Auraya n'est plus une Blanche depuis qu'elle a refusé de tué Mirar et d'obéir aux Dieux. Elle vit désormais parmi les Siyee et pense pouvoir y couler des jours paisibles.
Mirar et La Mégère savent cependant qu'Auraya est désormais devenue une Indomptée aux yeux des Dieux et qu'elle n'est qu'en sursis.
Alors qu'une nouvelle fois, les hommes du Sud et du Nord sont au bord du conflit, ils vont tenter de lui donner les armes pour survivre, essayant ainsi d'en faire une des leurs : les Immortels.

Je vous avais déjà parlé de mon engouement pour Trudi Canavan, et tout particulièrement de cette nouvelle trilogie (critiques tome 1 et tome 2).
C'est donc avec empressement que j'ai lu ce dernier volume à la hauteur des deux précédents : une nouvelle fois je me suis régalée et Canavan est au rendez-vous avec cette conclusion dans la continuité de son récit tout en nous réservant quelques surprises !

Les personnages gagnent encore en épaisseur, que ce soit du côté de Mirar en amoureux transi, d'Auraya en proie au doute mais également du côté des Pentadriens qu'on continue de découvrir sous un nouveau jour.
L'écriture est toujours aussi lisse et riche à la fois, l'alternance entre les différents points de vue offre une vraie dimension d'ensemble au conflit qui oppose les deux contrées mais aussi aux différentes relations qu'entretiennent les personnages.

Pour les protagonistes c'est aussi le temps de la maturité, de l'acceptation pour certains. L'action qui en découle est donc plus rythmée et surtout plus conséquente, ce qui fournit un suspens assez considérable (les pages défilent vite vite vite sur certains chapitres !!).
Cette évolution des états d'esprits, des postures et des choix de chacun amènent naturellement aux révélations finales qui ne sont pas si surprenantes que çà ! Pour ma part même si j'ai été agréablement étonnée par la quête de la Mégère sur l'origine des Dieux, j'avais pressentie la "grande révélation" depuis le premier tome. Donc même si l'on comprend le choc des personnages lorsqu'ils font finalement face à la vérité, le lecteur lui est moins surpris puisqu'elle est en totale cohérence avec l'ensemble du cycle.

En résumé un cycle riche qui repose en grande partie sur le jeu des regards des protagonistes et le don inimitable de Canavan pour créer et donner vie à ses personnages. Un savant mélange entre action, émotion et psychologie qui fait qu'on ne peut que succomber et s'accrocher à leur pas.
De la fantaisie accessible et pourtant différente, la touche féminine n'y étant sûrement pas étrangère ;)

Vivement la prochaine saga !



Trudi Canavan, L'Âge des Cinq, tome 3 : La Voix des dieux