couv42044966.jpg Alors que Kahlan est toujours l'ombre d'elle-même et que Richard est prisonnier d'en général de l'Ordre, la situation semble désespérée.
C'était sans compter sur les Soeurs de l'Obscurité qui décident de remettre les boîtes d'Orden dans le jeu...

Richard a désormais un an pour arrêter Jagang, sauver l'humanité de dix siècles de ténèbres, contrer les Carillons, retrouver ses pouvoirs et libérer Kahlan de la chaîne de Flammes... sacré programme !

Enfin le final de la saga !
Je frémissais rien que de l'avoir en main avant même de commencer ma lecture !
J'avais tout de même bon nombre d'appréhensions, quelques unes étant finalement justifiées mais minimes...

On entre assez vite dans le vif du sujet avec ce tome, j'avais adoré le précédent et je me souvenais bien de la situation (et puis l'attente entre les deux derniers n'a finalement pas été très longue).
Pourtant, alors que l'on sait pertinemment que ce tome est celui du dénouement et par conséquent que l'affrontement final (quelque soit sa forme) doit avoir lieu celle-ci se fait attendre.
Goodkind joue avec son lecteur et prend plaisir à empirer la situation de façon exponentielle de manière à accroître la tension ; ce qui est plus qu'efficace !!

Malheureusement cet effet a une contrepartie un peu décevante : le grand final est assez bref.
Et même si l'on est habitué avec Goodkind a toujours avoir le fin mot d'une intrigue dans les 100 dernières pages, j'espérais mieux pour cet ultime tome (qui clôt tout de même une saga de près de 7000 pages !!! )
Donc voilà, un peu rapide à mon goût et pas assez explorée, la solution de Richard n'est que peu approfondie, je ne suis même pas sûre d'en avoir vraiment tout saisi (en tout cas pas dans le détail...)

Pourtant le tome est bon, pour ne pas dire excellent.
Tous les éléments des intrigues des dix autres tomes se recoupent ici et servent ce final explosif : le peuple d'Adobe, les dessins de la grotte, le rôle et la vraie vocation de l'épée de Vérité, Samuel, les Carillons, Bravoure, la magie Ordennique, Denna, les prédictions, les dragons rouges...
Un final qui donne donc une véritable unité à cette saga vraiment riche.

On a également un bon équilibre entre philosophie habituelle et action, à la différence de certains tomes (j'avais vraiment souffert de çà sur les tomes 7 et 8 je crois) où les grands discours prenaient trop de place et ralentissaient considérablement le rythme.

Pour conclure, même si je suis un peu triste de quitter Richard, Kahlan et leurs compagnons après une si belle aventure, je crois malgré tout qu'il était temps et que plus aurait nui à cette série déjà si riche.
Même si je chipote et trouve quelques défauts à ce dénouement il est mené d'une main de maître et clôt parfaitement l'ensemble en lui donnant une unité magistrale.

Les amateurs de Fantaisie ont là une saga comme elles sont bien trop rares, et je ne saurai que trop vous conseiller de vous lancer !
Merci monsieur Goodkind, c'est une première pour une si longue saga mais je suis déjà enthousiaste (et certaine) de la relire :)

65670873we4.gifcoeur-gif.gif

Terry Goodkind, L'Épée de vérité, tome 11 : L'ombre d'une inquisitrice