Pierre Ormen, romancier en vue et auditeur à la Cour des Comptes, présente tous les signes extérieurs de la réussite. Il est brillant, fréquente les intellectuels de son temps, forme un couple séduisant avec Ariane. Leurs enfants sont heureux et semblent porteurs de toutes les promesses.
Pourtant, derrière les apparences, Ormen est un homme dévasté par les secrets dont il est le dépositaire et rongé par la culpabilité. Tout l'oppose à Amédée, son frère, vague collabo et vrai salaud, par lequel le malheur arrive. Contre sa volonté, Pierre Ormen va devoir se terrer dans une vie de mensonges, expiant ses fautes et plus encore celles qu il n a pas commises. Tragédie ou ironie de l'histoire ? C est parfois pour des raisons inattendues que l'on comparaît devant les tribunaux de la conscience.

Sacrée découverte que ce roman, je suis encore sous le charme !

Saga familiale ce premier opus nous plonge en pleine Seconde Guerre Mondiale à Paris.
Ce n'est pas nouveau, vu et revu même. Et pourtant Schlesser en mélangeant les milieux (littéraires, collabo, résistance, bourgeoisie...) en fait quelque chose de terriblement authentique !

Les deux frères Ormen, et principalement Pierre placé au centre de ce roman, ne sauraient être plus différents tant dans leurs actes que dans leur manière de se repentir, de vivre avec le secret.
Et les secrets ce n'est pas ce qui manque dans cette famille, les petites hontes comme les grands tabous et les non-dits.

On découvre donc ce florilège de personnages, les membres de cette famille et leur entourage, et on s'attache, vite. On suit leurs victoires et déboires si liés à l'Histoire et pourtant si intimes. Souvent on trépigne, on s'émeut, on voit arriver le mauvais moment ou l'étape cruciale, on s'indigne, on espère...

Bien que ce tome débute avec l'occupation allemande il se poursuit bien au delà, ce n'est donc pas à proprement parler un roman de guerre. L'Histoire tient son rôle et il est important, au delà même de cette période.

Pour le reste c'est terriblement bien écrit, jamais les yeux ne s'accrochent, jamais le lecteur ne se perd. Une fois familiarisé avec les nombreux personnages on ferait presque partie de la famille.
La multiplication des points de vue, si à la mode depuis quelques temps, est ici assez justifiée. Elle permet de suivre les deux frères bien que leur relation soit rompue, de saisir les manigances tramées par d'autres membres de la famille et de les appréhender... C'est bien construit.

Schlesser sait également instaurer un parti pris, une complicité avec certains personnages qui poussent le lecteur à s'impliquer s'il se laisse prendre au jeu.
J'ai eu parfois des réminiscences de Pancol et de sa famille Cortès dans cette bienveillance et cet attachement que peut avoir le lecteur envers les protagonistes.

En résumé et vous l'aurez compris, je suis séduite par ce roman qui m'a offert un très bon moment de lecture et j'attends avec impatience la sortie du second tome prévue pour le 20 octobre prochain.

Une nouvelle fois merci à Babelio, ainsi qu'aux éditions Parigramme pour l'envoi.

65670873we4.gif coeur-gif.gif

Gilles Schlesser, Saga parisienne tome 1