Dans le Northumberland, depuis des générations, les dames Grope font régner la terreur autour d'elles. Signes distinctifs : un physique ingrat, une nature antipathique et des pulsions castratrices inversement proportionnelles à leur volonté de se reproduire. Qu'à cela ne tienne ! Chez les Grope, on kidnappe les hommes de mère en fille. Une coutume familiale dont le jeune Esmond Burnes va faire les frais... Fils unique d'une toquée de romans à l'eau de rose et d'un petit banquier terne et disgracieux, Esmond est forcé de se réfugier chez son oncle suite à une agression alcoolisée de son père. C'est là que l'innocent garçon va tomber entre les griffes de sa tante Belinda, née Grope, épouse frustrée et ménagère forcenée... Disparitions suspectes, soûleries aggravées, accès de folie, torrides parties de jambes en l'air... Même la police va perdre le fil. Mais y aura-t-il quelqu'un pour sauver Esmond Burnes ?

Rien que le titre, j'avais déjà craqué ! Sans compter que j'avais déjà lu quelques avis chez mes comparses...

Au final, la première partie, historique de la famille, est peu enthousiasmante. L'intérêt vient avec la famille actuelle et la mère à moitié folle fan de roman à l'eau de rose.
C'est assez drôle, piquant et déjanté. Le départ / kidnapping du fils et principalement les conséquences avec l'enquête de police fournissent de bons moments.

Au niveau de l'écriture également, c'est impeccable, fluide, se lit tout seul.

Les pages défilent donc à bon rythme, et avec plaisir jusqu'aux chapitres finaux...
Et je dirais : " Et là c'est le drame" ! Après un roman si enjoué, drôle et bien mené on s'attend, on espère même, une fin un peu apothéose ! Au final c'est assez décevant, peu crédible même et je ne comprends pas vraiment où Sharpe a voulu en venir...
À moins qu'il ne se soit tout simplement perdu en chemin.

Dommage donc, cette fin gâche un peu le sentiment de lecture final qui reste tout de même positive mais un peu frustrante !

35toiles.gif

Tom Sharpe, Le gang des mégères inapprivoisées : Ou Comment kidnapper un mari quand on n'a rien pour plaire