Drame écologique, guerre nucléaire, catastrophe naturelle. A plus ou moins long terme, toute civilisation est vouée à disparaître. Cela s'est d'ailleurs produit des millions de fois depuis la formation de notre planète. Pour préserver l'humanité de ces inévitables apocalypses, des agents venus d'un lointain futur voyagent tout au long de l'histoire de la Terre : à chaque fin du monde, ils sauvent ce qui peut l'être, et permettent ainsi à notre espèce de renaître de ses cendres. Mais toute intervention sur l'histoire a des conséquences, parfois tragiques... Pierce est l'un de ces agents, un patrouilleur du temps promis à une brillante carrière. Pourtant, sa vie bascule le jour où sa famille et l'époque qui l'abritait sont "effacées" par une nouvelle version de l'histoire, tel un palimpseste. Son seul espoir réside à la fin des temps, où sont archivés tous les pans disparus de l'histoire. Dans l'infini des possibles, retrouvera-t-il celle qu'il aime ?

Après ma récente lecture du Faiseur d'histoire, j'étais assez enthousiaste à l'idée de replonger dans un roman SF qui s'attaque aux voyages dans le temps et à ses conséquences.
Surtout que rien qu'à lire ce quatrième de couverture, il semblait que Stross nous livrerait un champ plus travaillé, plus complexe aussi !

Au final on est servi niveau complexité, c'est certain. Au point que souvent le tout semble confus, on s'y perd et c'est dommage.
Le personnage de Pierce, qu'on suit dès le début de sa formation est bien bâti, intéressant. Il s'interroge beaucoup sur sa tâche et ne se contente pas d'être un bête serviteur, agent parmi tant d'autres.
Pour autant j'aurai apprécié (et j'attendais cela aussi) le suivre sur ses missions et constater les changements historiques apportés...

Mais Stross se concentre sur l'histoire personnelle de son personnage et sur celui plus générale de l'Univers et de la Terre.
Les chapitres reprenant l'histoire de l'évolution de l'Univers sont d'ailleurs assez vite lassants, trop jargonneux et sans grand intérêt à mes yeux. Ce n'est pas toujours l'aspect scientifique qui m'attire dans la SF, surtout quand il se rend si peu accessible.
Inversement, on se noie un peu dans l'histoire personnelle de Pierce par manque d'explications. On ne comprend pas vraiment ce principe de "non-histoire", ce qu'elle peut ou non apporter et comme tout s'enchaîne assez vite (çà reste très dense pour seulement 160 pages) on finit par ne plus savoir où l'on est, où l'on va et pourquoi.

On arrive donc aux pages finales sans vraiment savoir de quoi il retourne et il est donc difficile d'en profiter pleinement.
Stross semble pourtant avoir en tête un univers assez riche et complexe mais qu'il n'a malheureusement pas su retranscrire au mieux et de manière intelligible pour son lecteur. Dommage !

Merci tout de même à Bibliofolie et J'ai Lu pour cette lecture.

1.gif

Charles Stross, Palimpseste