Tally est enfin devenue une sublime Pretty. Elle a de grands yeux pailletés, un visage et un corps parfaits ; tout le monde l'apprécie, et son petit copain est craquant. Ses rêves les plus fous sont devenus réalités. Mais au cœur de cette vie de fête, de luxe high-tech et de liberté, perce un sentiment de malaise : quelque chose ne va pas, quelque chose d'important. Un jour, Tally reçoit un message, écrit de sa propre main lorsqu'elle était Ugly... A mesure qu'elle le lit, les souvenirs reviennent : sous la beauté parfaite et le bonheur absolu des Pretties se cache une effroyable vérité. Désormais pour Tally un choix cruel s'impose: oublier à tout prix cette vérité ou fuir la cité pour sauver sa peau.

Le premier roman même s'il ne m'avait pas véritablement convaincue m'avait tout de même laisser entrevoir une suite sympa et m'a donc fait franchir le pas et m'attaquer à ce deuxième tome.

On retrouve donc Tally quelque temps après la fin du premier tome, découvrant la vie quotidienne de Pretty et sans réel souvenir de l'épisode précédent.
On se doute donc que l'intrigue qui se dessine va être retour de la mémoire et par là même souvenir de son but et de sa mission... Bref pas vraiment de surprise.
Pourtant Westerfeld complique un peu les choses : Tally pendant cette période de transition noue de nouveaux liens, se livre à d'autres activités qui semblent assez incompatible avec ce qu'elle a oublié, au point que même si le lecteur attend le moment clé de la révélation il l'a redoute aussi un peu.

Il faut avouer que ces nouveaux éléments, bien que permettant de mieux cerner les Pretty, sont aussi un moyen de trainer en longueur, de faire durer un peu le suspens ! Et ce n'est pas forcément réussi sur tous les points :s Je pense notamment à la partie concernant la meilleure amie qui à mes yeux n'est pas du tout crédible et un peu tirée par les cheveux, et à cet univers de Pretties qui devient assez vite saoulant (entre leur mode et leur langage on a vite envie de se transformer en distributeur de claques...).

C'est donc une lecture mitigée : à la fois le monde dystopique mis en œuvre me plait mais les personnages un peu moins, et Westerfield est capable d'être là où ne l'attend pas, d'innover un peu, tout comme il cède à la facilité et un côté un peu trop "enfantin" ou du tout moins "ado" sur de trop nombreux points...
Je ne sais vraiment pas si je ferai l'effort de poursuivre !

2.5.gif

Scott Westerfeld, Uglies, Tome 2 : Pretties