Un photographe, Antonio, retourne à Lisbonne après dix ans d’absence. Il y retrouve le correspondant de son journal, Vincent, le narrateur de ce récit, afin de suivre le procès d’un tueur en série.
Enfant, Antonio a rencontré en une fillette, Canard, l’amour mythique, éternel, celui qui promet de grandir sans jamais s’affadir, mais ce rêve de bonheur s’est déchiré. Vincent a ses raisons, peu avouables de vouloir guérir cette blessure, réparer ce qui s’est brisé, retrouver Canard. Lui qui est si peu doué pour la vie, lui qui n’achève jamais rien de ce qu’il entreprend, veut devenir l’artisan d’un destin inaccompli. Chaque rencontre rapproche du but comme la vague pousse un radeau vers le rivage. Mais il n’est d’horizon qui ne se déplace sans cesse...
Electrico W raconte les neuf jours de cette quête en ce mois de septembre 1985 où la terre trembla à Mexico et où mourut l’écrivain Italo Calvino.
Si les tramways, comme l'Electrico W qui donne son nom au livre, suivent des rails, la vie des hommes obéit à d’autres lois.

Je me rends compte en attaquant cette chronique que je n'ai finalement pas grand chose à dire sur ce roman...
Je l'ai lu avec un plaisir mitigé, assez distant et j'en garde un souvenir assez bon quoique peu mémorable.

Le Tellier est incontestablement un auteur à "ambiance" et celle de ce roman entre la vieille Lisbonne des souvenirs d'Antonio et celle de l'action sont très présentes et ont beaucoup de charme.
À travers ces scènes de rues, les rencontres et descriptions la ville devient attractive tout autant pour le narrateur que pour le lecteur.
Cette ambiance est intimement mêlée à un sentiment de nostalgie, douce amère, qui imprègne les pages de ce roman ; celle de l'enfance, des relations ratées, de l'amour perdu, des erreurs à réparer...

Pour autant l'intrigue en soi n'est pas véritablement marquante. Vincent en bon ami et pour ne pas affronter ses propres erreurs et problèmes tente de régler ceux de son ami Antonio, d'une manière presque malsaine mais sans aller jusqu'à la névrose d'un Harry un ami qui vous veut du bien.
Intervention un peu absurde mais justifiée aux yeux du narrateur et qui amènera aussi d'autres rencontres, hasards etc...

Au final j'ai aimé l'ambiance et les personnages mais l'ensemble manque trop d'épaisseur et d'éléments marquants pour en faire une lecture atypique ou tout du moins un coup de cœur.
C'est un roman qui se laisse lire plus qu'il ne se savoure, qui offre un bon moment mais finalement assez vite oublié...

Sortie le 24 août 2011

2.5.gif

Hervé Le Tellier, Electrico W