Anita est réanimatrice ; son métier ramener les morts à l'état de zombies pour régler divers problèmes de testament, dernières volontés... et elle fait çà plutôt bien, en tout cas son patron est content.
À ses heures perdues elle est aussi Exécutrice, mandatée par la justice pour éliminer des vampires jugés dangereux. Autant dire qu'elle ne les porte pas particulièrement dans son cœur.
L'affaire se corse quand justement elle doit, contrainte et forcée, travailler pour eux.

Premier tome de cette ô combien renommée saga de bit-litt, Plaisirs coupables (qui est au final un club repère de vampires) est avant tout prétexte à faire connaissance avec Anita et son univers. Force est de constater qu'une nouvelle fois la couverture n'a strictement aucun rapport avec le contenu (encore plus même que pour la Confrérie de la dague noire puisqu'il n'y a rien de charnel ici, à croire que les éditeurs pensent appâter le lecteur ainsi...)

Et ce monde moderne est différent ; les vampires se mêlent aux humains (oserai-je dire "au grand jour" ?) même s'ils conservent quelques secrets sur leur organisation et leurs pouvoirs, les goulent peuplent les cimetières, les loups-garous sont garçons de café et on réanime les morts pour un oui ou pour un non.

Anita baigne dans tout çà et fait preuve d'une puissante antipathie à l'encontre des vampires (même si on ignore vraiment pourquoi) et se prête donc volontiers au rôle d'exécutrice.
Pour autant, on est loin d'une Buffy indestructible. Anita est plutôt frêle, armée jusqu'aux dents mais vulnérable, héroïne forte tête et au sale caractère mais plus souvent victime et manipulée que maîtresse de la situation.

Déjà avec son travail, exploitée par son boss cupide puis dans ce tome avec les vampires qui vont se servir d'elle.
Cette intrigue centrale est d'ailleurs assez étrange ; pourquoi lui confier à elle cette mission ? pourquoi en même temps lui mettre des bâtons dans les roues ? la faire tabasser, menacer etc... ? Bref c'est un peu brouillon par moment.

Le personnage d'Anita est assez sympa, original et attachant et pourtant je ne peux m'empêcher d'être déçue.
Le style déjà, les expressions et tournures un peu grossières finissent par être lourdes et ont gêné ma lecture.
Les vampires ensuite, qui outre leurs pouvoirs de manipulation mentales manquent d'attraits et de séduction.
Et cette intrigue pour finir, bancale et brouillon.

En résumé je m'attendais vraiment à mieux puisqu'il s'agit tout de même de la série bit-litt de référence.
L'univers est riche cependant et on me dit que la saga gagne en puissance au fur et à mesure des tomes.
La question est lui laisserai-je une chance ?



Laurell K. Hamilton, Anita Blake, tome 1 : Plaisirs coupables


a2b7db1cd2a3b5fe5961df9892db0.jpg 5/20