Michael Young est convaincu que sa thèse d'histoire va lui rapporter un doctorat, un tranquille poste académique, un vénérable éditeur universitaire et le retour de sa difficile petite amie Jane. Mais un historien devrait savoir que l'on ne peut prédire l'avenir.... Sa rencontre avec Leo Zuckermann, vieux physicien obsédé par le génocide juif va les amener à semer aux quatre vents les pages de la thèse, mais aussi à tourner celles de l'histoire... Et après leur expérience rien - primé, présent ou futur - ne sera plus jamais pareil.


De l'uchronie comme j'aime, capable de vous emmener loin, de vous surprendre sans pour autant juger ou donner de leçons...
Ce qui ne veut tout pas dire qu'il n'y ait pas de message tout de même !

L'idée du "voyage dans le temps", du changement d'évènements de l'Histoire est loin d'être nouvelle, nous sommes tous d'accord.
Pourtant Fry a ce qu'il faut dans le ventre et dans la plume pour en faire quelque chose loin des "déjà vu" et se laisse suffisamment de latitude pour créer la surprise.
Il développe avec habilité et sans en devenir obscurantiste l'idée du destin, de la prédestination, de l'inéluctable qu'il met face à la part influençable... subtil.

Tout çà pour dire que bien évidemment, même si l'idée est bonne, digne d'un bon héros de roman SF, Michael Young finalement ne sera que son propre héros... à vouloir sauver l'humanité il finira par devoir se sauver lui même pour avoir mis le monde sans dessus dessous !
Habituel encore une fois, et pourtant.
Fry sait là aussi jouer de nuances ; aucune lourdeur ou trame attendue.

Au niveau du style c'est somme toute assez léger, drôle et piquant souvent, tout en évitant les jargons scientifiques abscons et bien souvent erronés que peuvent fournir le genre.
Là où je suis moins enthousiaste c'est sur la forme que s'amuse parfois à emprunter l'auteur. Sans gâcher la surprise je dirais juste que certains chapitres ont une forme particulière qui n'apporte au final pas grand chose et dans mon cas nuit un peu à ma fluidité de lecture.

À un niveau plus général je suis assez contente de cette lecture, de la surprise qu'elle a su créer, mais également que son fond soit loin de ce à quoi je m'attendais en lisant le 4ème de couverture.
Pas de moralisation sur la Shoah, pas de critique du totalitarisme, pas de grand héros américain pour tuer Hitler avant l'heure et sauver le monde... certes déjà vus mais aux vues du contexte assez justifié. Non, Fry lui emprunte un autre chemin, celui de la comédie romantique gay sur fond de SF. Rien que çà.
Et le pire c'est qu'il fait çà bien. Entre la trame de fond uchronique et l'histoire de ce couple improbable tout est bien dosé, presque pudique.

Sans ces petits chapitres incommodants, on aurait frôlé le coup de coeur !

35toiles.gif

Stephen Fry, Le faiseur d'histoire

Merci à Livraddict et aux éditions Folio SF pour cette lecture.