Corey Sifter, journaliste, assiste à l'enterrement d'un sénateur.
Adolescent, par le biais d'une riche famille dont il est proche, il a assisté et participé à la campagne présidentielle de cet homme, sa gloire puis sa chute.
Trop jeune à l'époque pour saisir tous les éléments, manœuvres et manipulations, il se souvient et raconte son histoire à sa stagiaire.

Un roman touffu qui aborde une quantité de sujets incroyables sous la trame d'une mémoire aller-retour, entre les discussions et évènements du présent et les souvenirs et flash du passé.

Autant le dire de suite, j'ai eu beaucoup de mal à rentrer dans ce roman, j'ai mis un temps fou à le lire (quand on me connait c'est assez rare).
Pourtant aucune véritable raison ; somme toute c'est bien écrit, les chapitres sont assez courts et bien identifiables, il n'y a pas une foule de personnages on s'y retrouve...

Le début du livre, avec la présentation de la ville et son historique m'a d'abord plu. Une certaine image de l'Amérique, de ses premiers colons et de la réussite des futurs capitalistes.
Je crois que c'est ensuite que çà se gâte.
Corey, qui nous expose ses souvenirs, ne les explique que rarement : lorsqu'ils sont sujet à une discussion avec sa jeune stagiaire. Ensuite, en toute honnêteté je n'ai jamais rien compris au système électoral américain, je trouve çà très obscur !
Alors forcément, je m'y perds un peu !
De même, les aller-retour entre passé et présent, bien qu'ils soient agréables et digestes, ne sont pas toujours pertinents...

Pour résumer un roman qui ferait certainement la joie d'un lecteur féru d'histoire américaine, mais qui malgré ses qualités m'a laissé un peu au bord du chemin.



Ethan Canin, America America

Merci à Blog-o-Book et aux Editions des Deux Terres pour cette lecture.