graphiquement c'est atypique mais très réussi, j'aime, je valide. Les couleurs, le traits, les personnages et les décors rien n'est laissé au hasard, l'ensemble est soigné, travaillé : rien à dire.
Au niveau de l'ambiance couleur on est dans ce à quoi je m'attendais, assez sombre avec du rouge vif souvent qui contraste bien.
C'est fluide et instinctif à la lecture ; on n'est pas "à la recherche de la case suivante" comme çà peut parfois être le cas avec certaine mise en page farfelue !

Là où le bât blesse c'est au niveau du fond : l'intrigue ne décolle pas, elle est plate et plus que prévisible, aucun mystère, aucun suspens, aucune surprise, aucune tension... Bref on s'ennuie un peu !
Ajoutons que Mauricet prend plaisir aux filles dénudées, on a donc du prétexte aux nues à toutes les sauces... Pour combler les vides peut-être ?
Alors oui, bon, c'est sûr, le vampire fait vendre en ce moment et les filles nues depuis toujours mais quand même ! Il faut donner un petit quelque chose au lecteur non ?

C'est donc un bilan plus que mitigé, à la fois j'ai apprécié la forme : aspect graphique, mise en page, cahier en supplément à la fin, les détails sur le personnage principal ; autant le fond est d'une platitude décevante et un peu ennuyeuse...
Je ne pense donc pas que je continuerai avec cette série, mais j'espère tout de même qu'elle prendra un peu d'ampleur dans ses prochaines intrigues !

Une nouvelle fois merci à Babelio, ainsi qu'aux éditions Bamboo pour l'envoi

2.5.gif

Mauricet, Une bien belle nuance de rouge, Tome 1 : Garance