Bang a un don qui lui donnerait presque envie de mourir, Nao une maladie qui lui donnerait presque envie de vivre.
Ensemble ils décident de partir comme on fuit.
Du Mexique à Bali puis à la Centrafrique le road movie déjanté et tonique d’un duo pour le moins singulier qui, face à la folie du monde, s’invente une conduite de résistance inédite et fatale.

Cette lecture signe ma découverte de Nollet et elle est plutôt bonne je dois le reconnaître !
Nollet a une certaine "fraîcheur" enrobée d'ironie lucide qui donne à son écriture un aspect acidulé que j'ai beaucoup apprécié, et qui offre des passages savoureux !

Elle se pencha pour l'embrasser, la voiture fit une petite embardée de tendresse.
La chance n'est qu'un putain de mot qui a été inventé pour remplacer le talent.

Efficace sans être facile, imagé sans être vulgaire... un bon équilibre.

Pour le roman en lui-même c'est assez loufoque, presque fantastique notamment à travers le don de Bang et pourtant le tout garde une structure réaliste et bien charpentée. Un roman finalement profondément ancré dans le réel, et pas dans ce qu'il a de plus réjouissant et dont les deux protagonistes veulent tenter de s'extraire un peu. Plus échappée belle que road movie à mon sens...
On se laisse facilement entraîner à la suite de ce duo incongru mais j'ai moins été convaincu par leur relation. Reste un certain malaise que Nollet n'éclaircit pas et quelques scènes de sexe maladroites pour combler le vide. Dommage, j'aurai aimé que cette relation ambigüe soit plus travaillée, mieux mise en jeu !

Pour le reste rien à dire, surtout ne pas en dire en trop. Il faut se laisser entraîner par les mots virevoltants de Nollet, par la tristesse de Bang et la fureur de vivre de Nao ; une échappée belle pour le lecteur aussi !
Je me laisserai tenter par son autre roman avec plaisir :)

Sortie le 17 août 2011

65670873we4.gif

Estelle Nollet, Le bon, la brute, etc.