Dans un futur proche : après les ravages d’un virus mortel, seules ont survécu les populations très jeunes ou très âgées : les Starters et les Enders. Réduite à la misère, la jeune Callie, du haut de ses seize ans, tente de survivre dans la rue avec son petit frère. Elle prend alors une décision inimaginable : louer son corps à un mystérieux institut scientifique, la Banque des Corps. L’esprit d’une vieille femme en prend possession pour retrouver sa jeunesse perdue. Malheureusement, rien ne se déroule comme prévu… Et Callie réalise bientôt que son corps n’a été loué que dans un seul but : exécuter un sinistre plan qu’elle devra contrecarrer à tout prix !

Le roman ne comporte pas de quatrième de couverture et ce résumé ne lui fait pas vraiment honneur non plus... Parce que c'est bien, clairement.

On est entre dystopie et SF, de manière bien dosée mais convaincante.
La dystopie jeunesse marche bien depuis quelques mois, c'est indéniable mais pour le moment ce qui en sort est assez réussi et pas encore assez rôdé pour devenir répétitif ou sur-exploité (même si je me doute que ça viendra malheureusement).

L'aspect jeunesse transparait finalement peu, ou tout du moins pas sur les points habituellement péjoratifs : on a bien une héroïne adolescente et sans parents mais ce n'est ni une écervelée ni une super-héroïne, rien de fleur bleu ou de cousu de fil blanc non plus, un style soigné mais simple et accessible... bref de quoi se laisser séduire.

Je suis donc assez vite tombée dans le piège de la curiosité, dévorant page après page avec une tension croissante. Si j'ai pu déplorer un moment l'insertion du luxe et les descriptions de tenues ce ne fut qu'un moment, parce que oui c'est facile (et çà m'agace prodigieusement) mais Price n'en abuse pas non plus et se concentre finalement sur son intrigue sans trop se disperser.

J'ai aimé l'univers et l'originalité de la trame qui mêlent thriller scientifique, complot et un soupçon de romance. J'ai apprécié le suspens maîtrisé et la tension croissante, l'intrigue dans sa globalité même si la fin m'a moins convaincue...
Elle est cohérente, peut-être un peu évidente, avec un léger soubresaut façon cliffhanger qui m'a un peu gênée sans pour autant me donner plus envie de lire la suite que je ne la ressentais déjà, un élément quasi de trop à mes yeux.

Pour résumer : un très bon départ. Aussi bien au niveau de la forme que du fond Price est efficace et évite les principaux écueils du genre en nous livrant un univers original et prenant, des personnages travaillés et intéressants le tout mis en scène au sein d'une intrigue réussie et maîtrisée. Que demander de plus ? (la date du second tome :p )

65670873we4.gif

Lissa Price, Starters

Merci aux éditions Robert Laffont, et tout particulièrement à la collection R qui démarre fort ! (déjà deux bonnes lectures pour ma part)