En voulant résilier un abonnement, Emma Rothner se trompe d'adresse et envoie un mail à un inconnu, un certain Leo Leike. Ce dernier, poliment, lui signale son erreur ; Emma s'excuse, et, peu à peu, un dialogue s'engage entre eux, par mail uniquement. Au fil du temps, leur relation se tisse, s'étoffe, et ces deux inconnus vont se mettre à éprouver l'un pour l'autre une certaine fascination.
Un homme et une femme. Ils ne se connaissent pas mais échangent des mails. Jusqu’à devenir accros. Jusqu’à ne plus pouvoir se passer l’un de l’autre, sans se rencontrer pour autant… Savoureuse et captivante, cette comédie de mœurs explore avec finesse et humour la naissance du sentiment amoureux.

Difficile au départ de s'immerger dans cette correspondance. J'affectionne tout particulièrement les romans épistolaires, pourtant le format m'a gêné ; avec ces premiers mails bien trop courts, j'avais plus l'impression de lire un chat qu'un roman.

Puis, petit à petit, l'échange prend de l'épaisseur et gagne l'intérêt du lecteur. Au delà des simples exercices d'expression et de maniement de clavier on entre dans les univers des deux protagonistes et surtout dans cette bulle virtuelle qu'ils se sont créée.

Une tension croissante donc, avec en épée de Damoclès cette éventuelle rencontre, à la fois crainte et fantasmée, qui pourrait tout changer.

Au niveau du style, les deux voix sont particulièrement bien représentées, c'est léger, drôle, sarcastique, émouvant et séduisant.
On sent de part et d'autre une véritable émulation dans cet échange, cette séduction qui s'instaure par l'écrit, par l'esprit.
Un dialogue réussi, vivant et qui touche à l'excellence.

Au final, l'addiction est partagée et la frustration des dernières pages (jusqu'au coup fatal du dernier message) m'a poussé dès le lendemain en librairie acquérir le second roman !

En résumé un roman-dialogue maîtrisé comme je les aime, qui se dévore en quelques heures et qui a un goût de "encore !"

45toiles.gifcoeur-gif.gif

Daniel Glattauer, Quand souffle le vent du nord