Beverly Hills, Californie. En route pour le funérarium où doit avoir lieu la crémation de sa femme décédée brutalement, Harry, loser pétri de culpabilité, s'arrête dans un improbable café et commande un sandwich dont il ne veut pas mais qui l'inspire pourtant… Là, il est pris d'un béguin irrésistible pour Molly, la serveuse.
Dans une tentative échevelée pour reprendre les rênes de son existence, il cherche à accomplir de bonnes actions mais sème le doute, la confusion et le chaos tout autour de lui. En dernière minute, il renoncera même à l'amour de Molly pour jeter un regard lucide et réconcilié sur le grand amour de sa vie, Anna, sa femme désormais disparue. Son voyage émotionnel lui aura enfin révélé sa personnalité, dans une version légèrement revue et corrigée…
On rit beaucoup à la lecture de ce roman à la construction complexe où s'imbriquent une multitude d'intrigues secondaires. En plus d'être hilarante, l'histoire d'Harry explore des thèmes plus durs, plus denses, comme le deuil et l'estime de soi, avec une infinie subtilité.

On ne lutte pas contre sa nature, du moins c'est ce qu'on dit, mais c'est pourtant ce que va essayer de faire le personnage de Harry dans ce roman.
En prenant Monte-Cristo pour mentor, il part déjà du mauvais pied et les choses ne vont pas aller en s'arrangeant...

Au-delà du rire et des situations cocasses quoique touchantes dans lesquelles le héros se fourre ce roman est avant tout à mes yeux un roman sur le deuil. C'est la perte de sa femme qui est à la base de cette envie de changement, de devenir quelqu'un d'autre, un peu à la manière d'un exutoire... Harry ne veut pas faire face à son deuil, à ce qu'il est, à ses regrets et à ses défauts. Il se détourne donc de tout çà en créant le changement.

Et même si par certains aspects l'action lui fait du bien, reprendre la maîtrise de lui-même et de son destin à leurs manières assez bénéfiques, le détournement lui reste inefficace et Harry traine ce décès et ses conséquences comme un boulet...

Pour le reste c'est bien écrit quoiqu'un peu répétitif par moment, les mensonges et autres situations humoristiques s'entassent jusqu'à prendre le héros à la gorge. Le rythme s'accélère donc mais les débuts sont un peu plus longuets par moment et les hésitations nombreuses. Il faut un peu de patience à l'amorce du roman !

C'est donc un roman à la fois bien écrit, drôle et profondément humain que j'ai eu grand plaisir à lire et que je vous conseille à l'occasion.

35toiles.gif

Mark Sarvas, Harry, revu et corrigé

Merci à Mélo qui fait voyager ce livre !



***D'autres livres qui voyagent***
Kelley Armstrong, Pouvoirs Obscurs T2
Olivier Sillig, Skoda
Mary Janice Davidson, Queen Betsy T1 : Vampire et célibataire