Par une nuit fatale, dans le merveilleux pays d'Alasea frappé par une malédiction, trois mages firent un ultime acte de résistance, sacrifiant tout dans l'espoir de préserver le bien. Cinq cents ans plus tard, au jour anniversaire de cette nuit sinistre, une petite fille hérite d'un pouvoir perdu depuis longtemps. Mais avant qu'elle puisse comprendre son terrible don, le Seigneur Noir lance ses monstres ailés pour la capturer et lui rapporter la magie embryonnaire qu'elle détient. Fuyant les hordes des ténèbres. Elena est précipitée vers une issue terrible... et vers la compagnie d'alliés inattendus. Formant avec eux une bande de parias et de hors-la-loi, elle va tenter de combattre les forces implacables du mal et de secourir un empire autrefois glorieux...

J'avais entendu beaucoup de bien de cette saga fantaisie et elle m'avait été chaudement recommandée par plusieurs de mes connaissances avant que je me décide à me lancer.
J'en attendais donc quelque chose de vraiment spécial, la promesse d'une bonne lecture fantaisie qui sort un peu des chemins battus et rabattus...

Au final ce n'est pas mal, même si çà met vraiment du temps à démarrer ! Il y a tout de même pas mal de personnages et l'intrigue prend tout son temps pour s'installer.
Un peu trop à mon goût, j'ai vraiment trouvé le départ trop lent, et finalement mon intérêt a grandi sur le dernier tiers me laissant frustrée en fin de tome... Pas assez équilibré selon moi.

Pour le reste c'est bien écrit mais pas vraiment innovant à mon goût, on retrouve tout de même beaucoup d'éléments classiques de la littérature fantaisie et peu de neuf.
Alors oui c'est bien mené, les personnages sont attachants, le monde est complet, c'est bien écrit mais en fantaisie j'attends tout de même un peu plus que çà. Notamment la petite marque qui va faire la différence avec les 500 000 autres saga fantaisie et qui se contentent trop souvent de mettre en scène un mauvais garçon, un guerrier héros malgré lui, une fille super belle avec des pouvoirs magiques et un autre individu d'une autre race (type nain, elfe...) en mouvement pour sauver un royaume / une princesse / un artefact magique / tuer un vilain méchant (rayer la mention inutile).
Ok ok je pousse un peu mais lire beaucoup de fantaisie çà finit par rendre exigeant et moi j'aime l'innovation, j'aime qu'un auteur me surprenne, me livre quelque chose au-delà de cette facilité. Et ici avec ce premier tome je ne vois rien de tel. Quelques petits éléments mais rien de vraiment recherché.

Reste que çà fonctionne bien et que le lecteur se prend au jeu (il faut du temps mais on y arrive). Je pense que je lirai la suite à l'occasion même si on est loin de l'image qu'avait pu m'en donner mes prescripteurs ! Pour le coup je me demande si ce n'est pas l'ensemble de la saga qui lui vaut cet enthousiasme, parce que ce seul premier tome est loin de le mériter à lui seul... À suivre donc !

3.gif

James Clemens, Les Bannis et les Proscrits, tome 1 : Le Feu de la Sor'cière