Eric, jeune cadre dynamique satisfait de sa personne, se complaît dans une existence superficielle. Un soir, alors qu'il rentre d'une soirée trop arrosée, il est victime d'un grave accident de voiture. Lorsqu'il se réveille, il découvre avec horreur qu'il se trouve dans le couloir de la mort et qu'il va devoir affronter un tribunal constitué de proches décédés avant de pouvoir se réincarner. L'occasion pour lui de se livrer à une profonde introspection et de revenir sur certains événements clés de son existence. Frais, original, émouvant et drôle à la fois. Une vie plus loin est aussi, derrière une apparente légèreté, un livre profond qui invite à la réflexion sur la Rédemption, le pardon et le sens de l'existence.

Je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre avec ce roman : un sujet déjà vu et quelque peu racoleur, l'écueil du parti pris tantôt fantastique tantôt pseudo-religieux et celui peut-être pire encore de la rédemption dégoulinante de bons sentiments... bref risqué !
Il faut reconnaître que Hastoy s'en sort bien, elle a su éviter tous les pièges pour nous livrer un roman agréable et décomplexé.

J'avais donc quelques craintes en ouvrant ce roman (et légitimes vues les quelques lectures sur le thème que j'avais pu avoir) mais elles n'ont pas résisté bien longtemps ne serait-ce qu'en premier lieu face au style de l'auteur. C'est drôle, léger et décomplexé, résolument moderne sans pour autant céder à la vulgarité ; en bref comme j'aime (et mention spéciale aux notes de l'auteur en bas de page !)
Face à l'intrigue ensuite qui met en scène un personnage finalement loin des stéréotypes habituels du genre, un personnage complexe qu'on prend plaisir à découvrir peu à peu.

La part fantastique sert la narration mais n'est pas son sujet (là encore bon point). Bien évidemment nous avons quelques descriptions du lieu de "transition", l'étonnement et les interrogations bien légitimes du personnage mais on ne s'attarde pas plus que nécessaire. Le vrai fond, outre le décor, repose sur la vie en elle-même ; les leçons que l'on en tire, notre difficulté à s'extirper de notre point de vue et à considérer les choses d'un point de vue plus large, les excuses que l'on se donne, les évènements que l'on refoule et traine finalement comme des boulets toute la vie durant...

Il y a donc matière à réfléchir sous ce premier aspect léger qu'offre le roman et qui dissimule une profondeur surprenante, on se dirait presque que par moment la plume d'Hastoy se fait légère parce que pudique ; on ne cède pas à la tentation du sentimentalisme dégoulinant et facile, et c'est tant mieux ! Même les scènes et passages émouvants conservent une certaine retenue.

Sur l'intrigue en elle-même je suis un peu plus sceptique, principalement au sujet de son dénouement.
Pour moi une fois ce tribunal terminé l'histoire s'arrête là (quitte à peut-être se poursuivre dans un autre opus), or on nous offre encore quelques chapitres et malheureusement pas les meilleurs à mon goût... Les dialogues entre le vieux "jalon" et la jeune femme m'ont même un peu déçus ; peu crédibles et introduisant une vision relativiste un peu too much selon moi. Je me serai passée de cette prolongation ;)

En résumé un roman qui a le mérite du traitement léger et original de son sujet, servi de surcroît par une écriture moderne et agréable.
Un pari risqué mais réussi qui offre un bon moment de lecture malgré quelques défauts bien pardonnables ;)


Merci à Noann qui fait voyager ce livre ! (Sa critique ici) Si vous êtes intéressé à votre tour par cette lecture dites le moi en commentaire :)

3.gif

Gracianne Hastoy, Une vie plus loin