Beth ne le sait pas encore mais elle va bientôt muter en vampire.
Son père, vampire réputé et membre de la Confrérie demande à Kohler, frère de la Dague Noire et redoutable guerrier, de la prendre sous son aile pour cette transformation...
À voir comme çà la couverture, je n'aurai pas du tout songé qu'il pouvait s'agir de bit-litt ou de fantastique, comme quoi ! C'est Angélita qui m'a détrompé, en critiquant puis faisant voyager ce livre qui fait partie de mon baby challenge Livraddict.

Autant vous le dire tout de suite, la traduction est mauvaise. On a de belles coquilles et les négations sont très souvent mal traduites (beaucoup de "mal dit" au stylo rouge sur la copie !).
Mais une fois dépassé ce désagrément et parce que l'ensemble garde son sens (on n'en est pas au point de buter sur les phrases), on tombe facilement dans un monde de vampires original et qui nous accroche bien.

Alors oui, encore une fois les vampires sont perfection incarnées (enfin presque tous), de vrais apollons.
Leurs origines et modes de fonctionnement diffèrent largement cependant : ils ont une sorte de déesse, sont vampires de naissance et mutent vers 25 ans, ne se nourrissent que du sang de leur congénères de sexe opposé etc...
Et surtout, ils sont en voie d'extinction connaissant des problèmes de natalité ainsi que la traque d'une société secrète qui veut les exterminer : les Eradiqueurs.

La trame est donc riche et on bascule facilement dans le clan des vampires comme étant dans celui des gentils. Attention toutefois, ce vampire là est pourtant loin d'être lisse, les guerriers de la Confrérie surtout sont des êtres violents, à l'écoute de leurs instincts et pulsions etc... Bref faut pas les chercher même sans faire exprès !
La mutation de Beth dans ce schéma a donc toute son importance.

S'en suit la rencontre sulfureuse entre l'inébranlable Kohler et Beth, qui nous offrent des scènes assez crues mais qui au final servent l'intrigue de ce tome.
J'aime que Beth ne fonce pas sans se poser de questions comme dans beaucoup de roman de ce genre où la femme est toujours confiante et entièrement dévouée à son héros de vampire, on a ici une héroïne qui fait preuve de lucidité et de caractère qui sait tenir tête à Kohler. J'aime aussi Kohler qui malgré son côté guerrier a bien du mal à lutter contre ce qui lui arrive... Bref on ne s'ennuie pas, c'est un peu cliché par moment mais çà passe vite, et honnêtement en bit-litt on a vu pire !

J'ai vraiment apprécié le monde mis en place par J.R Ward et particulièrement l'idée de cette Confrérie de guerriers vampires (*love Blade*) qui derrière leur aspect impressionnant et asociale restent des frères les uns pour les autres et forment une famille très soudée chargée de protéger les membres de leur espèce.
J'ai su apprécier aussi les scènes plus charnelles ; avec de tels étalons mis en jeu c'est presque leur absence qui aurait été injurieuse ;p , même si je l'avoue j'ai parfois levé les yeux au ciel en en voyant arriver une, question de répétition.

Bizarrement, le tout reflète un vampire à la fois soft (pas de meurtre, ne se nourrit pas des humains...) et animal tout de même (qui laisse parler ses instincts, sa nature et ses pulsions). Petite déception toutefois avec le peu de précisions sur la mutation de Beth.

Pour conclure, çà se laisse manger, comme une petite gourmandise rapide et honteuse, et on en redemande ! Je vous déconseille toutefois de le prêter à une ado ou à votre mamie cardiaque :p



J.R Ward, La Confrérie de la dague noire , tome 1 : L'Amant ténébreux

Ce livre, grâce à Angélita est devenu voyageur (ainsi que les tomes suivants), vous pouvez vous inscrire pour le recevoir ICI ou comme il est chez moi en ce moment me le signifier en commentaire !


a2b7db1cd2a3b5fe5961df9892db0.jpg 3/20